Quels effets indésirables du jeûne hydrique ?

Par Thierry Souccar - Journaliste et auteur scientifique, directeur de laNutrition.fr Publié le 23/02/2018 Mis à jour le 12/10/2021
Article

Peut-on jeûner sans risque pendant 2 jours et plus en ne buvant que de l’eau ? A quels effets indésirables faut-il s’attendre ? Des médecins répondent à cette question.

Le jeûne à l'eau de 2-3 jours et plus

Le jeûne hydrique prolongé dure généralement deux jours ou plus, au cours desquels on ne consomme que de l’eau. Contrairement au jeûne intermittent, qui ne demande pas de surveillance médicale, on recommande souvent aux personnes qui vont jeûner pendant plusieurs jours en n’avalant que de l’eau, de se soumettre à un bilan médical avant de se lancer, et de consulter en cas d’effets indésirables.

Des médecins californiens ont voulu connaître les effets indésirables de ce jeûne, et de la reprise de l’alimentation qui suit le jeûne. Ils ont analysé 768 dossiers de visites de personnes (652 patients) ayant participé, dans une clinique californienne à un jeûne médicalement supervisé entre 2006 et 2011.
La majorité des jeûnes (446) durait 2 à 7 jours. Dans 238 cas, le jeûne a duré 8 à 14 jours, et dans 64 cas de 14 à 21 jours. Il y a eu 20 jeûnes de plus de 22 jours, dont un de 41 jours.

Pourquoi faire un jeûne total : les bienfaits du jeûne

Les raisons ayant poussé des personnes à jeûner étaient, par ordre décroissant :

  • la prévention des maladies, la fatigue
  • les troubles cardiovasculaires, principalement hypertension
  • l’arthrose, les problèmes osseux, les douleurs musculaires
  • les troubles gastro-intestinaux dont colite, gastrite, constipation
  • les troubles hormonaux et métaboliques : thyroïdite, diabète, troubles de la glycémie et des lipides sanguins
  • les problèmes neurologiques (maux de tête, neuropathies, vertiges)
  • les troubles génito-urinaires
  • les troubles psychiatriques (dépression, anxiété, difficulté à se concentrer)
  • les troubles pulmonaires
  • les problèmes oculaires, d’audition, du nez et de la gorge

Lire aussi : 7 bénéfices potentiels du jeûne pour la santé (abonnés)

À noter qu'à ces raisons listées dans l'étude, on peut ajouter le contrôle du poids, le bien-être général et la prévention du vieillissement, qui sont également couramment avancées par les jeûneurs.

Tout savoir sur les effets indésirables du jeûne hydrique

Comment on classe les effets indésirables

Avant d’aborder les effets indésirables associés au jeûne hydrique prolongé, il faut savoir qu’ils sont classés internationalement selon leur sévérité :

Sévérité Critères
Grade 1 (légère) N’affecte pas l’activité quotidienne habituelle du patient. Signes ou symptômes ne nécessitant le plus souvent aucun traitement.
Grade 2 (modérée) Perturbe l’activité quotidienne habituelle du patient. Nécessite, le plus souvent, un traitement médical ambulatoire sans interruption du traitement.
Grade 3 (sévère) Empêche l’activité quotidienne habituelle du patient. Nécessite un traitement avec hospitalisation et/ou un arrêt du traitement supérieur ou égal à 4 jours.
Grade 4 (très sévère) Menace le pronostic vital. Impose des mesures de réanimation.
Grade 5 (décès) Complication mortelle.

Parmi les effets indésirables relevés dans les 768 dossiers médicaux, 555 étaient de grade 1 à 2, 212 de grade 3 et un seul de grade 4. Il n’y a eu aucun effet indésirable de grade 5. La majorité (75%) étaient légers.

Les effets secondaires du jeûne les plus courants

Dans cette étude, les plaintes étaient associées à la durée du jeûne.
Les plaintes les plus fréquentes étaient la fatigue (48,2% des plaintes), les nausées (32,2%), l’insomnie (33,5%), les maux de tête (30,1%), la dyspepsie (25,9%), les douleurs dorsales (25,7%). Ces plaintes étaient principalement de grade 1 et sont souvent recensées pendant un jeûne prolongé.
La présyncope a fait l’objet de 28,3% des visites ; c’est un effet indésirable connu du jeûne, le plus souvent de grade 2.

Pour les autres effets indésirables recensés, il est difficile de savoir si ces plaintes sont liées au jeûne lui-même ou à l’état de santé des patients avant le jeûne. En effet, ils se superposent avec les raisons mêmes qui ont amené ces personnes à jeûner.

En pratique

Le jeûne thérapeutique est-il dangereux ? L'avis des scientifiques

Les auteurs de cette étude concluent que la majorité des effets indésirables constatés pendant un jeûne hydrique prolongé sont légers à modérés et sont des réactions bien connues à ce type de jeûne. A priori le jeûne n'est donc pas dangereux. Malgré tout, ils préconisent un suivi médical des patients. Et ce dernier devrait être d'autant plus systématique que la personne est âgée, a des antécédents médicaux et prend des médicaments.

Comment préparer le jeûne pour éviter les effets indésirables et tenir ?

Une préparation en amont du jeûne peut s'avérer utile contre les effets indésirables. Diminuer progressivement sa consommation de café ou de thé une semaine avant, commencer à sauter des repas ou prendre des repas plus légers les jours précédents sont des stratégies couramment utilisées. Certains auteurs préconisent de supprimer progressivement les différentes familles d'aliments en commençant par la viande, puis les laitages, puis les céréales et la graisse et, enfin les fruits et légumes, au jour J de début du jeûne.

Se préparer mentalement, et prévoir d'être bien occupé (ou pas du tout) pendant le jeûne donne aussi plus de chances de tenir. Si des personnes autour de vous continuent à manger, le mieux est de prévoir de sortir pendant la préparation des repas et/ou les repas pour éviter d'être tenté ou de creuser sa faim au début. Imaginer des stratégies en amont pour éviter les tentations et surtout de s'écouter trop (guetter sa faim, le moindre signe indésirable, etc.).

Que boire pendant un jeûne ? Quelle place pour le café ?

On peut boire n'importe quelle boisson non sucrée pendant un jeûne. Si on opte pour un bouillon, mieux vaut veiller qu'il ne soit pas fait avec des légumes trop glucidiques (et surtout aucune pomme de terre ou patate douce).

La boisson première est l'eau et c'est la seule autorisée pour le jeûne hydrique. Ce peut être une eau minéralisée pour compenser les pertes minérales comme la Rozana ou la Vichy St Yorre. Ajouter un trait de citron et une pointe de piment dans son eau permet de l'alcaliniser.

Pour les autres jeûnes, café et thé non sucrés sont également possibles même si certains puristes les déconseillent. On peut leur ajouter une cuillère à soupe d'huile de noix de coco ou d'huile TCM qui sont des coupe-faim naturels. Les tisanes, non sucrées et sans fruit dedans, peuvent être des boissons de choix.

Contrer les effets indésirables pendant le jeûne

Que faire en cas de diarrhée au cours du jeûne ?

La diarrhée est un effet fréquent du jeûne, en particulier lorsque les personnes ne sont pas habituées à cette pratique. Son apparition ne signe pas une détoxification en cours mais l'évacuation par le corps d'un excédent d'eau. Cela vient du fait que le corps utilise le glycogène stocké comme source d'énergie et que ce dernier est entreposé avec des molécules d'eau libérées lors de son utilisation. Par ailleurs, boire du bouillon, du café ou du thé peut provoquer un excès d'eau et un effet diurétique dans le cas du café et du thé.

Si tout revient à la normale à l'arrêt du jeûne, le fait d'uriner davantage ou d'avoir la diarrhée augmente l'excrétion aussi de certains minéraux, sodium et magnésium en tête. Prendre plusieurs pincées de sel dans la journée peut s'avérer une stratégie intéressante, même si le jeûne hydrique interdit en théorie tout apport en sel.

Si jamais des nausées et/ou vomissements accompagnent la diarrhée, mieux vaut arrêter le jeûne et consulter.

Comment réagir face à la faim ?

Il est normal, surtout les premières 24 h du jeûne de ressentir de la faim, issue de la digestion précédente. Elle se manifeste souvent par des gargouillements et se présente par vagues qui déferlent plus ou moins intensément avant de se retirer.

Sachant que la vague de faim va passer, on peut juste reconnaître sa présence et la laisser s'en aller d'elle-même. On peut aussi en profiter pour boire une eau gazeuse. Ou encore la court-circuiter en faisant un peu d'exercice physique ou en restant très occupé. Dormir ou méditer peuvent s'avérer de bonnes stratégies pour ne plus penser à sa faim également.

Les astuces contre la mauvaise haleine

La mauvaise haleine peut survenir car l'estomac est vide ou après 24h de jeûne quand les corps cétoniques commencent à être produits pour servir de carburant aux cellules. Outre le brossage des dents, on peut lutter contre la mauvaise haleine en faisant des bains de bouche, en utilisant de l'huile essentielle de menthe poivrée ou en mâchant des feuilles de menthe fraîche. Autre astuce : boire de l'eau additionnée d'un peu de vinaigre de cidre ou se gargariser avec ce mélange.

Les bons réflexes en cas de maux de tête

Le mal de tête qui survient pendant un jeûne provient en général soit d'une légère déshydratation avec manque de sel ou du sevrage de la caféine (si cette dernière n'a pas été arrêtée progressivement avant le jeûne). Mais il peut être causé aussi par un manque de sommeil ou les hormones de stress produites en contexte de jeûne chez les personnes qui n'ont pas ou plus l'habitude de jeûner.

Le premier réflexe en cas de mal de tête est de boire un grand verre d'eau contenant 1/4 à 1/2 c. à c. de sel (même si certains puristes du jeûne hydrique le déconseillent). Si le mal de tête persiste 20 min après l'ingestion de ce verre, il faut se poser la question d'un manque de sommeil ou de caféine.

À tester en cas de fatigue

Contre les coups de barre subits, le remède premier est le même que celui contre les maux de tête : boire un grand verre d'eau contenant 1/4 à 1/2 c. à c. de sel. Là aussi la fatigue peut être due à un manque de sommeil ou au stress.

Comment rompre un jeûne hydrique ?

Le mieux est de rompre le jeûne en douceur et plus il aura été long, plus ce conseil est important.

Se suralimenter après un jeûne peut causer des maux d'estomac inconfortables. Le mieux est donc de rompre le jeûne avec un en-cas ou un repas léger. Dans tous les cas, privilégier les petites portions et bien mastiquer. Ne pas oublier non plus de boire.

Voici quelques en-cas permettant de rompre un jeûne en douceur :

  • Une poignée de noix, amandes, noisettes ou une cuillère de purée d'amande ou de cacahuète
  • Un petit bol de légumes crus assaisonnés de quelques gouttes d'huile d'olive et de vinaigre
  • Un bol de bouillon de légumes avec les légumes découpés dedans
  • Un petit peu de viande (jambon séché au sel par exemple)

On peut ensuite prendre un repas léger 1 à 2 h après. Certains auteurs conseillent d'éviter les œufs et les laitages lors des premiers repas. A chacun de tester ce qui lui convient, sachant que plus le jeûne aura été long et plus des précautions sont nécessaires.

Lire aussi : Jeûne, mode d'emploi (abonnés), Le guide complet du jeûne  ou Comment jeûner

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top