Le régime Low Carb (pauvre en glucides)

Par Marie-Charlotte Rivet Bonjean Publié le 12/09/2018 Mis à jour le 14/09/2018
Article

Ce régime s'adresse surtout aux personnes en surpoids et aux diabétiques. Mais il n'est pas toujours simple à suivre à long terme.

Le régime "low carb" est, comme son nom anglais l’indique, un régime pauvre en glucides qui, lorsqu'il est bien conduit (avec des légumes), est équilibré. 

Profil 

Pauvre en glucides (surtout féculents), équilibré à riche en protéines et plutôt riche en lipides 

Principe

Limiter l’apport de glucides pour conduire l’organisme à brûler principalement des graisses en les transformant en énergie.

Points forts

  • Satiété
  • Perte de poids rapide 

Points faibles

  • Peut être contraignant pour la vie sociale, et restrictif, parfois difficile à suivre à long terme
  • Déficit possible en certains minéraux et vitamines (surtout lorsqu’il est strict) 

Qu’est-ce que le régime low carb ? 

Ce régime est basé sur la restriction plus ou moins stricte des glucides, surtout les sucres et les glucides sources d'amidon. La quantité de glucides consommée quotidiennement dépend de vos objectifs de poids ou de santé. 

La fourchette est très large : entre 15 g de glucides par jour pour le régime le plus strict et 130 g pour le plus permissif.

Mais pour arriver à ces quantités limitées, il faut supprimer ou considérablement réduire certains aliments courants comme le pain, les pâtes, le riz, le sucre, les pommes de terre… et les remplacer par de la viande, du poisson, des légumes peu glucidiques, des noix, des graisses (bien sélectionnées), des fruits peu glycémiants (en plus ou moins grande quantité).

Ce régime a longtemps eu mauvaise presse. Il s’éloigne (beaucoup) des recommandations des autorités sanitaires, qui préconisent des féculents à chaque repas et expliquent que les glucides sont la première source d’énergie de l’organisme et qu’ils sont indispensables à l’organisme.

En fait, selon l'Institut de médecine des Etats-Unis, les besoins minimum en glucides, dès lors que l'organisme se procure suffisamment de graisses et de protéines, sont probablement proches de zéro : le corps peut s’en passer comme première source d’énergie. A partir des graisses (ingérées ou stockées), l’organisme fabrique des corps cétoniques qui servent de carburant alternatif. Lorsque la production de corps cétoniques est suffisante, le corps est dit en état de cétose.

Le régime low carb n’est pas préconisé que pour la perte de poids. Il diminue le niveau de marqueurs du risque cardiovasculaire (comme les triglycérides), abaisse la glycémie et pourrait prévenir ou inverser le diabète.

Le plus célèbre des régimes low carb : Le Nouveau régime Atkins

Le plus strict : Le régime cétogène

Pour la petite histoire 

Pendant près de 150 ans, du 19e siècle jusqu’à la fin des années 1960, les médecins faisaient maigrir efficacement les obèses en réduisant drastiquement les féculents et les sucres en tout genre. 

En 1825, l’auteur culinaire Jean-Anthelme Brillat-Savarin a interrogé plus de 500 obèses pour comprendre leur comportement alimentaire. A la suite de cette étude, il publie La physiologie du goût où il partage une particularité qui l’a frappé : ces personnes mangeaient énormément de féculents. Il en déduit que ce sont les féculents qui sont à l’origine de leur obésité et que le sucre aggrave les choses. 

Puis de nombreux médecins ont fait le même constat jusqu’aux années 1960, où la guerre contre le gras a commencé et où les glucides ont été réhabilités. 

En 1972, le Dr Robert Atkins remet le low-carb en selle en publiant son célèbre régime. Cependant, il est très restrictif, aouvre en fruits et légumes et s’accompagne d’effets secondaires gênants (au début fatigue, migraines…). En 2011, trois professeurs de médecine universitaires mettent au point la nouvelle version du Régime Atkins, plus souple, plus simple à suivre et équilibrée.

Lire aussi : Deux siècles de régimes : ceux qui marchent, ceux qui échouent 

Qu’en dit la recherche ? 

De nombreuses études ont été réalisées sur les effets thérapeutiques du régime low carb. 

Pour la perte de poids : En 2015, une méta-analyse d'études regroupant 1797 patients (1) a montré que le régime low carb est plus efficace pour perdre du poids qu'un régime pauvre en graisses et qu'il pourrait réduire les risques de maladies cardiovasculaires.

Pour le diabète : Le régime low carb a souvent conduit à des améliorations importante des taux de glucose et de lipides sanguins chez les diabétiques de type 2. (2) Une revue des études publiée en 2018 dans l’European Journal of Clinical Nutrition a, par exemple, montré les effets positifs du régime low carb sur l’hémoglobine glyquée HbA1c (le marqueur du contrôle du diabète).

De plus d’autres études ont montré qu’il était possible de réduire voire d’éliminer les médicaments antidiabète grâce à une consommation limitée de glucides.

Pour les maladies cardiovasculaires : Le régime low carb permet généralement de réduire les facteurs de risque de ces maladies : perte de poids, baisse de la glycémie, des triglycérides, de la pression artérielle quand il y a hypertension. (3,4) Cependant, aucune étude n'a encore montré que ce type d'alimentation conduit à moins de maladies cardiovasculaires.

Effets indésirables : Une étude de 2018 laisse penser que les personnes qui suivent un régime "low carb" ont un risque de mortalité plus élevé. Il s'agit d'une étude d'observation qui ne peut pas établir une relation de cause à effet, mais qui doit être prise en compte si l'on veut suivre un régime low carb sur le long terme. Si vous êtes dans ce cas, sachez que cette étude a été commentée sur notre site.

En pratique

Le régime "low carb" n'est pas fait pour tout le monde ; il peut être difficile à suivre à long terme. Ce régime alimentaire est surtout préconisé aux personnes en surpoids et/ou dont la glycémie est élevée. Une alternative consiste à ne pas réduire les glucides, mais en choisir de meilleure qualité. C'est le régime IG.

Voici les articles et les livres qui vous aideront à mettre en place ce type d’alimentation : 

Sources

(1) Sackner-Bernstein J, Kanter D, Kaul S. Dietary Intervention for Overweight and Obese Adults: Comparison of Low-Carbohydrate and Low-Fat Diets. A Meta-Analysis.  PLoS One. 2015 Oct 20;10(10):e0139817. doi: 10.1371/journal.pone.0139817. eCollection 2015.

(2) Huntriss R, Campbell M, Bedwell C. The interpretation and effect of a low-carbohydrate diet in the management of type 2 diabetes: a systematic review and meta-analysis of randomised controlled trials. Eur J Clin Nutr. 2018 Mar;72(3):311-325. doi: 10.1038/s41430-017-0019-4. Epub 2017 Dec 21. Review.

(3) Nordmann AJ, Nordmann et al. Effects of low-carbohydrate vs low-fat diets on weight loss and cardiovascular risk factors: a meta-analysis of randomized controlled trials. Arch Intern Med. 2006 

(4) Hession M, Rolland C, Kulkarni U, Wise A, Broom J. Systematic review of randomized controlled trials of low-carbohydrate vs. low-fat/low-calorie diets in the management of obesity and its comorbidities. Obes Rev. 2009 Jan;10(1):36-50. doi: 10.1111/j.1467-789X.2008.00518.x. Epub 2008 Aug 11. Review. PubMed PMID: 18700873.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top