Marcher vite est associé à une meilleure espérance de vie

Par Marie-Céline Ray Publié le 17/05/2019 Mis à jour le 14/10/2019
Actualité

Selon une étude anglaise, le rythme de la marche est lié à la longévité, indépendamment de la corpulence des personnes. Et il pourrait aussi être lié au vieillissement du cerveau selon une étude néo-zélandaise.

Pourquoi c’est important

La marche apporte de nombreux bienfaits pour la santé physique, mentale et même sociale. C’est aussi une activité peu coûteuse, accessible à tous, et conseillée quel que soit son âge. L’OMS recommande aux adultes de pratiquer pendant 150 minutes par semaine une activité physique d’intensité modérée. Dans ce cadre, la marche au quotidien peut aider à atteindre cet objectif.

Avoir un rythme de marche soutenu est plutôt un signe de bonne santé physique. Mais peut-on le quantifier ?

Une marche rapide est un signe de longévité

Une étude parue en mai 2019 dans la revue Mayo Clinic Proceedings a été réalisée par le Centre de recherche biomédicale de Leicester (Angleterre), en partenariat avec l’hôpital de Leicester et les universités de Leicester et Loughborough. Elle s’est appuyée sur les données concernant plus de 474 000 personnes au Royaume-Uni. L’âge médian des participants était de 58,2 ans et leur IMC de 26,7. En moyenne, le suivi a duré presque dix ans, entre mars 2006 et février 2016.

Résultats : les personnes qui avaient un rythme de marche plus rapide étaient aussi celles qui vivaient plus longtemps, quel que soit leur IMC : leur espérance de vie était comprise entre 86,7 et 87,8 ans pour les femmes, et entre 85,2 ans et 86,8 ans pour les hommes. Ce sont les personnes maigres, avec un IMC inférieur à 20, et qui marchaient le plus lentement, qui présentaient la plus faible espérance de vie : 64,8 ans pour les hommes et 72,4 ans pour les femmes, soit 15 ans de moins que les personnes qui marchaient vite !

Peu importe la corpulence, une marche rapide est un signe de bonne forme physique et donc de longévité. Dans un communiqué, Tom Yates, professeur à l’université de Leicester, explique : « Nos résultats suggèrent que la forme physique est peut-être un meilleur indicateur de l'espérance de vie que l'indice de masse corporelle (IMC), et qu'encourager les gens à marcher rapidement peut ajouter des années à leurvie. »

L’an passé, son équipe a déjà montré que les personnes d’âge moyen qui marchent lentement ont un risque de mourir pour une raison cardiaque doublé par rapport aux personnes qui ont un rythme de marche rapide. Ce résultat était valable aussi bien chez les hommes que les femmes.

Un cerveau plus vieux chez ceux qui marchent lentement

Une nouvelle étude néo-zélandaise parue en octobre 2019 dans JAMA Network Open a trouvé un lien entre la vitesse de la marche et la santé cérébrale chez des personnes de 45 ans. D’après ces résultats, une marche lente à 45 ans peut être le signe d’un vieillissement accéléré de l’organisme et du cerveau.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs de l’université Duke ont analysé les données de 904 personnes nées à Dunedin en Nouvelle-Zélande en 1972 et 1973. Les participants ont subi des tests tout au long de leur vie, le plus récent ayant eu lieu entre avril 2017 et avril 2019 alors qu’ils avaient 45 ans.

Les derniers IRM ont montré que ceux qui marchaient lentement avaient un volume cérébral plus petit, un cortex moins épais, moins de surface cérébrale et plus de petites lésions dans leur substance blanche : leurs cerveaux semblaient plus âgés. Physiquement, leur visage paraissait même plus vieux !

De plus, les tests neurocognitifs que les participants avaient faits à l’âge de trois ans (QI, langage, tests moteurs…) pouvaient prédire s’ils marcheraient plus lentement plus tard : un déficit cognitif présent dès l’enfance serait lié à une marche lente plus tard. Enfin, les poumons, les dents et le système immunitaire avaient tendance à être en moins bon état chez les personnes marchant lentement que chez celles marchant plus vite.

Il est possible que ces différences soient liées aux modes de vie des participants.

En pratique

Il existe différents moyens de s’entraîner à marcher plus vite. La marche rapide est un véritable sport d’endurance, mais moins violent que la course à pied, qui peut provoquer des traumatismes, en raison du choc du pied sur le sol. Vous pouvez aussi pratiquer la marche rapide lors d’exercices fractionnés alternant marche rapide et marche lente. Ces exercices seraient favorables à une bonne santé cardiovasculaire.

Lire notre article : Pour vos artères, alternez marche rapide/marche normale

Les clubs d'athlétisme proposent souvent la pratique de la marche rapide et de la marche nordique, dans laquelle le mouvement des bras est soutenu par des bâtons. Randonner en famille ou dans un club est aussi un bon moyen de s’exercer à la marche.

Des livres pour aller plus loin : La marche afghane et Reprendre le sport

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top