Idée reçue n° 5 « Les compléments alimentaires détournent d’une alimentation équilibrée »

Par Lanutrition.fr Publié le 20/05/2008 Mis à jour le 20/02/2017
On peut prendre des compléments alimentaires...Tout en ayant une alimentation équilibrée

Pour mieux souligner les limites des compléments alimentaires, les nutritionnistes opposent volontiers la capsule à l’aliment. « Une capsule, répètent-t-il, ne peut remplacer la richesse d’un aliment. » Comme s’il fallait choisir entre les unes et les autres. C’est oublier que les compléments alimentaires n’ont pas pour but de se substituer à l’alimentation, mais, par définition, de la compléter. Personne ne conteste la supériorité de l’aliment sur le complément nutritionnel : 10 mg d’un comprimé de bêta-carotène ne valent pas les mêmes 10 mg contenus dans une carotte, avec ses autres caroténoïdes, son potassium, ses fibres, ses vitamines, etc... Mais on peut manger ses carottes râpées et prendre aussi par précaution un complément de vitamines avec du bêta-carotène. Pour certains nutritionnistes, la prise de compléments aurait un « effet pervers sur le comportement alimentaire » dans la mesure où les gens seraient « détournés » d’une alimentation saine.

Mais cette affirmation ne repose sur rien. En fait, elle est démentie par la totalité des enquêtes menées auprès des utilisateurs de compléments alimentaires. Ces personnes ont en général des modes de vie plus vertueux et une alimentation plus saine que les non utilisateurs. L’étude NHANES II, et d’autres études américaines ont montré que les utilisateurs de suppléments reçoivent plus de nutriments par l’alimentation. Dans l’étude NHIS de 1992, l’alimentation des utilisateurs de suppléments était plus pauvre en graisses, plus riche en fibres et en plusieurs vitamines et minéraux que celle des non-utilisateurs.

Une étude conduite auprès de centenaires et de personnes âgées a montré que les utilisateurs de suppléments étaient physiquement plus actifs, ils consommaient aussi moins de sel, de graisses, de cholestérol, de sucre et de caféine que les non utilisateurs. Dans une étude conduite à Hawaï auprès de 4 654 hommes âgés de plus de 68 ans, les utilisateurs de suppléments étaient moins obèses que les non utilisateurs, ils étaient plus actifs, dormaient moins, fumaient moins, buvaient moins d’alcool et consommaient moins de caféine.

Les amateurs de compléments ont un mode de vie plus sain

Une étude britannique sur 13 800 femmes confirme que celles qui font appel à des suppléments ont un mode de vie plus sain que celles qui n’y font pas appel. La prise de suppléments est associée au fait d’être végétarien, de consommer régulièrement du poisson, de consommer plus de fruits et légumes, de pratiquer une activité physique et de boire peu d’alcool. Les fumeuses, les femmes dont l’IMC est supérieur à 25 étaient celles qui consommaient le moins de suppléments. « Ces résultats confortent l’hypothèse selon laquelle l’usage de compléments alimentaires est associé à un mode de vie plus sain et un apport nutritionnel adéquat, » concluent les auteurs.
Une étude récente publiée dans l’American Journal of Epidémiology et qui portait sur 100 000 adultes a confirmé que “l’usage de supplements a tendance à augmenter avec l’âge, le niveau d’éducation, l’activité physique, la consommation de fruits et de fibres, et diminuer avec l’obésité, le tabagisme et la consommation de graisses. Les personnes dont le mode de vie est le plus sain étaient celles qui avaient le plus de chance de consommer des suppléments. »


Toutes les études conduites à ce jour s’accordent sur un point : les utilisateurs de suppléments sont pratiquement toujours ceux qui mangent le plus sainement.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top