Aliments frits avant la grossesse : attention au diabète gestationnel

Par Juliette Pouyat Publié le 20/10/2014 Mis à jour le 10/03/2017
Actualité

Une étude montre que les femmes qui consomment régulièrement des aliments frits avant de concevoir un enfant augmentent leur risque de diabète gestationnel

Dans une étude parue dans Diabetologica, les chercheurs rapportent que les femmes qui mangent régulièrement des aliments frits avant de concevoir un enfant ont un risque accru de développer un diabète gestationnel pendant leur grossesse. Le diabète gestationnel peut avoir des conséquences graves sur la santé de la mère et de l'enfant et l’alimentation joue un rôle important dans le risque d’apparition de la maladie.

Lire : les dangers des aliments grillés et des fritures enfin reconnus

Le diabète gestationnel est une complication de la grossesse (pouvant survenir en particulier dans les 3 derniers mois), qui se caractérise par un taux anormalement élevé de glucose dans le sang. Il entraîne des conséquences plus ou moins graves allant d’une augmentation du poids de naissance de l'enfant à une jaunisse. S’il n'est pas traité le diabète gestationnel peut même entraîner le décès de l’enfant. Les femmes qui ont un diabète gestationnel sont plus susceptibles de développer un diabète de type 2 plus tard.

Dans deux études récentes, la consommation fréquente d’aliments frits a été associée à un risque accru de surpoids et d’obésité. Mais il existe peu d’études épidémiologiques portant sur l’effet de la consommation d’aliments frits sur d’autres risques pour la santé, notamment le diabète gestationnel.

Lire : les aliments frits torpillent le tour de taille et la pression artérielle

Dans cette étude, les chercheurs ont utilisé les données de la Nurses' Health Study II (NHS II) et ont inclus 21 079 grossesses uniques de 15 027 femmes. Cette étude concerne des femmes infirmières âgées de 25 à 44 ans au début de l’étude en 1989. Les participantes ont rempli au début  un questionnaire concernant leur mode de vie et leur santé. En 1991 et tous les 4 ans par la suite, des données concernant les habitudes alimentaires ont été recueillies. Les participantes ont notamment indiqué à quelle fréquence elles ont consommé des aliments frits, en dehors de la maison et chez elles. Pendant les 10 ans de suivi, les chercheurs ont enregistré 847 cas de diabète gestationnel.

Résultats : les femmes qui consomment des aliments frits 1 à 3 fois par semaine augmentent de 13% leur risque de diabète gestationnel par rapport aux femmes qui en consomment moins d’une fois par semaine. Le risque est augmenté de 31% pour celles qui consomment des aliments frits 4 à 6 fois par semaine. Lorsque la consommation passe à plus de 7 fois par semaine, le risque est plus que doublé.

En tenant compte des indices de masse corporelle des participantes, cette association persiste : par rapport aux femmes qui consomment des aliments frits moins d’une fois par semaine, celles qui en mangent 1 à 3 fois, 4 à 6 fois et plus de 7 fois ont un risque accru de développer un diabète gestationnel de 6%, 14% et 88% respectivement. A noter que ce sont particulièrement les aliments frits consommés à l’extérieur de la maison qui contribuent à augmenter le risque de diabète gestationnel, notamment parce que la détérioration des huiles est plus importante lorsque l’huile de friture est utilisée plusieurs fois. Ce qui est plus le cas à l’extérieur qu’à la maison.

« Lors d’une friture, l’huile est détériorée à travers des réactions d’oxydation et d’hydrogénation conduisant à l’absorption des produits de dégradation des huiles par les aliments frits. Il se produit également une perte en acides gras insaturés, notamment acide linoléique et linolénique et une augmentation des acides gras trans correspondants, acide trans-linoléique et acide trans-linolénique » expliquent les auteurs.

Lire : les fritures industrielles sont toxiques

Une autre explication pourrait provenir de la formation d'AGE (Advanced Glycation End Products), des produits issus de l’interaction entre protéine et glucose ou lipide et glucose lors de la réaction de Maillard, une réaction qui se produit à haute température. La friture est un procédé de cuisson particulièrement favorable à la formation des AGE. Les résultats des études rapportent que les AGE – qui favorisent stress oxydatif et inflammation – pourraient être impliqués dans la résistance à l’insuline, dans l’altération des cellules β du pancréas (qui produisent l'insuline) et dans le diabète.

Lire : l'EFSA s'inquiète de la présence d'acrylamide dans nos assiettes

« Limiter les aliments frits chez les femmes en âge de concevoir un bébé pourrait être un moyen de prévention pour réduire le risque de diabète gestationnel » concluent les auteurs. Des études supplémentaires sont cependant nécessaires pour confirmer ces résultats.

Source

Bao W, Tobias DK, Olsen SF, Zhang C. Pre-pregnancy fried food consumption and the risk of gestational diabetes mellitus: a prospective cohort study. Diabetologia. 2014 Oct 11. [Epub ahead of print]

"Women who eat fried food regularly before conceiving at increased risk of developing gestational diabetes during pregnancy." ScienceDaily. ScienceDaily, 8 October 2014. <www.sciencedaily.com/releases/2014/10/141008203742.htm

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top