Les optimistes vivraient plus longtemps

Par Juliette Pouyat - Journaliste scientifique Publié le 27/08/2019 Mis à jour le 28/09/2022
Actualité

Les personnes optimistes augmenteraient leur espérance de vie et auraient plus de chances d’atteindre au moins l’âge de 85 ans.

Allongement de l’espérance de vie et santé

Au cours des dernières décennies, nous avons gagné des années de vie. En France, à la naissance, les hommes peuvent espérer vivre en moyenne 79 à 80 ans, contre 85 à 86 ans pour les femmes. En matière de longévité, les recherches scientifiques s’intéressent le plus souvent à des facteurs biologiques et métaboliques qui influencent le risque de maladies et de décès prématuré. Mais les facteurs psychosociaux peuvent également influencer la longévité.

Parmi ces facteurs non biologiques, l’optimisme est certainement un de ceux qui a le plus d’impact sur la longévité. L’optimisme est une façon de voir la vie du bon côté, c’est également penser que de bonnes choses vont arriver et que l’avenir est favorable. Des études menées précédemment ont montré que l’optimisme réduit le risque cardiovasculaire, ainsi que le risque de déclin pulmonaire et de mort prématurée. Il aiderait également à renforcer l'immunité.

Lire : Les optimistes dorment mieux et c'est bon pour leur santé

Pourtant l'optimiste a aussi des défauts, car ce trait de caractère peut conduire à une vision trop idéale, et donc erronée, de sa situation. Ainsi, dans Les 3 émotions qui guérissent, Emmanuel Duquoc explique : « La psychologie a longtemps été persuadée que les personnes légèrement dépressives étaient les plus réalistes. Il est vrai que les optimistes ont une fâcheuse tendance à se rappeler plus souvent les événements heureux que les malheureux, et à surestimer leur maîtrise des choses, leurs réussites passées et leurs chances futures. » En d’autres termes, on peut imaginer que lorsqu’un problème de santé survient, le pessimiste aura tendance à le prendre au sérieux pour y trouver une solution (aller voir le médecin…), tandis que l’optimiste pourrait faire preuve de négligence, aveuglé par la foi en sa bonne étoile.

Différentes recherches ont étudié le lien entre la longévité et l’optimisme.

Une vie plus longue et en meilleure santé

Dans une première étude parue dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, des chercheurs ont voulu vérifier l’hypothèse selon laquelle l’optimisme augmente la longévité. Ils ont donc analysé les données issues de deux cohortes indépendantes. 

Les scientifiques ont utilisé les données concernant 69 744 femmes et 1 429 hommes. Ils ont notamment évalué le niveau d’optimisme, la santé générale et le mode de vie (alimentation, tabagisme, alcool). Le suivi a duré 10 ans pour les femmes et 30 ans pour les hommes.

Les résultats indiquent que les hommes et les femmes les plus optimistes présentent en moyenne une durée de vie plus longue de 11 à 15 % et également une chance plus élevée de 50 à 70 % d’atteindre une longévité exceptionnelle (au moins 85 ans), par rapport aux personnes les moins optimistes.

Ces résultats sont confirmés par une étude de l’école de santé publique de Harvard parue en juin 2022. Les chercheurs ont suivi près de 160 000 femmes âgées de 50 à 79 ans sur une période de 26 ans. Au début de l’étude, les participantes ont rempli un questionnaire pour mesurer leur niveau d’optimisme.

En 2019, les chercheurs ont recontacté les participantes qui étaient toujours en vie et examiné la longévité de celles qui étaient décédées. Ils ont observé que les femmes les plus optimistes vivaient plus longtemps : elles avaient plus de chances que les pessimistes de vivre jusqu’à 90 ans. Plus précisément, le quart de femmes le plus optimiste gagnait 5,4 % d’espérance de vie - donc plusieurs années - par rapport au quart de femmes les plus pessimistes.

Le mécanisme par lequel l’optimisme augmente la longévité n’est pas clair. Plusieurs hypothèses ont été émises.

Comment expliquer que les optimistes vivent plus longtemps ?

Pour Fuschia Sirois, professeur de psychologie à l’université de Durham, cela pourrait être lié à un mode de vie plus sain, comme elle l’explique sur le site The Conversation : « Par exemple, des recherches menées dans le cadre de plusieurs études ont montré que l’optimisme est lié à une alimentation saine, à la pratique d’une activité physique et au fait d’être moins enclin à fumer. »

L’optimisme est lié à une alimentation saine, à la pratique d’une activité physique et au fait d’être moins enclin à fumer

Mais le mode de vie n’est pas la seule raison expliquant cette longévité, sa contribution à la longévité est même modeste. Dans l'étude parue en 2022, les chercheurs estiment que le mode de vie était responsable de seulement 24 % de l’association entre optimisme et longévité... D’autres facteurs pourraient intervenir, comme la façon de gérer son stress au quotidien : certaines études laissent penser que les personnes optimistes ont une meilleure capacité à réguler leurs émotions et endurent mieux les événements stressants et les difficultés.

En pratique

Héréditaire à 25 %, l’optimisme serait également façonné par des facteurs structurels sociaux. Il semblerait cependant que le fait de voir toujours le verre à moitié vide ne soit pas une fatalité. Des techniques ou des thérapies relativement simples (comme les TCC) peuvent aider à modifier le niveau d’optimisme d’une personne. Selon les chercheurs, on peut donc apprendre à devenir optimiste.

Le conseil d'Emmanuel Duquoc : « Si vous êtes convaincu de l’intérêt d’être optimiste, sachez que cela se cultive. Une pratique fertile consiste à se souvenir d’une expérience d’optimisme ou de confiance et de constater les effets positifs qu’elle a eu. Choisissez une expérience réelle et forte pour vous, ou bien, si vous n’en trouvez pas, empruntez-la à une fiction, film, roman ou conte... »

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRISTORE, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top