Soigner l'intestin pour guérir l'autisme ?

Par Lanutrition.fr Publié le 04/07/2016 Mis à jour le 10/03/2017
Actualité

Déséquilibre de la flore intestinale, sensibilité au gluten : le lien entre autisme et santé de l'intestin se précise.

L’autisme est une maladie qui se traduit par des difficultés à communiquer et des troubles du comportement. Récemment, il a été montré qu’un régime sans gluten semble améliorer ces troubles. Des interventions alimentaires semblent efficaces.

Lire : Autisme : quelle alimentation mettre en place ?

Les enfants autistes sont sensibles au gluten

Les enfants autistes souffrent souvent de symptômes gastro-intestinaux. Par ailleurs, les enfants autistes présentent des anomalies du système immunitaire, comme une réactivité aux antigènes du Soi. Une étude américaine a inclus 140 enfants : 37 autistes, 27 de leurs frères et sœurs en bonne santé et 76 enfants en bonne santé et sans lien de parenté. Les auteurs ont cherché dans les échantillons sanguins des enfants la présence d’anticorps dirigés contre une protéine du gluten : la gliadine.

Les enfants autistes avaient des niveaux significativement plus élevés d’anticorps anti-gliadine que les enfants en bonne santé. Les historiques médicaux de 27 enfants autistes étaient disponibles. 19 d’entre eux (70 %) souffraient de symptômes gastro-intestinaux : diarrhées, reflux gastro-œsophagique, constipation...  Les allèles associés à la maladie coeliaque ont aussi été recherchés : 48,6 % des enfants autistes portaient ces allèles mais il n’y avait pas d’association entre leur présence et les taux anormaux d’anticorps anti-gliadine. En conclusion, les enfants autistes présentent une réponse immunitaire augmentée au gluten, mais l’analyse génétique montre que ce phénomène est indépendant de la maladie cœliaque.

De nombreux parents mettent en place un régime sans gluten ni lait, avec des résultats variables, souvent encourageants, comme le montre le récit de Nathalie Champoux dans "Etre et ne plus être autiste". Mais il faut dire que les études visant à éliminer le gluten dans un contexte scientifique, ont jusqu'ici donné des résultats contrastés. Seuls certains enfants pourraient être améliorés par un régime sans gluten.

Une bactérie intestinale inverse les comportements autistiques chez la souris

Des chercheurs du Baylor College of Medicine sont partis du constat que l’obésité maternelle pendant la grossesse augmente le risque de troubles autistiques chez les enfants. De plus, certains autistes ont des problèmes gastro-intestinaux. Pour créer un modèle animal des troubles autistiques, les chercheurs ont nourri 60 souris femelles avec un régime riche en graisses. Les portées restaient avec leurs mères trois semaines puis étaient nourries normalement. Au bout d’un mois, les petits montraient des problèmes comportementaux et passaient moins de temps avec les autres : ces troubles rappelaient un comportement autistique.

Les chercheurs ont voulu savoir s'il y avait une différence dans le microbiome des progénitures de souris nourries avec un régime alimentaire normal et de souris nourries avec un régime riche en graisses. Ils ont trouvé une nette différence dans le microbiote des deux groupes. Comme les souris ont tendance à manger les excréments des autres, les chercheurs ont mélangé les souris pour qu’elles acquièrent le microbiote de leurs compagnons de cage. Lorsque les souris qui avaient des problèmes de comportement étaient mélangées avec des souris normales, au bout de quatre semaines, leur comportement s’améliorait.

Un séquençage des souches a montré que la bactérie Lactobacillus reuteri était neuf fois moins présente dans le microbiome de souris nées de mères qui avaient eu un régime riche en graisses. Les chercheurs ont cultivé une souche de Lactobacillus (L.) reuteri et l’ont introduite dans l'eau de la progéniture de mères qui avaient été nourries avec un régime riche en graisses. En remettant cette bactérie dans l’intestin des souris, les chercheurs ont pu inverser certains de leurs problèmes de comportement. Ce travail suggère qu’une intervention à base de probiotiques pourrait aider au traitement de troubles du développement nerveux comme l’autisme.

De plus, L. reuteri favorisait la production d’ocytocine, l’hormone de l’attachement, qui joue un rôle important dans les comportements sociaux. D’autres travaux ont déjà suggéré que l’ocytocine améliorait les troubles autistiques.

Pour aller plus loin, lire Etre et ne plus être autiste, de Nathalie Champoux : le récit d'une maman qui a guéri ses deux enfants en changeant radicalement d'alimentation (lire un extrait ICI >>).

Sources

Nga M. Lau, Peter H. R. Green, Annette K. Taylor, Dan Hellberg, Mary Ajamian, Caroline Z. Tan, Barry E. Kosofsky, Joseph J. Higgins, Anjali M. Rajadhyaksha, Armin Alaedini. Markers of Celiac Disease and Gluten Sensitivity in Children with Autism. PLoS One. Juin 2013. Volume 8: 6. e66155

Buffington SA, Di Prisco GV, Auchtung TA, Ajami NJ, Petrosino JF, Costa-Mattioli M. Microbial Reconstitution Reverses Maternal Diet-Induced Social and Synaptic Deficits in Offspring. Cell. 2016 Jun 16;165(7):1762-75. doi: 10.1016/j.cell.2016.06.001.

Elissar Andari, Jean-René Duhamel, Tiziana Zalla, Evelyn Herbrecht, Marion Leboyer and Angela Sirigua. Promoting social behavior with oxytocin in highfunctioning. Autism spectrum disorders. PNAS Early Edition. February 15, 2010.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top