Pr Michael Holick : «Le manque d’exposition au soleil, cause majeure du déficit en vitamine D.»

Par Lanutrition.fr Publié le 17/03/2010 Mis à jour le 10/03/2017

Michael Holick est professeur de médecine, physiologie et biophysique à l’université de Boston. Il explique l'origine des déficits en vitamine D, si répandus, et comment y remédier.

Le Pr Holick est l'un des grands spécialistes mondiaux de la vitamine D. Il a identifié la forme circulante de la vitamine D, puis sa forme active. Entretien exclusif.

LaNutrition.fr : Toutes les études montrent que les déficits en vitamine D sont très répandus, aux USA comme en Europe. N’est-ce pas surprenant ?

Pr Michael Holick : Pour moi, ce n’est pas surprenant car les gens supposent que s’ils ont une alimentation équilibrée, cela suffit à leur apporter tous les nutriments dont ils ont besoin. Mais il n’y pas beaucoup de vitamine D dans l’alimentation, même dans les aliments qui en contiennent le plus tels que les huiles de poisson. Le meilleur moyen pour obtenir un niveau suffisant de vitamine D est de s’exposer au soleil. Nos ancêtres chasseurs-cueilleurs étaient toujours exposés au soleil. La pigmentation de leur peau a évolué en fonction de l'environnement dans lequel ils vivaient afin de produire suffisamment de vitamine D tout en en les protégeant des rayons du soleil.

Combien de vitamine D fabrique-t-on suite à une exposition au soleil ?

Nous avons réalisé une étude montrant que si une personne s’expose en maillot de bain à ce que nous appelons 1 dose érythémateuse minimale (dose donnant une couleur rose clair à la peau 24 heures après l'exposition au soleil), cela équivaut à la prise de 15000 à 20000 UI de vitamine D3. Pour un adulte blanc, cela revient à s’exposer au soleil sur la plage, en juin, à midi, durant 10 à 15 minutes. Le corps a une grande capacité à fabriquer de la vitamine D. Ce qui est intéressant, c'est que la lumière du soleil détruit tout excès de vitamine D que le corps fabrique, il ne peut donc jamais y avoir d’intoxication à la vitamine D suite à une exposition solaire.

Quelle est, selon vous, l’origine de la déficience en vitamine D ?

Le lien entre la vitamine D et l’exposition au soleil est connu depuis 1930. A cette époque, le gouvernement américain recommandait aux parents, en particulier ceux vivant dans le Nord-Ouest, d’exposer leurs enfants au soleil car c’est une source majeure de vitamine D. Mais depuis 40 ans, les dermatologues mais aussi l’Organisation Mondiale de la Santé recommandent aux gens de ne jamais s’exposer à la lumière directe du soleil. Ceci est la cause majeure de déficit en vitamine D à travers le monde.

Les écrans solaires ont-ils un effet sur la synthèse de vitamine D ?

Les rayons ultraviolets sont responsables de la synthèse de vitamine D. Une protection solaire d’indice 8 absorbe 92,5% de ces rayons. Ainsi, cette protection correctement appliquée diminue la capacité de synthèse de vitamine D de 92,5%. De même, cette capacité diminue de 99% avec une protection d’indice 15. Certes il a été montré que les protections solaires ne sont pas correctement appliquées. Le problème est que désormais les gens utilisent des protections solaires d’indice 45 qui, même mal appliquées, diminuent la capacité de synthèse de vitamine D par la peau de 99%.

Quels conseils donner à la population dans son rapport avec le soleil ?

Je recommande aux gens de s’exposer pour une durée qui varie en fonction de la période de l’année, du temps de la journée, de la latitude et du degré de pigmentation de la peau. Si vous savez qu’après 30 minutes d’exposition vous obtenez un léger coup de soleil, je recommande une exposition entre 10 et 15 minutes des bras et des jambes, ou de l’abdomen et du dos si vous êtes en maillot de bain, et cela 2 à 3 fois par semaine. Il faut porter une protection solaire sur le visage qui est la zone la plus sensible. Sortez, exposez-vous au soleil, puis, si vous prévoyez de vous exposer plus longtemps, mettez un écran solaire. Les personnes qui ont une peau très pigmentée ont en permanence l’équivalent d’une protection solaire d’indice 8 à 15. C’est pourquoi elles ont besoin d’être exposées pendant des périodes beaucoup plus longues et c'est aussi pourquoi elles ont un risque particulièrement élevé de manquer de vitamine D.

Que diriez-vous de l’état des recherches sur la vitamine D aujourd’hui ?

En raison des nombreuses preuves scientifiques montrant les bénéfices de la vitamine D sur la santé, des chercheurs du monde entier s’intéressent à ce sujet et je les en félicite tous. Ce que nous devons faire à présent, c’est convaincre les responsables de la santé dans le monde, afin d’augmenter l’enrichissement en vitamine D et de recommander une exposition au soleil raisonnable. Il faut en finir avec cette recommandation de ne jamais s’exposer au soleil sans protection solaire.

Vous conseillez de prendre des suppléments de vitamine D l’hiver. A quel niveau et quelles doses ne pas dépasser ?

A mon avis, on pourrait facilement prendre 5000 UI de vitamine D par jour en hiver, probablement durant toute sa vie. Je recommande généralement de prendre entre 1000 et 2000 UI par jour. Personnellement, je prends 1400 UI par jour. D’après la littérature, il est possible de pendre jusqu’à 10000 UI par jour pendant au moins 5 mois sans qu’il y ait de toxicité. Il faudrait probablement prendre entre 30000 et 50000 UI par jour pendant une très longue période pour être intoxiqué. L’intoxication typique à la vitamine D est due à des prises involontaires de centaines de milliers voire de millions d’unités sur une période prolongée. Elle ne survient que très rarement.

A découvrir également

Back to top