Bilan de santé gratuit : une mesure inutile et coûteuse ?

Par Lanutrition.fr Publié le 28/11/2012 Mis à jour le 26/02/2019
Article

En France, il est possible d'effectuer un bilan de santé gratuit tous les 5 ans. Cette mesure serait coûteuse et n'aurait aucun impact bénéfique sur la mortalité selon des chercheurs.

Les Français ont la possibilité de faire des bilans de santé gratuits tous les 5 ans. Cette mesure existe également dans d'autres pays comme les Etats-Unis et en Angleterre depuis 2009. Ce bilan de santé a pour objectif d'identifier des signes, des symptômes ou des facteurs de risques qui n'auraient pas été remarqués. Pourtant, et bien que cela puisse sembler évident, le bénéfice du dépistage de maladies comme le diabète ou l'hypertension en l'absence de symptômes n'a pas été évalué. En revanche lorsque les symptômes sont présents de telles interventions ont une efficacité démontrée. Des chercheurs du groupe Cochrane, une organisation a but non lucratif dont la qualité des analyses est soutenue par l'organisation mondiale de la santé (OMS), ont donc décidé de passer en revue la littérature médicale pour déterminer l'impact réel des bilans de santé dans la prévention des maladies et sur la mortalité à long terme. Les premiers résultats parus en 2012 ont été mis à jour en 2019.

Une première étude parue en 2012

En 2012, les chercheurs du groupe Cochrane ont sélectionné 14 études dont 9 présentaient des données fiables relatives à la mortalité, totalisant ainsi 182 880 participants âgés de 18 à 65 ans et suivis sur une période de 1 à 22 ans. Les chercheurs constatent dans leur analyse que les bilans de santé permettent de diagnostiquer plus d'hypertension artérielle mais sans diminution de la mortalité. De même aucune réduction de la mortalité cardiovasculaire ou par cancer n'est observée, les deux principales causes de mortalité dans les pays riches. Compte tenu de la qualité de leur étude les chercheurs estiment que ce manque de bénéfice sur la mortalité ne peut pas être attribué à de mauvais calculs statistiques et qu'il n'y a donc pas ou très peu de bénéfice à effectuer de tels bilans chez les adultes de 18 à 65 ans.

Comment expliquer ces résultats ? Ces résultats peuvent apparaître comme contre-intuitifs mais les chercheurs pensent que l'absence de bénéfice observé proviendrait majoritairement d'une explication très simple : les personnes qui acceptent les invitations à effectuer un bilan de santé ont une meilleure hygiène de vie, moins de risques cardiovasculaires et une plus faible mortalité. Le bilan de santé systématique ne toucherait donc pas efficacement ceux qui en ont le plus besoin.

Pour finir les chercheurs rappellent que toute intervention médicale peut avoir des effets secondaires, y compris lors de simples diagnostics et notamment des problèmes de sur-diagnostics (voir l'exemple des mammographies et du cancer du sein pour les femmes et l'exemple du cancer de la prostate pour les hommes), des blessures ou des infections à la suite de dépistages invasifs, des diagnostics de "faux positifs" ou même de "faux négatifs" qui encouragent le maintien de mauvais comportements. Mais plus important encore l'équipe de recherche souligne que ces bilans de santé sont coûteux et que la somme engagée représente autant d'argent en moins à investir dans d'autres types de soins médicaux. Une étude qui pourrait donc fortement intéresser le ministère de la santé et la sécurité sociale.

L’étude de 2019

Début 2019, les scientifiques de Cochrane ont publié à nouveau une étude sur les bénéfices des bilans de santé annuels. Ils ont sélectionné 17 essais cliniques randomisés publiés avant 2018, dont 15 avaient obtenu des résultats sur plus de 250 000 participants. Ces études comparaient un groupe d’adultes qui avaient des bilans de santé avec un groupe qui ne bénéficiait pas de bilans de santé. 11 études s’intéressaient à la mortalité.

Résultats : les bilans de santé avaient peu ou pas d’effet sur la mortalité totale et la mortalité par cancer et ils présentaient peu ou pas d’effet sur les décès pour cause cardiovasculaire. De la même façon, ils avaient peu ou pas d’effet sur la maladie cardiaque ischémique fatale ou non-fatale, et probablement peu ou pas d’effet sur l’AVC, fatal ou pas.

Dans cette mise à jour de 2019, les auteurs concluent que les bilans de santé ne sont probablement pas bénéfiques. La force de cette analyse réside dans le nombre important de participants, plus élevé que dans celle de 2012.

Pour aller plus loin : Santé, mensonges et (toujours) propagande 

Références

Krogsbøll LT ,Jørgensen KJ ,Grønhøj Larsen C ,Gøtzsche PC. General health checks in adults for reducing morbidity and mortality from disease: Cochrane systematic review and meta-analysis. BMJ 2012;345:e7191. 

Krogsbøll LT ,Jørgensen KJ ,Grønhøj Larsen C ,Gøtzsche PC. General health checks in adults for reducing morbidity and mortality from disease. Cochrane Database of Systematic Reviews. Janvier 2019.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top