L'alimentation pourrait influencer l’âge de la ménopause

Par Juliette Pouyat Publié le 03/05/2018 Mis à jour le 03/05/2018
Actualité

Certains aliments, comme les céréales raffinées, avanceraient l'âge de la ménopause,  d’autres comme les poissons gras le retarderaient, selon une étude menée sur plus de 14 000 femmes.

Pourquoi c’est important

Pour une femme, l’âge de la ménopause est influencé par différents facteurs tels que la génétique, l’indice de masse corporelle, le tabagisme… Cet âge est important car en cas de ménopause précoce ou tardive, il peut y avoir des conséquences sérieuses sur la santé. La ménopause tardive est ainsi associée à un risque accru de cancers du sein, de l’endomètre et des ovaires. Mais une ménopause précoce peut s’avérer plus sérieuse encore en augmentant le risque de maladies cardiaques et osseuses, de dépression, de démence et de dysfonction sexuelle.

Une nouvelle étude montre que l’alimentation pourrait aussi jouer un rôle sur l’âge de début de la ménopause.

L’étude

Les chercheurs ont analysé les habitudes alimentaires de 14 172 femmes originaires du Royaume-Uni et ont regardé quel impact avait l’alimentation sur l’âge de début de la ménopause.

Quatre ans après le début de l’étude, 914 femmes ont eu leur ménopause. Les résultats montrent clairement que la qualité de l’alimentation influence l’âge de début de la ménopause (plus tôt ou plus tard que la moyenne). Une alimentation riche en poissons gras et en légumineuses  a tendance à retarder l’âge de la ménopause (qui est de 51 ans en moyenne) respectivement de 1 à 3,3 ans. Au contraire, les participantes qui consomment beaucoup de pâtes et de riz, ou des snacks sucrés, ont leur ménopause un an et demi en avance par rapport à la moyenne. Les végétariennes avaient tendance aussi à être ménopausées 8 mois en moyenne avant les non-végétariennes.

De plus, les chercheurs rapportent que des apports élevés en vitamine B6 et en zinc pourraient aussi retarder l’âge de la ménopause.

En pratique

Cette étude est intéressante surtout pour les jeunes femmes qui sont prédisposées à une ménopause précoce et qui souhaitent en retarder l’échéance. Cependant, elle ne prouve pas de lien de cause à effet, seulement des associations. En adoptant une alimentation riche en poissons gras et en légumineuses, et en diminuant les aliments à index glycémique élevé, il est peut-être possible de retarder le début de la ménopause. Ces recommandations se rapprochent du régime méditerranéen et ont d’autres bénéfices pour la santé alors il y a tout à gagner à les adopter de toute façon.  

 

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top