Pourquoi les femmes souffrent-elles plus que les hommes ?

Par Sarah Amiri Publié le 09/03/2020 Mis à jour le 09/03/2020
Actualité

La sensibilité accrue des femmes à la douleur en général, et à celle due aux opioïdes en particulier, serait d’origine hormonale, selon une étude récente.

Pourquoi c’est important

Les femmes sont plus atteintes de douleurs chroniques que les hommes sans que l’on sache vraiment pourquoi. « Les migraines figurent parmi les plus douleurs chroniques les plus fréquentes, avec environ 35 millions de migraineux aux États-Unis, dont trois femmes sur quatre. En outre, jusqu'à neuf patients souffrant de fibromyalgie sur dix sont des femmes ; pour le syndrome du côlon irritable, trois patients sur quatre sont des femmes. Pouvoir soigner toutes ces femmes souffrant de douleurs chroniques aurait donc un impact énorme sur les soins médicaux », explique le Dr Frank Porreca, pharmacologue.

Par ailleurs, certains médicaments antidouleur, comme les opioïdes, peuvent paradoxalement augmenter la douleur ressentie, et c’est un phénomène que l’on observe là aussi plutôt chez les femmes.

Pour en savoir plus : Douleur, inflammations : les 6 révélations de l’année

Les origines de la douleur chez les femmes


Des chercheurs de l’université de médecine de Tucson en Arizona ont cherché à savoir d’où venait cette sensibilité accrue des femmes à la douleur. 

Comme beaucoup de ces douleurs chroniques, notamment les migraines, sont associées à des événements déclencheurs, ils ont étudié les effets physiologiques de ces derniers. « Les événements déclencheurs peuvent être très variés : alcool, fatigue, alimentation, perturbations du sommeil… Mais le stress est le plus couramment identifié par les patients. » explique le Dr Porreca. Les chercheurs ont ainsi découvert que le stress libère de la prolactine et favorise la douleur de manière inopinée chez les femmes. 

La prolactine est une neurohormone aux effets variés mais qui est surtout connue pour initier la montée de lait chez les femmes enceintes et allaitantes. Les femmes en produisent plus que les hommes. Et la prise d’opioïdes provoque aussi une sécrétion accrue de prolactine.

Quelles solutions ?

Selon le Dr Navratilova, une des collègues de Frank Porreca, « les médicaments agonistes des récepteurs D-2 de la dopamine qui limitent la libération de prolactine, comme la cabergoline, pourraient aider à traiter plus efficacement les douleurs chroniques chez les femmes ». « Ils sont couramment utilisés pour d'autres maladies et ne créent pas de dépendance. » ajoute-t-elle.
 

Références
  1. Yanxia Chen. The prolactin receptor long isoform regulates nociceptor sensitization and opioid-induced hyperalgesia selectively in females. Chen et al., Sci. Transl. Med. 12, eaay7550 (2020) 5 February 2020

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top