Marcher 8 h par semaine réduirait d'un tiers le risque d'AVC

Par Lanutrition.fr Publié le 25/11/2013 Mis à jour le 10/03/2017
Actualité
Après 60 ans, le temps passé à marcher, plus que la vitesse de marche, limiterait le risque d’accident vasculaire cérébral.

Marcher au moins 8 h par semaine permet de réduire significativement le risque d’AVC chez les hommes de plus de 60 ans. Voici la conclusion d’une nouvelle étude britannique à paraître dans la revue Stroke.

L’accident vasculaire cérébral, ou AVC, a lieu lorsqu’un vaisseau qui irrigue le cerveau se rompt (AVC hémorragique) ou se bouche (AVC ischémique, le plus fréquent). En France, en 2010, il y a eu 130 000 hospitalisations pour des AVC et plus de 30 000 décès. Les AVC entraînent aussi des séquelles qui handicapent le patient dans sa vie de tous les jours. Or il existe des facteurs, comme le poids ou l’activité physique, qui pourraient limiter le risque d’AVC. De manière générale, le maintien d'une activité physique est conseillé pour prévenir le risque cardiovasculaire.

Lire : Risque cardiovasculaire : l'exercice aussi efficace voire plus que les médicaments

Des chercheurs de l’University College de Londres ont voulu savoir si une activité physique accessible à tous, comme la marche, était liée au risque d’AVC chez les personnes âgées. En effet, les hommes âgés présentent le risque d’attaque le plus élevé et le niveau d’activité physique le plus bas. Plus de 3 400 hommes en bonne santé, âgés de 60 à 79 ans (âge moyen : 68 ans), provenant d’une cohorte britannique, la British Regional Heart Study, ont été suivis pendant environ 11 ans. Les participants ont été séparés en 5 groupes selon leur niveau d’activité : moins de 3h de marche par semaine, de 4 à 7 h, de 8 à 14 h, de 15 à 21 h, et plus de 22 h de marche par semaine.

Résultats : 195 AVC ont eu lieu chez ces hommes. En moyenne, les participants marchaient 7 heures par semaine. Dans l’ensemble, 42 % des hommes marchaient plus de 8 h et 9 % plus de 22 h. Les hommes qui marchaient 8 à 14 h par semaine avaient un risque d’attaque réduit d’un tiers par rapport à ceux qui marchaient moins de 3 h. Ceux qui marchaient plus de 22 h ont réduit leur risque des deux tiers. Plus précisément, par rapport à ceux qui marchaient moins de 3 h par semaine, ceux qui marchaient 4 à 7 h, 8 à 14 h, 15 à 21 h, et plus de 22 h avaient un risque réduit de 11 %, 37 %, 32 % et 64 % respectivement.

Dans cette étude, le temps passé à marcher, plutôt que la vitesse de marche, était lié à une réduction du risque. Bien que les femmes n’aient pas été testées, les bénéfices de la marche pourraient s’étendre à elles. La marche pourrait donc représenter une stratégie intéressante pour prévenir les AVC chez les personnes de plus de 60 ans.

Lire : Une promenade après le repas améliore la glycémie

Source

Jefferis BJ, Whincup PH, Papacosta O, Wannamethee SG. Protective Effect of Time Spent Walking on Risk of Stroke in Older Men. Stroke. 2013 Nov 14.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top