Pourquoi les adultes ont parfois encore de l'acné

Par Lanutrition.fr Publié le 06/01/2017 Mis à jour le 05/04/2017
Actualité

L’acné touche encore de nombreuses personnes à l’âge adulte. En cause : certains aliments, le stress, la vitamine B12...

Environ 80 % des adolescents font des crises d’acné, la plupart n’en ont plus après 20 ans, mais 20 à 40 % continuent à faire de l’acné à l’âge adulte. Les populations de chasseurs-cueilleurs, les Bantous et Zoulous d'Afrique du Sud, les Indiens du Pérou (et aussi les populations d'Okinawa d'avant-guerre) souffrent peu d'acné. Ceci suggère l’existence de facteurs liés au mode de vie.

L'impact du stress et de la malbouffe

Les femmes sont plus touchées que les hommes par l'acné à l’âge adulte, en raison des variations de leurs taux d’hormones. Mais ceci n’explique pas totalement pourquoi certaines femmes font plus d’acné que d’autres. Des chercheurs italiens ont étudié 500 femmes de plus de 25 ans ayant consulté un dermatologue. 248 avaient été diagnostiquées avec de l’acné et 270 avec d’autres problèmes (groupe témoin). 

Résultats : les femmes qui mangeaient peu de fruits, légumes, poisson frais, avaient deux fois plus de risques d'avoir de l’acné. L’étude n’a en revanche pas trouvé de lien entre les apports en produits laitiers et l’acné, ce qui contredit des travaux précédents. Autre facteur de risque trouvé dans l'étude italienne : le stress. Les femmes qui disaient souffrir de stress élevé ou très élevé avaient trois fois plus de risque d’acné que celles qui étaient moins stressées.

Lire : Stress : les huiles esentielles pourraient être bénéfiques

Le risque d’acné était également plus élevé chez les femmes dont les parents ou frères et sœurs avaient de l’acné à l’âge adulte (risque multiplié par trois s’il s’agit des parents, par deux pour les frères et sœurs). C’était aussi vrai chez les femmes qui n’avaient jamais été enceintes (risque augmenté de 71 %).

L’index glycémique de l’alimentation en question

Les aliments à index glycémique élevé pourraient influencer l’acné. Il s'agit par exemple des produits céréaliers transformés, de la pomme de terre sous quasiment toutes ses formes (frites, chips, purée), des sucreries, des sodas. Ces aliments élèvent rapidement le taux de glucose sanguin (et donc aussi la sécrétion d'insuline).

Lire : Contre l'inflammation, adoptez un régime à index glycémique bas

Un régime à index glycémique (IG) bas apporte une amélioration dans l’acné, selon une étude conduite australienne conduite auprès de 43 adolescents et jeunes adultes, âgés de 15 à 25 ans. Pendant douze semaines, une partie des volontaires a suivi un régime à index glycémique bas, alors que l’autre mangeait des aliments glucidiques classiques. A l’issue de l’expérience, les chercheurs ont trouvé que le nombre de lésions d’acné avait diminué deux fois plus dans le groupe qui suivait le régime à IG bas. Dans ce groupe également, la perte de poids moyenne était plus importante et la sensibilité à l’insuline améliorée.

Pour en savoir plus sur l'index glycémique de votre alimentation, lisez : Guide des index glycémiques, de LaNutrition.fr

 

La vitamine B12 accroît les problèmes d’acné

Le microbiote de la peau est constitué de bactéries et de germes, qui peuvent être bénéfiques ou pathogènes. L’acné a été associé pendant longtemps à la présence de la bactérie Propionibacterium acnes. Des chercheurs de l’université de Californie à Los Angeles ont décidé de se pencher sur l’activité génétique du microbiote de la peau, et surtout de P. acnes. Ils ont émis l’hypothèse que la vitamine B12, qui, dans certaines études, favorise l’acné lorsqu’elle est donnée sous la forme de suppléments, pourrait jouer un rôle. Ce qui expliquerait aussi pourquoi les végétariens et véganes souffrent moins d'acné que les omnivores puisque la vitamine B12 est une vitamine présente dans les fromages mais aussi les poissons, la viande (mais pas dans les végétaux).

Lire : Les aliments les plus riches en B12

Les chercheurs ont prélevé des bactéries sur la peau du visage de volontaires avec ou sans acné et découvert que chez les acnéiques les gènes de P. acnes avaient du mal à métaboliser la vitamine B12, par rapport aux non acnéiques. Ils ont alors donné à 10 participants ne souffrant pas d’acné des suppléments de vitamine B12. Les gènes des bactéries de ces volontaires ont alors pris le même profil de sous-expression que les gènes des personnes atteintes d’acné, et l’un des volontaires a développé de l’acné après quelques jours de supplémentation.

La vitamine B12 modifierait ainso l’activité de P. acnes, ce qui la conduit à sécréter un composé inflammatoire qui favorise les boutons ou, comme l’expliquent les auteurs :  « la vitamine B12 module les activités des bactéries de la peau, entraînant une production accrue de porphyrines, ce qui favorise l’inflammation dans l’acné ».

Sources

Di Landro A, Cazzaniga S2 Cusano F, Bonci A, Carla C, Musumeci ML, Patrizi A, Bettoli V, Pezzarossa E, Caproni M, Fortina AB, Campione E, Ingordo V, Naldi L; Group for Epidemiologic Research in Dermatology Acne Study Group. Adult female acne and associated risk factors: Results of a multicenter case-control study in Italy. J Am Acad Dermatol. 2016 Dec;75(6):1134-1141.e1. doi: 10.1016/j.jaad.2016.06.060.

Smith RN.  A low-glycemic-load diet improves symptoms in acne vulgaris patients: a randomized controlled trial. Am J Clin Nutr 2007 Jul;86(1):107-15.

Kang D, Shi B, Erfe MC, Craft N, Li H. Vitamin B12 modulates the transcriptome of the skin microbiota in acne pathogenesis. Sci Transl Med. 2015 Jun 24;7(293):293ra103. doi: 10.1126/scitranslmed.aab2009.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top