Les effets réels de la musique pendant une opération chirurgicale

Par Marc Gomez Publié le 11/12/2019 Mis à jour le 11/12/2019
Actualité

Jouée au bloc, la musique a globalement un impact positif sur l’opération. Mais tout dépend du niveau sonore... et de la playlist !

Musique au bloc

En 1914, le Dr Evan O'Neill Kane, un chirurgien de Pennsylvanie, a été le premier à installer un phonographe dans son bloc opératoire. Il faisait le pari que la musique calmerait ses patients. Dans une lettre publiée le 6 juin 1914 dans le JAMA, Kane rapporte les effets de cette initiative : « Le phonographe parle, chante ou joue (…) et remplit les oreilles du patient perturbé de sons agréables et son esprit d'autres pensées que celle du danger présent. (…) Il n’est pas rare que les patients nerveux supplient que le phonographe continue de jouer, s’il s’est arrêté ».  

Depuis Kane, la pratique s’est répandue. Un éditorial paru un siècle après (2014) dans le BMJ estime que de la musique est jouée dans une salle d'opération environ les deux tiers du temps. Et une enquête de Spotify et de l'application médicale Figure 1 conduite en 2017 auprès de 700 chirurgiens a constaté que 90% d'entre eux écoutent de la musique.

Des études ont en effet confirmé que la musique au bloc diminue l’anxiété des patients. Mais selon ce qui est joué, elle peut aussi avoir des effets sur le chirurgien lui-même. Certains travaux montrent qu’elle réduit le stress de l’équipe soignante ; d’autres qu’elle pourrait distraire le médecin.

Ce que dit la recherche

Pour connaître les effets réels de la musique sur le geste chirurgical, le Dr Michael El Boghdady et ses collègues de l’université de Dundee (Royaume-Uni) ont donc passé en revue les résultats de 18 études. Parmi elles, 5 fournissent de bonnes preuves que la musique a des effets positifs sur la performance du chirurgien, et 2 qu’elles pourraient lui nuire. Mais, écrivent les auteurs de l’article, les bénéfices de la musique l’emportent sur ses conséquences négatives.  

Une des études analysées a notamment révélé que les opérations se terminent jusqu'à 10% plus rapidement lorsque de la musique est jouée dans la salle d’opération. Une autre que la cicatrisation est plus rapide, et une troisième que les patients ont besoin de moins d'analgésiques si leur chirurgien écoute de la musique, sans qu’on sache bien pourquoi.

Dans le détail, les médecins seraient plus précis et plus rapides lorsqu'ils opèrent en écoutant de la musique classique à un niveau sonore bas à modéré. Jouée trop fort, la musique peut gêner le geste chirurgical. « Le principal effet néfaste est la dégradation des performances du personnel due à la détérioration de la communication », rapportent les chercheurs. La musique contemporaine à tempo élevé aurait elle aussi des effets négatifs. Or l’enquête de Spotify a révélé que les chirurgiens écoutent surtout de la pop et du rock, et moins Mozart ou Beethoven. Cette nouvelle étude pourrait les encourager à puiser dans le répertoire classique, sans faire rugir les décibels. L'Organisation mondiale de la santé recommande d'ailleurs que le niveau sonore dans la salle d'opération ne dépasse pas 30 décibels – l'équivalent d'une conversation.

Lire aussi : Musique et santé : quelle playlist pour le cœur, le sport, la concentration ?

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top