Les cadeaux de l’industrie pharmaceutique influencent les prescriptions des médecins français

Par Sarah Amiri Publié le 08/11/2019 Mis à jour le 08/11/2019
Actualité

Une étude française publiée dans le BMJ révèle l’impact des dons des laboratoires aux médecins généralistes français. Résultats : des prescriptions de moins bonne qualité à des prix plus élevés !

Pourquoi c’est important

Entre fabrications de maladies et modification des valeurs biologiques de référence… Les laboratoires pharmaceutiques sont au cœur de nombreux scandales. S’il est compréhensible qu’ils cherchent à faire du profit, les moyens qu’ils mettent en œuvre pour cela indiquent que la santé des gens est loin d’être leur première préoccupation.

Le lobbying pharmaceutique a lieu dans divers milieux, du parlement européen à la salle d’attente des généralistes. Et si ces derniers se disent souvent non influencés par les visiteurs médicaux et leurs possibles cadeaux, la réalité semble un peu différente selon une étude récente. En France, il existe désormais une base de données répertoriant les conflits d’intérêt des professionnels de santé et les cadeaux qu’ils reçoivent de Big Pharma qui a été utilisée dans cette étude.

À lire aussi : Parlement européen : l'influence des lobbies pharmaceutiques s'accroît et Comment l’industrie pharmaceutique nous fait avaler ses médicaments inutiles

L’étude

Cette étude a été réalisée sur 41 257 médecins généralistes exerçant en libéral. Ils ont été divisés en 6 groupes selon le montant perçu par les laboratoires.

Résultats : les médecins ne recevant aucun cadeau des laboratoires réalisent des prescriptions moins coûteuses pour l’Assurance-maladie. Ils prescrivent plus de médicaments génériques (notamment pour les antibiotiques, les hypertenseurs et les statines) et moins de benzodiazépines (anxiolytiques) et de vasodilatateurs sur de longues périodes, une pratique déconseillée par l’Assurance-maladie.
En revanche, on n’observe pas de différence significative pour la prescription d’aspirine, d’antidépresseurs génériques ou de générique d’inhibiteurs de la pompe à protons.
Même de petites sommes semblent influencer la prescription des médecins généralistes.

Autrement dit, si cette étude n’établit pas de lien de cause à effet, elle suggère toutefois que les médecins généralistes français qui ne reçoivent pas de cadeaux des compagnies pharmaceutiques ont de meilleurs indicateurs d'efficacité de prescription de médicaments et prescrivent des médicaments moins coûteux que ceux qui reçoivent des cadeaux.

À lire aussi : Deux tiers des auteurs d'essais cliniques sur les médicaments sont payés par les fabricants 

Quelles solutions ?

Dans l’idéal, les cadeaux des laboratoires aux professionnels de santé devraient être mieux encadrés par la loi pour éviter les dérives, surtout lorsqu’on sait que les lobbies pharmaceutiques seraient à l’origine de 14 millions de liens d’intérêts avec les professionnels de santé. 

On dénombre 3 sortes de liens d’intérêts : les conventions (prise en charge de frais, d’hébergement par exemple, en lien avec un travail ou une prestation d’un professionnel de santé pour une entreprise), les avantages (avantages sans contrepartie d’une entreprise à un professionnel de santé), les rémunérations (sommes versées en contrepartie d’un travail).

Il est possible de connaître, grâce à la Base Transparence Santé, les liens d’intérêts de votre médecin et les rémunérations qui en découlent.

À lire aussi : Santé, mensonges et (toujours) propagande

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top