Perte de poids : la composition de la flore intestinale, un paramètre à prendre en compte

Par Julien Hernandez Publié le 14/08/2018 Mis à jour le 15/08/2018
Article

Certaines bactéries intestinales entraveraient la perte de poids par leur meilleure capacité à influencer le métabolisme glucidique.

Pourquoi c’est important

L’obésité est un (si ce n’est le) problème de santé publique majeur de notre époque. Elle continue de progresser malgré les mesures (pas toujours très efficaces) prises pour tenter de l’enrayer. La meilleure compréhension du microbiote a fait émerger des liens entre obésité, composition de la flore intestinale et génétique. Et cela pourrait permettre d’imaginer de nouvelles solutions contre cette maladie.

Lire aussi : On perd (un peu) de poids en avalant des probiotiques

L’étude

Publiée dans le journal Mayo Clinic Proceedings, l’étude a réuni 26 personnes dont 4 en surpoids et 22 obèses pendant une année entière.

Les scientifiques ont collecté les données cliniques, biologiques et démographiques des patients puis ont agi uniquement sur le mode de vie de ces derniers (pendant 3 mois) par le biais d’adaptations :

  • Diététiques (augmentation de la densité nutritionnelle et diminution de la densité calorique des repas, avec pour objectif de diminuer la ration énergétique).
  • Sportives (mesures des pas avec un podomètre dans l’objectif d’atteindre les recommandations officielles, à savoir, plus de 10 000 pas par jour).
  • Psycho-sociales (à l’aide de séances de groupe hebdomadaires sur la gestion du stress, l’auto-surveillance, l’établissement des objectifs, le contrôle des stimuli, le soutien social, la résolution de problème, etc.).

Le but étant que les conditions de l’expérience se rapprochent au mieux de la réalité de la vie quotidienne.

Par la suite, les chercheurs ont réitéré leurs analyses (avec en plus la collecte des selles pour l’analyse fécale) à la fin de l’expérience pour pouvoir comparer les résultats. Les investigateurs ont fixé une perte de poids de 5 % du poids de départ comme critère de réussite.

Les chercheurs ont alors fait plusieurs découvertes surprenantes :

  • Une augmentation importante d’une famille de bactéries particulière dans le groupe « réussite ».
  • L’augmentation importante d’une autre bactérie et la présence de gènes amplifiant l’activité enzymatique glucidique dans le groupe « échec ».

Les auteurs concluent qu’avoir un microbiote intestinal doté d’une bonne capacité à digérer les glucides limite cruellement la perte de poids chez des patients en surpoids.

Lire aussi : Des probiotiques pour garder la ligne après une grossesse

En pratique

Si vous êtes obèse, dirigez-vous vers des structures spécialisées. C’est une maladie réelle qui est pratiquement impossible à guérir sans aide extérieure.

Si vous prenez en charge des personnes obèses, ces résultats peuvent vous amener à adapter l’alimentation et à proposer des régimes pauvres en glucides (ou cétogènes) chez ceux qui ont du mal à perdre du poids, en plus des autres modifications de mode de vie.

Pour aller plus loin sur l’obésité : Sucre, l’amère vérité

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top