Cancer du sein : comment le régime méditerranéen protège

Par Juliette Pouyat Publié le 09/10/2018 Mis à jour le 10/10/2018
Actualité

L’alimentation méditerranéenne agirait bénéfiquement sur le microbiote des glandes mammaires en favorisant l’abondance de bactéries qui inhibent la croissance tumorale.

Pourquoi c’est important

L’alimentation est l'un des facteurs du mode de vie qui influence le risque de cancer du sein. Un régime de type occidental avec une consommation élevée d’aliments gras et sucrés et de produits ultra-transformés augmenterait ainsi le risque de cancer du sein alors qu’un régime méditerranéen le diminue.

Par ailleurs, une étude récente a montré que les bactéries Lactobacillus étaient moins abondantes dans les tumeurs malignes du sein que dans les lésions bénignes, suggérant ainsi qu’un déséquilibre du microbiote des tissus mammaires serait un facteur possible de cancer du sein.

Il est bien établi que l’alimentation influence le microbiote intestinal. Mais l’effet du type d’alimentation sur le microbiote de tissus ou organes autres que l’intestin est moins connu. Les chercheurs ont donc voulu savoir dans quelle mesure le régime alimentaire a un impact sur le microbiote des glandes mammaires. Leurs résultats sont publiés dans la revue Cell Reports.

L’étude

Les chercheurs ont mené leur étude sur 40 singes femelles qui ont suivi soit un régime occidental, soit un régime méditerranéen pendant 31 mois. Ils ont ensuite analysé les échantillons de glandes mammaires.

Les résultats montrent que le régime alimentaire influence de manière significative le microbiote spécifique des glandes mammaires. En effet, chez les femelles singes ayant suivi le régime méditerranéen la quantité de bactéries Lactobacillus est 10 fois supérieure à celle présente chez celles au régime occidental. Les bactéries Lactobacillus seraient, d'après des études chez les animaux avec un cancer du sein, capables d’inhiber la croissance tumorale. Les échantillons de glandes mammaires des femelles ayant suivi le régime méditerranéen présentent également un niveau plus élevé de métabolites d’acide biliaire et de composés bioactifs transformés par les bactéries qui sont susceptibles d’avoir des propriétés anticancer.

Ces résultats suggèrent que l’alimentation influence non seulement le microbiote intestinal mais également les populations bactériennes en dehors du tractus intestinal, notamment au niveau des glandes mammaires. Mais pour l’instant le rôle joué par les bactéries ou les métabolites modifiés par les bactéries sur le cancer du sein n’est pas clair.

En pratique

L’alimentation méditerranéenne est caractérisée par une consommation élevée de céréales complètes, fruits et légumes, légumineuses, noix, poissons et huiles d’olive. Elle est donc riche en prébiotiques, ces fibres qui nourrissent les bonnes bactéries. 

Ces nouveaux résultats, sur des animaux dont le patrimoine génétique est très proche du nôtre, laissent penser que c’est en partie en modulant la composition bactérienne présente dans les glandes mammaires que le régime méditerranéen jouerait un rôle bénéfique. Les futures études devront dire si une intervention orale - par la prise d’un supplément de probiotiques par exemple -peut impacter la population bactérienne dans les glandes mammaires.

A lire aussi : 5 raisons d'adopter le régime méditerranéen et Je mange méditerranéen au quotidien

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top