Quels taux de vitamine D pour réduire son risque d’infarctus ?

Par Juliette Pouyat Publié le 23/03/2017 Mis à jour le 11/04/2017
Article
Manquer de vitamine D augmente votre risque cardiovasculaire. A partir de quel niveau dans le sang faut-il s'inquiéter ?

Presque tous les Européens manquent de vitamine D. Pourtant, cette vitamine nous est nécessaire par exemple pour lutter contre la dépression, prévenir le syndrome métabolique, soulager l’asthme ou encore protéger de l’autisme ou des infections respiratoires.

Dans une nouvelle étude parue dans l’American Journal of Clinical Nutrition, des chercheurs se sont cette fois intéressés à l’effet de la vitamine D sur le risque cardiovasculaire. Leurs résultats issus de l’analyse de 34 publications et concernant 180 667 participants montrent que de faibles niveaux de vitamine D sont liés à une augmentation des risques de maladies et mortalité cardiovasculaires.

D’après leurs résultats, il faut atteindre une concentration de vitamine D circulante (25-hydroxy-vitamine-D) d’au-moins 25 ng/mL (62,5 nmol/L) pour réduire son risque de maladies cardiovasculaires.

Chaque augmentation de 10 ng/mL de la concentration de vitamine permettrait de diminuer de 10% le risque de maladies cardiovasculaires et de 12% le risque de mortalité cardiovasculaire.

Une concentration de 25 ng/mL correspond à un niveau considéré comme suffisant par l’Institute of Medicine des Etats-Unis.

Cependant, LaNutrition.fr conseille d’avoir plutôt un taux de vitamine D circulante compris entre 30 à 45 ng/mL.

A noter que dans cette étude, les chercheurs n’ont pas trouvé d’effet bénéfique supplémentaire significatif sur la santé cardiaque au-delà de 25 ng/mL. Ils soulignent que les données concernant des participants ayant des niveaux de vitamine D supérieurs à 40 ng/mL sont rares et que cela peut expliquer ces résultats.

Comment expliquer l’effet de la vitamine D sur la santé cardiovasculaire ? La vitamine D joue un rôle de régulateur des cellules du muscle cardiaque et le fait de manquer de vitamine D conduirait également à une augmentation de la pression artérielle, facteur de risque de maladies cardiovasculaires ; la vitamine D a également un rôle anti-inflammatoire qui permet de lutter contre l’athérogenèse. Les personnes qui manquent de vitamine D auraient également un ADN insuffisamment méthylé, ce qui augmente le risque de maladies cardiovasculaires.

En pratique, vous pourriez faire mesurer votre taux de vitamine D à partir du mois de novembre dans l'hémisphère nord. LaNutrition.fr vous aide à interpréter vos résultats (réservé abonnés) pour que vous sachiez si vous avez besoin de prendre des suppléments (à la saison froide) ou vous exposer plus souvent au soleil (aux beaux jours).

2 livres pour en savoir plus : Vitamine D mode d'emploi, du Dr Brigitte Houssin, et Prévenir l'infarctus et l'accident vasculaire cérébral, du Dr Michel de Lorgeril

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top