Déclin cognitif : moins de risques chez les seniors actifs

Par Lanutrition.fr Publié le 25/07/2011 Mis à jour le 08/07/2019
Actualité

La pratique d’une activité physique protège les facultés mentales du vieillissement et retarde l'apparition du déclin cognitif.

Pourquoi c'est important

Le déclin cognitif (comme le déclin musculaire) est une conséquence quasi-inévitable du vieillissement ; on peut néanmoins la retarder considérablement. Depuis plusieurs années, des études indiquent un lien entre la pratique d'une activité physique et les capacités congnitives des personnes d'âge moyen ou plus âgées. Un essai contrôlé randomisé vient de confirmer ce rôle préventif du sport dans l'apparition ou l'aggravation du déclin cognitif.

Lire aussi : Activité physique + taurine : un bon cocktail pour le cerveau ?

Les études

Deux études majeures avaient mis en évidence les potentiels bénéfices de l’activité physique sur le cerveau. En effet, les seniors qui font de l’exercice préserveraient plus longtemps leurs capacités cognitives que ceux qui n’en font pas.

Pour la première étude, les chercheurs de l’Institut de recherche Sunnybrook de Toronto ont suivi 197 personnes âgées en moyenne de 75 ans afin d’évaluer le lien entre activité physique (déterminée grâce à la mesure de l’énergie dépensée) et facultés mentales (évaluées grâce au Mini Mental State Examination). Les résultats montrent que chez les personnes les plus actives, le risque de déficiences cognitives est réduit de 90 % par rapport à celui des personnes les moins actives.

Pour la seconde étude, les chercheurs de la Fondation MGEN pour la Santé Publique, située à Paris, ont suivi 2809 femmes âgées d’au moins 65 ans. Les participantes avaient une maladie cardiovasculaire ou présentaient au moins trois facteurs de risques cardiovasculaires, et avaient donc un risque accru de déclin cognitif. Il s'est avéré que les femmes les plus actives (qui font l’équivalent de 30 minutes de marche par jour) sont celles qui ont le risque de déclin cognitif le plus faible.

Ces données d'observations viennent d'être confirmées par un essai clinique randomisé récent. Dans cette expérience 44 personnes d'âges moyens ont été réparti aléatoirement en 3 groupes pendant 12 semaines. Les participants pratiquaient soit une activité physique intense avec un repos long (de type entraînement en intervalle), soit une activité physique modérée avec peu de repos (de type entraînement d'endurance), soit aucune activité physique (groupe contrôle). Résultats : la fonction cognitive ainsi que la mémoire verbale des groupes sportifs étaient significativement meilleures après les interventions par rapport au groupe contrôle, ce qui renforce la probabilité d'un lien de causalité entre le fait de pratiquer une activité physique et la prévention du déclin cognitif. 

Lire aussi : Alzheimer : inversion du déclin cognitif chez 100 patients

En pratique

Si vous êtes en bonne santé, quel que soit votre âge, il est conseillé de pratiquer une activité physique. Les bénéfices sont nombreux (regain d'énergie, réduction des risques de maladies, sensation de bien-être, création de liens sociaux, etc.). Vélo, natation, marche, course mais aussi musculation sont importants à pratiquer régulièrement. Si vous n'avez pas fait d'activité physique depuis longtemps, commencez par la marche et consultez votre médecin. 

Lire aussi : L'activité physique régénère le coeur

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top