De la méditation de pleine conscience pour soulager l’anxiété des préados

Par Juliette Pouyat - Journaliste scientifique Publié le 09/09/2019 Mis à jour le 03/05/2021
Actualité

La méditation de pleine conscience modifie l’activité cérébrale au repos expliquant ainsi son efficacité dans la réduction de l’anxiété et des symptômes dépressifs chez les préadolescents, selon une étude récente.

Pourquoi c’est important

La préadolescence est une période de la vie où les enfants sont soumis à des exigences sociales accrues auxquelles ils ont du mal à répondre en raison d’un manque de maturité psychologique et neurologique. Ils peuvent alors se sentir anxieux ou déprimés.

Si la méditation de pleine conscience a montré son efficacité chez les adultes et les adolescents pour améliorer les symptômes d’anxiété et de dépression, elle a fait l’objet de peu d’études chez les enfants plus jeunes. Des chercheurs ont donc souhaité évaluer les effets neurophysiologiques d’un entraînement de 10 semaines à la méditation de pleine conscience chez des préadolescents. Des études ont en effet montré que la pratique régulière de la méditation de pleine conscience permet de réduire stress et anxiété en modulant la structure du cerveau et la connectivité cérébrale. 

Les études

Dans une étude publié dans la revue Journal of Psychophysiology, les chercheurs ont regardé l’impact d’un programme d’entraînement à la méditation de pleine conscience chez 66 élèves en école primaire, âgés de 7 à 10 ans. Le programme s’est déroulé en classe, 15 minutes par jour pendant 10 semaines.

Les enfants ont auto-évalué leurs symptômes dépressifs, leur anxiété et leur humeur avant et après le programme de formation à la méditation de pleine conscience. Les chercheurs ont également réalisé des électroencéphalogrammes car certaines mesures spécifiques de l’activité cérébrale sont associées à l’anxiété et la dépression.

Résultats : les symptômes dépressifs des enfants ont diminué après le programme de formation à la méditation de pleine conscience. En analysant les électroencéphalogrammes, les chercheurs ont remarqué que la méditation de pleine conscience était associée à des modifications de l’activité des ondes cérébrales. Ces modifications reflètent un risque moins élevé de développement de l’anxiété ou de troubles de l'humeur. Cependant, les chercheurs soulignent que deux mesures liées à l’anxiété n’ont pas changé entre le début et la fin du programme de formation à la méditation de pleine conscience.

Les résultats mettent donc en évidence l’impact d'un entraînement quotidien à la méditation de pleine conscience sur les symptômes neurophysiologiques de l'anxiété et la dépression. S'ils sont encourageants, ils doivent cependant encore être confirmés par des études supplémentaires menées sur des jeunes diagnostiqués pour de l’anxiété et/ou de la dépression et avec un groupe de contrôle, ce qui n’était pas le cas dans cette étude.

Une étude publiée dans The International Journal of Spa and Wellness en 2021 a testé un autre format de méditation. Cette fois-ci, les 1000 élèves âgés de 9 à 12 ans inclus dans l'étude ont bénéficié d'une séance de pleine conscience de 45 minutes par semaine pendant neuf semaines. L'impact des séances, qui ont été dispensées par des enseignants dans une salle de classe traditionnelle, a été évalué en comparant les tests psychologiques effectués par les enfants avant le début des cours. L'évaluation a mesuré la résilience émotionnelle des enfants, tandis que le bien-être a été évalué à l'aide de l'échelle de Stirling.

Résultats : dans l'ensemble, l'étude a révélé une amélioration significative de l'état émotionnel positif, des perspectives et de la résilience. Les différentes dimensions de la résilience se sont également améliorées : l'optimisme a augmenté de 10 %, la tolérance de 8 % et l'auto-efficacité de 11 % (c'est-à-dire la façon dont un enfant pense pouvoir faire face à une situation en fonction de ses compétences).

En pratique

La méditation de pleine conscience encourage ceux qui la pratiquent à se focaliser sur leur respiration et à ne pas se focaliser sur les pensées qui surviennent. Elle améliore la régulation émotionnelle et conduit à une réduction du stress et de l’anxiété. Comme le constate le Pr Tu-Anh TRAN, pédiatre au CHU de Nîmes, dans sa pratique, la méditation chez l’enfant permet de soulager et guérir bien des maux (maladies chroniques, douleurs, phobies, troubles alimentaires, insomnies, anxiété…). Dans son ouvrage Méditasoins il explique comment apprendre aux enfants à méditer en proposant 14 méditations simples, que vous, parents, vous pouvez mettre en place avec eux.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top