Comparatif : les anti-cholestérol

Par Collectif LaNutrition.fr - Journalistes scientifiques et diététiciennes Publié le 13/02/2008 Mis à jour le 10/03/2017

Que faire lorsque le taux de cholestérol passe en zone rouge ? Plusieurs pistes s’offrent à vous pour le ramener à la normale. La solution la plus courante est le passage par la case médicament, une statine la plupart du temps. Mais pour des hypercholestérolémies modérées d’autres solutions existent comme la prise de certains compléments alimentaires. Quelle solution choisir en fonction de vos besoins ? Quelle statine est la mieux indiquée selon la baisse de cholestérol désirée ? LaNutrition.fr passe les armes anti-cholestérol au banc d’essai et vous dit quel traitement vous convient le mieux en fonction de votre profil.

Dix millions. C’est le nombre de personnes souffrant d’un excès de cholestérol en France. Autant de patients à la recherche de solutions pour voir leur bilan sanguin revenir à la normale et de consommateurs potentiels de statines – les médicaments les plus prescrits dans ce cas. Si vous faites partie de ces 15% de la population vous vous demandez peut-être quelle est la solution la plus adaptée à votre cas. Quelques compléments alimentaires bien choisis feront-ils l’affaire ou bien faut-il prendre des statines ? Réponse : tout dépend de la baisse de cholestérol nécessaire pour revenir dans les clous. A chaque situation sa solution. Suivez le guide.

Le cholestérol est une graisse d’origine animale naturellement présent dans toutes nos cellules et dans notre sang. Il est en majorité fabriqué par notre foie mais un quart est fourni par les aliments d’origine animale. Il existe deux types de cholestérol classifiés en fonction du type de protéines qui le transporte : le cholestérol HDL et le cholestérol LDL. Le premier est généralement appelé le « bon cholestérol » car il ramène le cholestérol en excès vers le foie pour l’éliminer et le second est le « mauvais cholestérol » qui peut se déposer sur la paroi des artères où il forme une plaque d’athérome qui va boucher les vaisseaux.

Quand passe-t-on dans le rouge ?
 

Cholestérol total

Inférieur à 2 g/l

 

Optimal

De 2 à 2,39 g/l

 

Valeur limite

Supérieur à 2,4 g/l

 

Trop élevé

Cholestérol LDL

Inférieur à 1 g/l

 

Optimal

De 1 à 1,29 g/l

 

Acceptable

De 1,3 à 1,59 g/l

 

Limite supérieure

De 1,6 à 1,89 g/l

 

Trop élevé

Supérieur à 1,9 g/l

 

Beaucoup trop élevé

Cholestérol HDL

Inférieur à 0.4 g/l

 

Trop faible

Entre 0,4 et 0,59 g/l

 

Limite inférieure

Supérieur à 0,6 g/l

 

Optimal

Les conseils de LaNutrition.fr

 

Si votre hypercholestérolémie est modérée, nous ne pouvons que vous encourager à commencer par adapter votre régime alimentaire.

- Premièrement : adoptez le régime anti-cholestérol préconisé par LaNutrition.fr

- Deuxièmement : passez aux compléments alimentaires. Ceux qui sont présentés ici ont été testés dans des études sérieuses qui ont montré que la baisse de cholestérol était réelle.

- Troisièmement : si malgré cela votre taux de cholestérol reste dans le rouge, consultez votre médecin qui pourra vous prescrire une statine. Les conseils relatifs aux statines que nous vous donnons ici n’ont pas valeur de diagnostic. Dans tout les cas nous vous conseillons de discuter le choix de votre traitement avec votre médecin.

Vous devez faire baisser votre cholestérol de moins de 30 %

Votre cholestérol est certes, trop élevé, mais vous pouvez espérer retrouver un bilan idéal grâce à une bonne hygiène de vie accompagnée d’un changement de vos habitudes alimentaires.

Certains compléments alimentaires ont fait leurs preuves et peuvent vous aider. Quels sont ceux qui marchent vraiment ?


Des substances naturelles pour faire baisser le cholestérol

La niacine ou vitamine B3

L’acide nicotinique, qui est l'une des formes de la vitamine B3 agit à la fois sur le « mauvais » cholestérol LDL, qu’il fait baisser et sur le « bon » cholestérol HDL, qu’il augmente (1). Dès les années 1950, Abram Hoffer et Rudolf Altschul prouvèrent l’efficacité de la niacine comme arme anti-cholestérol (2).

En 1966 fut monté le Coronary Drug Project, une étude de prévention secondaire auprès de 8 341 hommes ayant subi un infarctus, au cours de laquelle furent testés contre placebo les effets supposés préventifs d’une hormone thyroïdienne, d’hormones femelles, du clofibrate (chef de file d’une nouvelle classe d’hypocholestérolémiants) et de la niacine (3). Mais au bout de 18 mois, on arrêta les estrogènes à fortes doses dans le groupe qui le recevait, car il était accablé d’infarctus. Après 36 mois, passèrent à la trappe l’hormone thyroïdienne puis les estrogènes à doses faibles. Quant au clofibrate, il se révéla totalement inefficace. La seule molécule qui permit de faire baisser la mortalité fut la niacine d’Abram Hoffer et Rudolf Altschul !

N’hésitez pas à parler à votre médecin de cette alternative, il pourra alors décider de vous prescrire de la niacine seule ou associée à un médicament anti-cholestérol.

A quelle dose ?

Depuis 2004 un médicament, le Niaspan, qui délivre de l’acide nicotinique à libération prolongée, est autorisé en France pour le traitement des dyslipidémies. Le médecin peut prescrire des doses allant jusqu’à 3 g par jour, mais les doses efficaces sont de l’ordre de 1 à 2 g/j ; elles sont atteintes progressivement, en commençant par 375 mg/jour.

Les phytostérols

Les phytostérols, ou stérols végétaux, sont des substances fabriquées par les plantes. Ils ont une structure chimique semblable au cholestérol. Leur rôle chez les plantes est d’ailleurs proche de celui du cholestérol chez l’homme : ils entrent dans la composition des membranes cellulaires. Les trois principaux représentants de la famille des phytostérols sont le campestérol, le stigmastérol et le bêta-sitostérol. On trouve aussi ces composés sous forme saturée en hydrogène : on les appelle alors des phytostanols. Comment les phytostérols agissent sur le cholestérol ? Dans l’intestin, ils entrent en compétition avec le cholestérol et diminuent son passage dans le sang. Le cholestérol est alors éliminé dans les selles. Conséquence : le taux de cholestérol sanguin diminue.

On trouve depuis quelques temps au rayon frais de nos supermarchés des margarines, yaourts et autres produits enrichis en phytostérols. Études à l’appui, les fabricants attribuent à ces produits la capacité de faire baisser le taux de cholestérol LDL, le « mauvais » cholestérol, de 7 % en moyenne pour les phytostérols, sans affecter le taux de bon cholestérol, le HDL (4,5). On trouve aussi des compléments alimentaires à base de phytostérols en pharmacie, magasins diététiques et par correspondance. L’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) précise cependant que l’on dispose de peu de données sur la sécurité d’emploi à long terme de ces produits et en déconseille vivement la consommation aux enfants et aux femmes enceintes.

A quelle dose ?

En Europe, le Comité scientifique de l’alimentation a fixé à 3 g par jour la limite de précaution pour la consommation de stérols végétaux. Mais des chercheurs de l’université de Munster (Allemagne) viennent de calculer qu’avec une dizaine de produits alimentaires enrichis sur le marché, un individu pourrait en avaler jusqu’à… 13 g par jour ! (6) Eviter donc de remplir votre frigo avec des produits enrichis en phytostérols, un seul peut suffir.

Le policosanol

Le policosanol est un extrait de la canne à sucre qui a un mode d’action similaire à celui des statines : il agit sur la synthèse du cholestérol. En 2002, des chercheurs allemands ont passé en revue les études évaluant l’efficacité du policosanol contre le cholestérol (7). Bilan : à des doses de 10 à 20 mg par jour le policosanol réduit le cholestérol total de 17 à 21 %, réduit le cholestérol LDL de 21 à 29 % et augmente le HDL de 8 à 15 % !

A quelle dose ?

10 à 20 mg par jour de policosanol comme conseillé dans les études.

La levure de riz rouge

La levure de riz rouge est obtenue grâce à un champignon microscopique cultivé sur le riz. Le mode d’action de cette substance est comparable à celui des statines : les monacolines qu’il contient inhibent la synthèse du cholestérol. Cette « statine naturelle » est utilisée depuis des centaines d’années en Chine et ses propriétés anti-cholestérol sont exploitées depuis les années 1980.

En 2004, des chercheurs canadiens ont passé en revue tous les travaux portant sur ce produit pour déterminer si la levure de riz rouge pouvait être efficace dans les cas d’hypercholestérolémie (8). Verdict : l’extrait de levure de riz rouge peut faire baisser le taux de cholestérol total de 13 % à 26 %, le taux de LDL de 21 % à 33 %, et celui des triglycérides de 13 % à 24 %. Mieux : dans certains cas la prise de levure de riz rouge a fait augmenter de façon significative le taux de HDL des patients.

A quelle dose ?

Dans une étude chinoise pour évaluer l’efficacité de ce complément alimentaire les chercheurs ont donné à leur patient 1,2 gramme par jour d’extrait de levure de riz rouge (9).

Le bêta-glucane

Le bêta-glucane est un composant des céréales qui intervient dans le métabolisme des lipides. Des chercheurs néerlandais ont testé l’efficacité du bêta-glucane d’avoine pour réduire le taux de cholestérol (10). Pendant 5 semaines ils ont donné à leurs patients une boisson à base de fruit contenant ou non du bêta-glucane d’avoine. Résultat : les chanceux qui avaient eu droit au bêta-glucane ont vu leur cholestérol total et leur taux de LDL baisser de 6 à 8 % en moyenne.

A quelle dose ?

40 mg par jour sous forme de complément alimentaire

Le psyllium

Le psyllium est une céréale particulièrement riche en fibre. Pour connaître ses effets sur le cholestérol, des chercheurs ont passé en revue toutes les études portant sur cette plante (11). Verdict : consommer 3 grammes ou plus de fibres de psyllium dans le cadre d'une alimentation saine peut faire baisser jusqu'à 10 % le taux de cholestérol sanguin en 4 semaines.

A quelle dose ?

L’équivalent de 3 grammes de fibres de psyllium par jour

La gomme guar et la pectine

Le guar est une fibre végétale soluble qui est souvent utilisée comme épaississant. Dans une étude datant de 1988, des chercheurs californiens ont évalué les effets de cette substance sur le profil lipidique de 50 hommes souffrant de légère hypercholestérolémie(12). Au bout de 4 semaines de supplémentation, les patients ont vu leur taux de cholestérol total diminuer de 0, 25 à 0,37 g/L et leur cholestérol LDL de 0,23 à 0,3 g/L.

En association avec la pectine, la gomme guar a également montré ses effets anti-cholestérol. Une boisson composée de ces deux substances a permis une baisse de 10 à 15 % du cholestérol total et de 14 à 20 % de LDL cholestérol (13).

Les statines

Ces médicaments ont été découverts en 1975. Elles permettent de lutter contre l’hypercholestérolémie en empêchant la fabrication du cholestérol par le foie. Comment ? Elles bloquent l’action d’une enzyme qui intervient dans cette synthèse : la HMGCoA réductase.

En France il existe 5 statines différents :

- Atorvastatine : Tahor®

- Fluvastatine : Fractal®, Lescol®

- Pravastatine : Elisor®, Vasten®

- Rosuvastatine : Crestor®

- Simvastatine : Lodalès®, Zocor®

Un autre médicament, la cérivastatine (Staltor® et Cholstat®) a été retiré du marché en 2001 à la suite de décès liés à son utilisation.

 

L’alimentation insuffisante ?

 

Si l’alimentation, associée ou non aux compléments alimentaires ci-dessus ne suffisent pas à faire descendre votre cholestérol en dessous de la barre des 2 g/L vous pouvez faire appel à un médicament.

La plupart du temps, le premier médicament que va vous proposer votre médecin est une statine. L’Agence française de sécurité sanitaire des aliments et produits de santé (Afssaps) donne en effet des recommandations aux médecins pour le traitement des patients atteints d’hypercholestérolémie. Le médecin doit d’abord prescrire un régime alimentaire pendant 3 mois. Si le cholestérol-LDL ne baisse pas suffisamment, alors il prescrira des médicaments hypolipémiants. En l’absence de contre-indication, l’Afssaps recommande de commencer par prescrire une statine.


Comment choisir une statine pour une baisse du cholestérol LDL inférieure à 30 %
 

Statine

Coût mensuel

(en €)

Réduction du LDL cholestérol

Réduit le risque d’infarctus

Réduit la mortalité

Atorvastatine

   

Oui

Oui

Tahor®

       

10 mg

22,88

34 à 38 %

   

Simvastatine

   

Oui

Oui

Lodalès®

       

20 mg

27,47

30 à 40 %

   

Zocor®

       

20 mg

27,47

30 à 40 %

   

Fluvastatine

   

Probable

Probable

Fractal®

       

20 mg

17,81

22 %

   

40 mg

23,41

25 %

   

Lescol®

       

20 mg

16,46

22 %

   

40 mg

21,63

25 %

   

Pravastatine

   

Oui

Oui

Elisor®

       

20 mg

26,89

23 à 29 %

   

40 mg

49,25

26 à 34 %

   

Vasten®

       

10 mg

11,06

18 à 25 %

   

20 mg

21,57

23 à 29 %

   

40 mg

40,37

26 à 34 %

   

Rosuvastatine

   

Probable

Probable

Crestor®

       

5 mg

18,87

39 à 46 %

   

Pour une baisse du cholestérol LDL inférieur à 30 %, la pravastatine est le médicament de choix. La baisse de cholestérol moyenne que vous pouvez attendre va de 18 à 34 % selon le dosage.

 

En cas de surpoids ou si vous êtes très sédentaire, votre médecin peut choisir de vous conseiller plutôt la simvastatine. Ce médicament pourra également vous être prescrit si votre cholestérol ne redescend pas suffisamment après un mois de traitement avec la pravastatine.

Cependant la pravastatine expose à moins d’interactions, notamment pour les patients qui prennent un inhibiteur de l’isoenzyme CYP 3A4 du cytochrome P450 ou pour les amateurs de jus de pamplemousse.


Vous devez faire baisser votre cholestérol de plus de 30 % et/ou vous souffrez de troubles cardiovasculaires ou de diabète

Pour une baisse de la LDL-cholestérolémie supérieure à 30 %, l’alimentation et les compléments alimentaires risquent d’être insuffisants. Les statines restent alors les molécules de choix en première intention.

Statine

Coût mensuel

Réduction du LDL cholestérol

Réduit le risque d’infarctus

Réduit la mortalité

Atorvastatine

   

Oui

Oui

Tahor®

       

20 mg

40,23

42 à 46 %

   

40 mg

43,16

47 à 51 %

   

80 mg

43,16

46 à 54 %

   

Simvastatine

   

Oui

Oui

Lodalès®

       

20 mg

27,47

30 à 40 %

   

40 mg

46,41

35 à 45 %

   

Zocor®

       

20 mg

27,47

30 à 40 %

   

40 mg

46,41

35 à 45 %

   

Fluvastatine

   

Probable

Probable

Fractal®

       

80 mg

30,90

35 %

   

Lescol®

       

80 mg

30,90

35 %

   

Rosuvastatine

   

Probable

Probable

Crestor®

       

10 mg

27,45

43 à 50 %

   

20 mg

41,46

52 à 55 %

   

Dans ce cas la simvastatine apparaît comme un traitement hypolipémiant de choix : sécurité d’emploi et efficacité sont au rendez-vous. Aux doses de 20 à 40 mg elle a montré une réduction du cholestérol LDL allant de 30 à 45 % couplée à une réduction du risque de crise cardiaque et de mortalité cardiovasculaire.

Cependant si votre cholestérol LDL dépasse de plus de 45 % les limites admissibles, la simvastatine n’est peut-être pas le choix le plus indiqué : certaines études suggèrent en effet que la dose de 80 mg peut provoquer des problèmes musculaires.
 


Si vous avez subi un infarctus ou si vous souffrez d’une maladie coronarienne

Les personnes qui ont déjà subi une crise cardiaque ont généralement un risque élevé d’être victime d’un nouvel infarctus et ont intérêt à faire baisser leur cholestérol LDL s’il est excessif. Si le LDL n’est pas exagérément élevé, le médecin sera souvent amené à prescrire la simvastatine 40 mg. En effet, à cette dose une étude a montré que la simvastatine était plus efficace en prévention de la récidive d’infarctus que l’atorvastatine 80 mg.

En revanche si la baisse du LDL nécessaire est trop importante, la prescription d’atorvastatine 80 mg peut s’avérer nécessaire (14).


Bibliographie

(1) Grundy SM, Vega GL, McGovern ME, Tulloch BR, Kendall DM, Fitz-Patrick D, Ganda OP, Rosenson RS, Buse JB, Robertson DD, Sheehan JP; Efficacy, safety, and tolerability of once-daily niacin for the treatment of dyslipidemia associated with type 2 diabetes: results of the assessment of diabetes control and evaluation of the efficacy of niaspan trial. Arch Intern Med. 2002 Jul 22;162(14):1568-76

(2) Altschul R; Hoffer A; Stephen JD : Influence of nicotinic acid on serum cholesterol in man. Arch Biochem Biophys 1955, 54: 558–559.

(3) Berge KG : Coronary drug project: experience with niacin. Coronary Drug Project Research Group. Eur J Clin Pharmacol. 1991;40 Suppl 1:S49-51

(4) Weststrate JA, Meijer GW. Plant sterol-enriched margarines and reduction of plasma total- and LDL-cholesterol concentrations in normocholesterolaemic and mildly hypercholesterolaemic subjects. Eur J Clin Nutr. 1998 May;52(5):334-43.

(5) Noakes M, Clifton PM, Doornbos AM, Trautwein EA. Plant sterol ester-enriched milk and yoghurt effectively reduce serum cholesterol in modestly hypercholesterolemic subjects.Eur J Nutr. 2005 Jun;44(4):214-22.

(6) Kuhlmann K : Simulation of prospective phytosterol intake in Germany by novel functional foods. Br J Nutr 2005 Mar;93(3):377-85.

(7) Gouni-Berthold I, Berthold HK. Policosanol: clinical pharmacology and therapeutic significance of a new lipid-lowering agent. Am Heart J. 2002 Feb;143(2):356-65.

(8) Journoud M, Jones PJ. Red yeast rice: a new hypolipidemic drug. Life Sci. 2004 Apr 16;74(22):2675-83. Review.

(9) Kou W, Lu Z, Guo J. Effect of xuezhikang on the treatment of primary hyperlipidemia Zhonghua Nei Ke Za Zhi. 1997 Aug;36(8):529-31.

(10) Naumann E, van Rees AB, Onning G, Oste R, Wydra M, Mensink RP. Beta-glucan incorporated into a fruit drink effectively lowers serum LDL-cholesterol concentrations. Am J Clin Nutr. 2006 Mar;83(3):601-5

(11) Olson BH, Anderson SM, Becker MP, Anderson JW, Hunninghake DB, Jenkins DJ, LaRosa JC, Rippe JM, Roberts DC, Stoy DB, Summerbell CD, Truswell AS, Wolever TM, Morris DH, Fulgoni VL Psyllium-enriched cereals lower blood total cholesterol and LDL cholesterol, but not HDL cholesterol, in hypercholesterolemic adults: results of a meta-analysis.. J Nutr. 1997 Oct;127(10):1973-80

(12) Superko HR, Haskell WL, Sawrey-Kubicek L, Farquhar JW Effects of solid and liquid guar gum on plasma cholesterol and triglyceride concentrations in moderate hypercholesterolemia. Am J Cardiol. 1988 Jul 1;62(1):51-5.

(13) Pirich C, Schmid P, Pidlich J, Sinzinger H. Lowering cholesterol with Anticholest--a high fiber guar-apple pectin drink. Wien Klin Wochenschr. 1992;104(11):314-6.

(14) Waters DD. Safety of high-dose atorvastatin therapy. Am J Cardiol. 2005 Sep ;96(5A):69F-75F.

Décembre 2006

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top