Quels sont les bienfaits des bains de mer en hiver?

Par Sarah Amiri Publié le 02/03/2020 Mis à jour le 02/03/2020
Actualité

Une étude récente a évalué les effets des bains de mer en hiver sur l’organisme. Les résultats sont positifs et suggèrent une possible implication du nerf vague. 

Pourquoi c’est important

On a tous vu des images de personnes se précipitant dans la mer au Nouvel an ou faisant des trous dans des lacs gelés pour s’y baigner. Elles témoignent d’une pratique vivifiante. Le froid est aussi utilisé chez les sportifs pour améliorer leur récupération musculaire mais aussi dans les cas de douleurs d’arthrose chroniques. 

Les bienfaits de cette méthode pourraient venir de la stimulation du nerf vague qu’elle induit. Pour le Dr Navaz Habib, l’auteur de Activez votre nerf vague « l’exposition périodique au froid est l’une des meilleures façons de stimuler et de guérir un nerf vague dysfonctionnel. » 

Si le bain d’eau froide stimule le nerf vague, ne peut-il cependant pas aussi générer un stress trop important pour le corps ou provoquer des infections respiratoires ? Une étude publiée dans le journal Explore tente de répondre à ces questions.

À lire aussi : 7 faits étonnants sur le nerf vague

L’étude

Elle a impliqué 258 personnes âgées de 19 à 88 ans séparées en deux groupes (un ayant pratiqué les bains de mer et un groupe de contrôle).

Des questionnaires sur les caractéristiques sociodémographiques, l'auto-perception de la santé mentale et physique, le nombre, la durée et l'intensité des infections des voies respiratoires supérieures au cours de l'année écoulée, et les traits de personnalité des baigneurs ont permis d’évaluer les participants. Les chercheurs ont aussi effectué un examen oto-rhino-laryngologique (ORL), et prélevé des échantillons de salive pour mesurer les marqueurs biologiques (cortisol, sIgA, IL-1β, IL-6).

Résultats : le bain dans l’eau froide en hiver a été associé à des niveaux de stress réduits et un état de bien-être. Les examens ORL n'ont pas révélé de signes d’infections des voies respiratoires chez les baigneurs, qui présentaient des niveaux de IgA salivaires (cellules du système immunitaire) significativement plus élevés que les témoins. Ni les niveaux salivaires IL-1β (marqueur de l’inflammation) ni les niveaux de cortisol (hormone du stress) n'étaient significativement différents entre les deux groupes.


En pratique

Si on habite trop loin de la mer ou d’un lac, il est possible d’obtenir sous la douche des résultats similaires. Dans son livre Activez votre nerf vague, le Dr Navaz Habib, conseille à ses patients « de prendre une douche comme d’habitude, et vers la fin, de baisser au maximum la température de l’eau et de la faire couler sur la tête et la nuque pendant une minute. Au début, ce sera un véritable choc pour votre organisme, qui changera votre manière de respirer. Votre objectif pendant cette minute d’eau froide, c’est de contrôler votre respiration en respirant de façon aussi profonde et abdominale que possible. Si vous parvenez à entraîner votre corps à bien respirer dans le froid, vous allez renforcer considérablement votre nerf vague et votre système nerveux parasympathique. »

Pour activer votre nerf vague, lire le programme du Dr. Navaz Habib 
 

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top