Le jeûne intermittent, bénéfique pour la mémoire à long terme ?

Par Juliette Pouyat - Journaliste scientifique Publié le 25/05/2021 Mis à jour le 26/05/2021
Actualité

Une étude menée sur des souris indique que le jeûne intermittent permet de préserver la mémoire à long terme et de générer de nouveaux neurones.

Pourquoi c’est important

La restriction calorique et le jeûne intermittent ont le pouvoir de freiner le vieillissement en tout cas chez l’animal. Ainsi, la restriction calorique pourrait augmenter l’espérance de vie, tout comme le fait de jeûner un jour sur deux. Ces deux modes d’alimentation améliorent non seulement la longévité mais préviennent également le déclin cognitif qui accompagne généralement le vieillissement. Ils auraient notamment des effets bénéfiques sur l'inflammation, la neurodégénérescence ou encore la plasticité cérébrale. L'effet bénéfique du jeûne intermittent sur la cognition est-il dû à une réduction globale des calories ou à un espacement des repas ? Dans une nouvelle étude parue dans la revue Molecular Psychiatry, des chercheurs se sont intéressés à cette question et ont comparé, chez des souris, l’effet du jeûne intermittent à celui de la restriction calorique sur la mémoire. 

L’étude

Les chercheurs ont étudié trois groupes de souris : un groupe de contrôle formé de 25 souris mangeant normalement, un groupe de 25 souris en restriction calorique (10% de calories en moins que le groupe de contrôle) et un dernier groupe de 25 souris mangeant un jour sur deux, ce mode d’alimentation correspondant à une réduction calorique de 10% sur la semaine. L'intervention a duré 3 mois. 

Les résultats indiquent que les souris soumises au jeûne intermittent ont une meilleure consolidation de la mémoire à long terme que les deux autres groupes. L’analyse des cerveaux des souris suggère que jeûner un jour sur deux permet de promouvoir un gène de la longévité appelé "gène Klotho". Celui-ci joue un rôle central dans la production de nouveaux neurones à l’âge adulte (neurogenèse) au niveau de l’hippocampe. Or, ces neurones sont importants pour la formation de la mémoire et leur production décline avec l’âge, expliquant en partie le déclin cognitif chez les personnes âgées. Dans cette étude, le jeûne intermittent est plus efficace que la restriction calorique quotidienne pour améliorer la mémoire.

Il semblerait que l’espacement entre les repas est plus important que la réduction calorique. Dans cette étude, la restriction calorique seule n’est peut-être pas suffisante (10% de calories en moins que le groupe de contrôle) pour obtenir des effets bénéfiques sur la mémoire.

En pratique

Le jeûne intermittent est bénéfique pour la santé à condition qu’il ne serve à compenser les excès des autres jours. Il existe plusieurs façons de jeûner, à vous de trouver celle qui vous convient le mieux : le jeûne TRF (Time restricted feeding) ou jeûne intermittent de 16 heures par jour (il faut s’alimenter sur une « fenêtre » de 8 heures), le jeûne 5/2, le jeûne en alternance 1 jour sur 2…

Pour ralentir le vieillissement du cerveau certaines habitudes sont bénéfiques : adopter un régime low carb et éviter les produits et boissons sucrés ainsi que les aliments transformés, combler les déficits en vitamines et oméga-3 et pratiquer une activité physique régulière.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top