Bromocriptine: brûleur de graisses?

Par Collectif LaNutrition.fr - Journalistes scientifiques et diététiciennes Publié le 17/03/2006 Mis à jour le 10/03/2017

Employée pour lutter contre la maladie de Parkinson et les troubles de la sexualité, la bromocriptine a-t-elle des propriétés amincissantes?

 

Type

médicament sur ordonnance

Indication

maladie de Parkinson, hyperprolactinémie

Usage hors indication

obésité, surpoids

Efficacité

Bases scientifiques : ,  Bases cliniques :

Sécurité d’emploi

 

 

Qu’est ce que c’est

 

 

Chez certaines personnes, la prolactine – une hormone – est sécrétée en trop grande quantité. Cela peut entraîner une perturbation de la sexualité, avec baisse de la libido, impuissance chez l’homme et troubles du cycle reproductif chez la femme. L’un des meilleurs traitements est l’administration de bromocriptine, un médicament dérivé de l’ergot de seigle, ce champignon qui se développe sur les céréales. La bromocriptine est surtout indiquée dans le traitement de la maladie de Parkinson, parce qu’elle stimule les neurones impliqués dans cette maladie. Enfin, elle constitue un traitement prometteur du surpoids.


Comment elle agit

La bromocriptine stimule la synthèse de dopamine et de noradrénaline, deux messagers chimiques qui facilitent l’élimination des graisses. La bromocriptine facilite aussi la libération de l’hormone de croissance, une hormone brûleuse de graisses, qui favorise la construction de muscles.


Bases scientifiques et cliniques

Chez l’animal, cette molécule présente la particularité de diminuer les réserves de graisses sans affecter ni le poids corporel ni la prise alimentaire. Une étude publiée en 1992 dans Experientia conclut que la bromocriptine (1,25 à 2,5 mg/j pendant 10 semaines) entraîne une diminution de la masse adipeuse de 11,7% chez 33 femmes obèses ménopausées. Encouragés par ces résultats, la même équipe de cliniciens a réalisé une seconde étude. Publiés en 1996 dans le journal Diabetes Care, ils confirment l’intérêt de la bromocriptine. L’étude a été menée pendant 18 semaines auprès de 17 obèses. Ils devaient suivre un régime pauvre en calories et prendre chaque jour à 8h00 de la bromocriptine ou un placebo. Le groupe bromocriptine a perdu en moyenne 6,3 kilos, dont 5,4 kilos de graisses, à comparer à 0,9 et 1,5 kilos dans le groupe placebo. La bromocriptine a aussi amélioré la tolérance au glucose, un indicateur du risque de diabète.

Notre avis

La bromocriptine apparaît comme un produit prometteur dans le cadre d’un régime hypocalorique. C’est à l’heure actuelle en France un médicament prescrit dans le traitement de la maladie de Parkinson et dans les troubles liés à un excès de prolactine. Il est aussi utilisé pour améliorer la libido et l’activité sexuelle, ainsi que la mémoire à court terme.

 

Où la trouver

En pharmacie : Parlodel® (Liste 1)


Doses usuelles

1,25 à 5 mg par jour.

Une augmentation progressive des doses est souvent préconisée. La bromocriptine peut inhiber la synthèse de mélatonine, une hormone nécessaire au sommeil. Il est donc conseillé de prendre la bromocriptine pendant la journée (au repas) ou d'ajouter à la bromocriptine de la mélatonine, en cas de prise le soir ou la nuit.

 


Précautions d’emploi

Contre-indications : grossesse ; hypertension non contrôlée ; sensibilité particulière aux dérivés de l'ergot de seigle.

Effets indésirables : troubles digestifs ; baisse de la tension artérielle ; somnolence ; vertiges ; nausées. Rarement : mouvements anormaux ; sécheresse de la bouche ; constipation ; oedème des jambes ; syndrome de Raynaud.

À fortes doses : confusion, excitation ou hallucinations (ces troubles nécessitent la réduction de la posologie, voire l’arrêt du traitement).

Précautions particulières : Contrôle de la tension nécessaire au-delà de 65 ans, ou en cas de maladie cardiaque.

Prudence en cas de détérioration mentale, troubles psychiques, antécédents d’ulcères gastro-duodénaux.

Interactions médicamenteuses : ne pas associer aux médicaments vasoconstricteurs, notamment ceux dérivés de l’ergot de seigle, ni aux antibiotiques de la famille des macrolides. Informer le médecin si vous prenez un médicament contenant de la griséofulvine.



Bibliographie

Meier AH : « Timed bromocriptine administration reduces body fat stores in obese subjects and hyperglycemia in type II diabetics ». Experientia. 1992 Mar 15 ; 48(3) :248-53.

Cincotta AH : « Bromocriptine (Ergoset) reduces body weight and improves glucose tolerance in obese subjects. » Diabetes Care. 1996 Jun ;19(6):667-70.

Scislowski PW : « Biochemical mechanisms responsible for the attenuation of diabetic and obese conditions in ob/ob mice treated with dopaminergic agonists. » Int J Obes Relat Metab Disord. 1999 Apr ; 23(4):425-31.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRISTORE, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top