Les dépressifs manqueraient de zinc

Par Lanutrition.fr Publié le 13/01/2014 Mis à jour le 10/03/2017
La dépression est associée à des concentrations plus basses de zinc dans le sang.

Les personnes déprimées ont des concentrations de zinc plus basses dans leur sang par rapport aux personnes non-déprimées. C’est la conclusion d’une méta-analyse de plusieurs études réalisée par des chercheurs de l’université de Toronto, et qui paraît dans Biological Psychiatry.

Le zinc est un oligo-élément essentiel à la croissance cellulaire; il joue un rôle dans le contrôle des fonctions hormonales, immunitaires et neuronales. Des niveaux de zinc bas sont associés avec des perturbations dans le métabolisme des acides gras, ce qui pourrait affecter la fonction cérébrale et la santé vasculaire. En raison de son rôle immunitaire, le zinc est préconisé pour réduire l’intensité des symptômes du rhume.

Lire : Votre programme anti-rhume

Cette étude a cherché à faire la synthèse des données cliniques existantes sur les concentrations en zinc dans le sang de sujets déprimés et de témoins. L’analyse a inclus 17 études qui comparaient les valeurs trouvées chez 1 643 patients déprimés et 804 personnes contrôles. 10 de ces études portaient sur des patients hospitalisés, il y avait 34,4 % d’hommes ; l’âge moyen était de 37,7 ans.

Les chercheurs canadiens ont trouvé que les concentrations sanguines en zinc étaient plus basses d’environ 1,85 µmol/L chez les personnes déprimées, par rapport aux personnes contrôles. Dans le sang, la concentration normale de zinc est d’environ 1 mg/L (15 µmol/L). Une dépression plus sévère était associée avec des différences plus grandes dans les niveaux de zinc.

Lire : Régime alimentaire et dépression : quel est le lien ?

Chez les animaux, un déficit expérimental en zinc peut induire un comportement dépressif ; une complémentation en zinc a des effets bénéfiques sur le comportement de ces animaux. De plus, des essais précliniques ont suggéré que le zinc ajouté à des antidépresseurs permettrait une amélioration plus rapide, plus efficace, des symptômes dépressifs.

D'après les auteurs, le zinc a des propriétés antioxydantes, il intervient dans le contrôle des circuits du glutamate de l’hippocampe et du cortex, ce qui expliquerait qu’il soit bénéfique aux fonctions affectives et cognitives. Le glutamate est un neurotransmetteur libéré dans les circuits de la récompense du cerveau. Des concentrations insuffisantes en zinc compromettraient la plasticité neuronale et contribueraient au déclin neuropsychologique et psychiatrique à long terme.

Lire : 4 moyens originaux pour booster son cerveau

Par conséquent, ces travaux suggèrent que la dépression est associée à des concentrations basses en zinc. Les aliments riches en zinc sont les viandes, les fruits de mer (huîtres), les céréales, les graines de courge, de lin et sésame, le cacao, les lentilles... Face à un défcit, il faut souvent prendre des compléments de zinc en plus de l'alimentation.

Consulter : les aliments les plus riches en zinc

Source

Swardfager W, Herrmann N, Mazereeuw G, Goldberger K, Harimoto T, Lanctôt KL. Zinc in depression: a meta-analysis. Biol Psychiatry. 2013 Dec 15;74(12):872-8. doi: 10.1016/j.biopsych.2013.05.008. Epub 2013 Jun 24.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top