Pourquoi et comment passer moins de temps assis au travail

Par Lanutrition.fr Publié le 16/12/2013 Mis à jour le 15/10/2018
Actualité

Churchill et Hemingway travaillaient debout et les études leur donnent raison. Pour réduire le temps passé en position assise sur son lieu de travail, plusieurs stratégies peuvent être mises en place. 

Pourquoi c'est important

La sédentarité, et notamment la position assise prolongée, favorise une pression artérielle élevée, un sucre sanguin plus élevé. La station assise réduit aussi l'activité d'une enzyme appelée lipoprotéine lipas, qui permet de métaboliser les graisses dans le sang pour les transformer en carburant. Les études montrent que passer plus de 8 heures par jour en position assise augmenterait le risque de décès prématuré, de diabète de type 2, de maladies cardiovasculaires et même de cancer. A l’inverse, la station debout et/ou l'activité physique permettent un bon état de santé général. Lorsqu'on travaille debout plutôt qu'assis, on dépense en moyenne 50 calories de plus par heure, ce qui peut faire une différence à long terme. Travailler debout était une pratique courante autrefois. Winston Churchill écrivait debout à un bureau spécialement aménagé, tout comme Ernest Hemigway ou Benjamin Franklin.

De nombreux salariés sont contraints de rester assis à leur bureau pendant de longues heures lorsqu’ils sont sur leur lieu de travail. Pourtant quelques aménagements peuvent permettre de passer moins de temps assis. Des études se sont penchées sur le sujet et rapportent les bénéfices qui en découlent non seulement sur la santé mais également sur les performances au travail. 

Ce que disent les études

Dans une étude australienne parue dans PLoS One, des chercheurs australiens ont voulu savoir s’il était possible de mettre en œuvre des stratégies de diminution du temps passé assis dans les entreprises. Ils ont testé 3 stratégies différentes :

  • la première approche, testée par 19 personnes, incitait les salariés à utiliser des « stations de travail actives » : ils avaient accès à un tapis d’entraînement et à un bureau équipé d’un ordinateur et d’un téléphone. Les salariés pouvaient ainsi téléphoner et travailler debout en faisant de l’exercice. Il était recommandé d’utiliser cette station de travail pendant de courtes périodes de 10 à 30 min, plusieurs fois par jour,
  • dans le deuxième groupe, 14 personnes devaient faire une activité physique légère à modérée pendant les pauses, ainsi qu’avant et après le travail. Les salariés portaient un pédomètre et étaient encouragés à marcher plus pendant leur journée de travail,
  • le troisième groupe de 29 personnes a dû utiliser des stations de travail ergonomiques, avec une station assise active, où il fallait bouger plus souvent. Cette station de travail incitait à rompre le temps passé devant l’ordinateur et à se tenir perché sur le bord de la chaise.

Résultats : en moyenne, les employés ont passé 8 min de moins assis par jour, ce qui représente une réduction du temps sédentaire de 1 à 2 %. Le nombre de pauses a un peu augmenté et l’activité physique modérée a augmenté pendant le temps de travail de 1,5 %. Aucune des trois stratégies ne paraissait plus efficace que les autres. Ces résultats étaient somme toute assez limités. Les auteurs recommandent de faire des coupures pendant le temps de travail, par exemple pour aller chercher à boire.

L’un des paramètres qui influencent la mise en place de telles stratégies est la politique générale de l’entreprise en matière de flexibilité des horaires. Parmi les trois entreprises testées, l’une avait mis en place des horaires flexibles, c'est-à-dire que les salariés pouvaient gérer leur temps de travail et les horaires de leurs pauses ; la réduction du temps sédentaire dans cette entreprise a été de 4,1 % contre 1,3 et 0,1 % pour les deux autres, qui étaient plus rigides sur les horaires.

Dans une nouvelle étude parue dans la revue BMJ, 146 participants – employés de bureaux – ont été séparés en deux groupes : 76 ont reçu un bureau assis/debout et ont suivi une formation visant à encourager la diminution de la position assise au travail et les autres participants ont continué à travailler normalement, sur un bureau classique. Le temps passé en position assise ou debout a été mesuré à différents moments de l’étude qui a duré un an. Les chercheurs ont évalué le temps passé assis ainsi que la santé mentale et les performances au travail des participants.

Au début de l’étude, les participants passaient en moyenne 9,7 heures en position assise. Cependant, au cours de l’années d’étude, ceux qui ont bénéficié du bureau ajustable ont progressivement passé moins de temps assis que les participants du groupe de contrôle. Après 3 mois, ils s’asseyaient 50 minutes de moins, après 6 mois, 64 minutes de moins et à la fin de l’étude, 82 minutes de moins que le groupe de contrôle.

Autre résultat, surprenant : les participants avec les bureaux ajustables étaient plus impliqués dans leur travail mais également plus performants que ceux qui travaillaient assis, notamment parce qu’ils étaient moins fatigués, moins anxieux et avaient une meilleure qualité de vie. Les participants qui ont diminué leur temps en position assise avaient également moins de problèmes de dos.

En pratique

Les bureaux ajustables assis/debout sont une bonne solution pour diminuer son temps en position assise tout en gardant confort et productivité qui peuvent être diminués avec un bureau statique en position debout.

Sinon, plusieurs stratégies peuvent être mises en place : pour compenser le temps passé en position assise, il faut marcher (pour 8 heures en position assise, marcher une heure), interrompre la position assise toutes les heures pour aller marcher 2 min ou encore prendre de la vitamine C pour réduire les risques vasculaires liés à la position assise prolongée. 

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top