Comment marcher comme à 20 ans quand on a en a 50 de plus

Par Lanutrition.fr Publié le 05/12/2014 Mis à jour le 10/03/2017
Les séniors qui pratiquent la course à pied marchent à la même allure que des jeunes gens sédentaires.

Marcher, c’est bien, mais courir c’est mieux ! Une nouvelle étude américaine parue dans PLOS One suggère que courir à 70 ans permet d’éviter les difficultés à marcher à cet âge. Le ralentissement de la marche avec l’âge ne serait pas inexorable.

La marche est souvent conseillée pour rester en bonne santé. Les personnes âgées qui marchent ont généralement moins de risque d’obésité, d’arthrose, de maladie cardiaque ou de diabète et une espérance de vie plus longue que les personnes sédentaires. Cependant, la marche a tendance à décliner avec l’âge, devenant plus lente et plus fatigante. Avec le temps, il faut plus d’énergie pour faire un pas.

L’objectif de cette étude était de déterminer comment la course et la marche affectaient le coût métabolique et la biomécanique de la marche chez les adultes. 30 hommes et femmes (moyenne d’âge : 69 ans) ont participé. 15 marchaient au moins 3 fois par semaine pendant au moins 30 min. Les 15 autres couraient au moins 3 fois par semaine pour au moins 30 min, à une vitesse variable mais qui était généralement celle d’un jogging tranquille. Les scientifiques ont testé les participants sur des tapis d’entraînement à 3 vitesses (0,75, 1,25 et 1,75 m/s) et étudié la biomécanique de la marche. De plus, les participants ont porté des masques mesurant leurs apports en oxygène.

Sans surprise, les coureurs étaient meilleurs et plus efficaces que les marcheurs pour marcher : ils avaient besoin de moins d’énergie pour se déplacer à la même vitesse. Si on comparait cette efficacité avec celle de jeunes gens testés dans le même laboratoire, on observait que les coureurs de 70 ans avaient la même efficacité de marche qu’un étudiant sédentaire. En revanche, les marcheurs âgés avaient la même économie de la marche que des personnes sédentaires du même âge. En fait, la marche ne permettrait pas de prévenir la perte de capacité à marcher.

Plusieurs hypothèses pourraient expliquer ces différences. Tout d’abord, au niveau des cellules musculaires, un exercice comme la course peut augmenter le nombre de mitochondries, des structures qui fournissent de l’énergie aux cellules : le fait d’avoir plus de mitochondries permet de se déplacer plus longtemps avec moins d’efforts. Les coureurs pourraient aussi avoir une meilleure coordination musculaire que les marcheurs.

Lire : Courir 7 min par jour suffirait pour rester en bonne santé

La biomécanique de la marche était similaire chez les coureurs et les marcheurs, par exemple en termes de nombre de pas ou de longueur des enjambées.

Ces résultats ne doivent pas décourager ceux qui ne sont pas adeptes de la course à pied : quel que soit son âge, il n’est pas trop tard pour se mettre à courir...

Lire : Seniors, c'est le moment de se (re)mettre au foot

Ortega JD, Beck ON, Roby JM, Turney AL, Kram R. Running for exercise mitigates age-related deterioration of walking economy. PLoS One. 2014 Nov 20;9(11):e113471. doi: 10.1371/journal.pone.0113471.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top