Rétablir l’aversion physiologique contre l'excès de sel, une solution contre l’hypertension ?

Par Sarah Amiri Publié le 22/05/2020 Mis à jour le 22/05/2020
Actualité

Une forte consommation de sel à long terme vient altérer les mécanismes physiologiques qui régulent le goût pour le sel. Des chercheurs ont découvert un composé qui serait capable de restaurer ces mécanismes.

La tension, un élément clé de la santé métabolique

Comme les autres troubles métaboliques, l’hypertension est causée par des facteurs non modifiables notamment l’âge, les antécédents familiaux, le patrimoine génétique. Mais lorsqu'elle n'est pas essentielle, elle est surtout liée au mode de vie (alimentation, sédentarité, tabac). Une consommation excessive de sel a été associée depuis longtemps à l'hypertension. Aujourd'hui, chaque Français consomme en moyenne 9 à 10 g de sel par jour, surtout fournis par le pain, les charcuteries, les plats cuisinés industriels et autres aliments ultra-transformés. Alors qu'il ne faudrait pas en ingérer plus de 2 g de sel par jour.

Lire notre dossier complet : Tout savoir sur l’hypertension

Comment l’excès sel provoque de l’hypertension ?  Le sodium contenu dans le sel est responsable de l’équilibre des liquides dans l’organisme. Un apport excessif (quelques milligrammes de plus) vient perturber cet équilibre en augmentant le volume sanguin par rétention d’eau. Le cœur et les reins ont plus de sang à pomper et à filtrer, le débit augmente et la pression artérielle aussi.

Ce que dit l’étude

Dans cette étude publiée dans Science China Life, les scientifiques ont démontré qu’un apport élevé en sel sur le long terme altère les mécanismes provoquant l’aversion à une dose de sel importante, gérés par le récepteur TRPM5. En d’autres termes, il s'agit d'un cercle vicieux, qui semble toutefois, selon cette étude, réversible.

En effet, les chercheurs ont découvert que l'extrait de melon amer (BME) ainsi que la cucurbitacine E (CuE), un composé majeur du BME, renforcent l'aversion pour les fortes concentrations en sel en régulant l'expression et la fonction du récepteur TRPM5.

« Nous avons découvert que le BME et la CuE augmentaient l'expression et la fonction de la TRPM5 dans l'épithélium de la langue. Par conséquent, les souris nourries avec un régime riche en sel et en BME ingèrent moins de sel, et ont amélioré leur hypertension et leur hypertrophie cardiaque induites par le sel par rapport aux souris nourries uniquement avec un régime riche en sel », ont déclaré le Dr Hao Wu et le Pr Zhiming Zhu, deux auteurs de l’étude.

En pratique

Voici quelques conseils basiques pour réduire sa consommation de sel, en attendant qu’une solution pour rétablir l’aversion pour le sel soit à portée de main :

  • Limiter les aliments ultra-transformés riches en sel ajouté
  • Limiter les aliments riches en sel tels que les fromages, le pain et les charcuteries
  • Utiliser du sel hyposodé ou du gomasio
  • Utiliser les épices et les herbes aromatiques pour donner du goût aux préparations
  • Consommer une bonne quantité de légumes pour rétablir l’équilibre sodium/potassium

Retrouvez en détail tous les conseils diététiques pour diminuer votre tension dans notre guide Les aliments qui soignent l’hypertension

Lire aussi : 8 traitements naturels de l’hypertension validés par la science (abonnés)
 

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top