Les femmes enceintes sont trop souvent en déficit de vitamine D

Par Juliette Pouyat Publié le 06/07/2018 Mis à jour le 06/07/2018
Actualité

Le déficit en vitamine D est répandu chez les femmes enceintes alors que maintenir un taux optimal pendant la grossesse est essentiel à leur santé et à celle de leur bébé.

Pourquoi c’est important

Le déficit en vitamine D est très répandu dans la population générale :  le manque de soleil, d’aliments riches en vitamine D ou l’absence de supplémentation sont les causes de ce manque. Les femmes enceintes n’échappent pas à ce phénomène d’autant plus que la grossesse accroît les besoins en vitamine D.

Chez la femme enceinte, de faibles niveaux de vitamine D peuvent avoir des répercussions sur la santé osseuse de la mère et de l’enfant. La vitamine D assure en effet une quantité suffisante de calcium pour construire la masse osseuse de l’enfant et maintenir celle de la mère. De plus, le manque de vitamine D pendant la grossesse augmente le risque de naissance prématurée, d’hypertension, de prééclampsie, de diabète gestationnel ainsi que le risque d’asthme chez l’enfant ou encore le risque cardiovasculaire plus tard dans sa vie. Surveiller son statut en vitamine D devrait donc être un pré-requis à toute grossesse.

L’étude

Dans une nouvelle étude parue dans la revue Plos One, les taux de vitamine D de 855 femmes enceintes norvégiennes ont été mesurés au deuxième et au troisième trimestres de grossesse.

Selon les résultats, 34% des femmes présentent de faibles taux de vitamine D à la fin de leur grossesse, soit une femme sur 3. Pendant les mois d’hiver, le déficit en vitamine D concerne 1 femme sur 2 en raison d’une plus faible exposition au soleil (sous nos latitudes, il n'est pas possible non plus de synthétiser de la vitamine D entre octobre et mars). L’étude indique également que moins de 1 femme sur 5 suit les recommandations officielles de supplémentation en vitamine D pendant la grossesse.

La vitamine D n’a pas bénéficié du même niveau d’information que l’acide folique. Les femmes savent qu’elles doivent prendre des suppléments de vitamine B9 pour diminuer le risque de malformations congénitales (spina bifida). Mais elles ne connaissent pas vraiment les risques auxquels elles s’exposent, elles, mais aussi leur enfant en cas de déficit en vitamine D. Un effort doit être fait dans ce domaine pour informer les jeunes femmes.

En pratique

Pour éviter le déficit en vitamine D pendant la grossesse, les femmes devraient surveiller leur statut en cette vitamine, après l’arrêt de la pilule et avant la conception. L’arrêt de la contraception provoque en effet une chute du taux de vitamine D.

Le Dr Brigitte Houssin, dans Vitamine D, mode d’emploi estime que le taux souhaitable de vitamine D est de 40 à 45 ng/ml (100 à 112,5 nmol/l) et ne doit pas être inférieur à 30 ng/L (75 nmol/L). Il faut pour cela, selon le taux de base (mesuré par dosage biologique) prendre 1500 à 3000 UI (38 à 75µg) de vitamine D par jour, hors exposition solaire.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top