Les enfants, principales victimes du réchauffement climatique

Par Juliette Pouyat Publié le 12/11/2015 Mis à jour le 10/03/2017
Un rapport de l’American Academy of Pediatrics alerte sur le fait que les enfants sont les premières victimes du changement climatique et appelle les gouvernements à prendre leurs responsabilités.

Tempêtes, inondations, sécheresses….tous ces évènements, liés à l’augmentation de la température dans le monde, mettent particulièrement en danger la santé des enfants en facilitant la propagation des maladies et en diminuant la qualité nutritionnelle des cultures, selon un rapport de l’American Academy of Pediatrics, la principale association de pédiatres en Amérique du Nord, paru dans la revue Pediatrics.

Lire : réchauffement climatique : les pommes moins craquantes et plus sucrées

« L’augmentation de la température est à l’origine de changements chimiques, physiques et écologiques à travers la planète. Les organisations scientifiques et les climatologues attribuent ces effets à l’activité humaine » écrivent les auteurs du rapport.

« Le changement climatique constitue une menace croissante pour la sécurité et la santé publique mondiale » expliquent les auteurs qui appellent les pédiatres et les politiciens à travailler ensemble pour résoudre la crise et protéger les enfants des conséquences immédiates et à long-terme du changement climatique.« Il n’y a rien de plus important que de protéger la santé, le bien-être et l’avenir de nos enfants et petits-enfants » dit le Dr. Samantha Ahdoot, membre de l’American Academy of Pediatrics.

Dans son rapport, l’American Academy of Pediatrics décompose les conséquences directes et indirects sur la santé du changement climatique.

Lire : plus d'infarctus et d'AVC quand il fait très chaud ou très froid

Tempêtes et vagues de chaleur

Les effets directs comprennent ceux qui résultent de phénomènes météorologiques extrêmes, comme les tempêtes violentes, les inondations et les incendies de forêt qui selon les scientifiques se produisent plus fréquemment et à plus grande échelle en raison du changement climatique. « Les besoins spécifiques des enfants font d’eux des personnes à risque de blessures, de mort, de perte ou de séparation des personnes soignantes et de conséquences sur la santé mentale à cause de phénomènes météorologiques violents ».

Par exemple, le rapport souligne qu’après l’ouragan Katrina, plus de 5000 enfants ont été séparés de leurs familles et il a fallu 6 mois pour réunir le dernier enfant disparu avec sa famille. Entre 200 000 et 300 000 enfants ont été évacués et relogés – temporairement ou définitivement- à la suite de la tempête nuisant ainsi à leur performance scolaire, leur comportement et leur santé mentale.

De plus, comme les vagues de chaleur deviennent plus fréquentes et plus longues dans certaines régions depuis quelques années, les maladies et les décès chez les enfants liés à la chaleur ont également augmenté. Une étude prévoit que les décès liés à la chaleur chez les nourrissons vont augmenter de 5,5% chez les garçons et de 7,8% chez les filles d’ici la fin du siècle.

Effets sur la santé et la nutrition

Le rapport évoque également une large gamme d’autres problèmes de santé liés au climat, susceptibles d’avoir un impact disproportionné sur les enfants.

Les enfants pourraient souffrir davantage de maladies respiratoires et d’asthme en raison de la baisse de la qualité de l’air, de la prolongation des saisons d’allergie et de la fumée des incendies de forêt. Le climat influence également la propagation d’un certain nombre de maladies infectieuses qui touchent les enfants à travers le monde (paludisme, dengue, Chikungunya…). Les auteurs soulignent également le risque accru de transmission de la maladie de Lyme, la hausse des températures pouvant jouer un rôle.

L’évolution des conditions météorologiques -à l'origine de tempêtes, sécheresse, perte de terres fertiles avec la montée des eaux- menace également la nutrition des enfants à travers le monde. La valeur nutritionnelle des aliments pourrait être diminuée par l’augmentation du dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Celui-ci impacte en effet la qualité des céréales en diminuant les niveaux de protéines, de fer et de zinc des principales cultures comme le blé, le riz et l’orge.

Et ce sont les enfants des pays les plus pauvres –déjà touchés par des niveaux de maladie et de malnutrition élevés- qui sont le plus impactés par le changement climatique.

Un appel à l’action

L’American Academy of Pediatrics appelle les pédiatres, le secteur de santé et les gouvernements à prendre des mesures pour tenter de solutionner ces questions. Le rapport demande instamment la promotion de la production d’énergie renouvelable, la surveillance et la recherche sur les conditions de santé associées au climat, des campagnes de sensibilisation et d’éducation du grand public et des financements pour les transports en commun et les aménagements urbains pour développer l’espace ouvert, les déplacements à pieds, les bâtiments écologiques.

Pour les experts, attirer l’attention du public sur l’effet du changement climatique sur la santé des enfants peut être plus stimulant et plus ancré dans leur réalité.

Source

Ahdoot S, Pacheco SE; COUNCIL ON ENVIRONMENTAL HEALTH. Global Climate Change and Children's Health. Pediatrics. 2015 Nov;136(5):e1468-84. doi: 10.1542/peds.2015-3233. Epub 2015 Oct 26.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top