Faut-il jeûner quand on souffre du syndrome des ovaires polykystiques ?

Par Thierry Souccar - Journaliste et auteur scientifique, directeur de laNutrition.fr Publié le 25/01/2018 Mis à jour le 25/01/2018 Edition Abonné
Article

Le jeûne intermittent pourrait améliorer le SOPK en agissant sur l'insuline, mais les preuves cliniques manquent encore.

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est un trouble hormonal répandu chez les femmes en âge d’avoir un enfant ; il est associé à des troubles métaboliques comme la résistance à l’insuline, l’excès d’insuline et d’hormones mâles, l’obésité et se traduit souvent par des difficultés pour enfanter.

...

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Retrouvez la suite de votre article en vous connectant à votre espace personnel.

Je m'identifie
Pas encore abonné ?

Accédez à des articles et conseils exclusifs en vous abonnant pour seulement 39 € / an.

Je m'abonne
Publicité

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top