Les édulcorants glucidiques

Par Lanutrition.fr Publié le 03/06/2009 Mis à jour le 21/11/2017
L'essentiel

Sorbitol, lactitol, xylitol… Tous ces édulcorants de charge sont des sucres particuliers appelés polyols. LaNutrition.fr vous explique les propriétés de ces substances présentes dans nos aliments. 

Les polyols sont sur le plan de la composition chimique des proches cousins des sucres puisque ce sont également des glucides, contrairement aux édulcorants intenses (lien). On les obtient en traitant chimiquement différents glucides même s’ils existent à l’état naturel dans de nombreux végétaux par exemple le sorbitol dans les pruneaux et les cerises, ou le mannitol dans les champignons. Pour cette raison, ils sont considérés comme sûrs, et n'ont pas de DJA.

Les polyols proviennent soit des céréales soit des sucres. Ils subissent ensuite diverses transformations chimiques pour parvenir aux édulcorants qui seront incorporées dans les aliments.

Les édulcorants de charge ont un pouvoir sucrant environ égal à celui du saccharose, entre 0,5 et 1,4. Si on les utilise pour remplacer le sucre c’est parce qu’ils ne sont pas entièrement absorbés dans l’intestin. En effet, ils ne franchissent que très peu la barrière de la membrane intestinale et ne rejoignent pas tous ou pas entièrement la circulation sanguine. En pratique, ils apportent donc moins que les 4 calories par gramme apportés par le sucre. Cependant, il est impossible de chiffrer clairement leur apport calorique puisqu’on ne sait pas exactement comment se fait l’absorption qui varie d’une personne à l’autre.

Les polyols sont utilisés surtout pour deux raisons : ils n’ont pas d’effet sur la glycémie et ils ne provoquent pas de caries. En effet, ils modifient l’équilibre acide-base de la bouche de telle sorte que l’activité des bactéries est neutralisée. Les polyols sont très employés dans les chewing-gums.

Des effets secondaires

Etant donné qu’ils ne sont pas totalement absorbés, les polyols arrivent dans le côlon où ils fermentent et provoquent un appel d’eau. Problème : cela peut créer des ballonnements et des diarrhées s’ils s’y trouvent en quantité importante. Ils sont donc à consommer avec modération et à déconseiller aux jeunes enfants. Une étude japonaise de 2007 a mesuré le seuil limite pour subir des diarrhées avec le xylitol, le lactitol et l’érythriol. Pour un homme, il faudrait consommer 0,37g/kg/J de xylitol pour en ressentir les effets laxatifs soit pour un homme de 70 kilos 25,9 g ce qui correspond à environ 13 chewing-gum.

 

Dénomination

Pouvoir sucrant

Valeur énergétique (kcal/g)

Source

Effets sur la santé

Saccharose = référence

100

4

Sucre directement extrait de la canne à sucre ou de la betterave. Sucre de table, confiseries, desserts…

Probable

résistance à l’insuline, prise de poids.

Lactose

30

4

Lait et produits laitiers

Avéré

intolérance pour une partie de la population

Maltose

43

4

Confiseries, confitures, bière, ketchup, patates douces.

Aucun.

Glucose

70

4

Pains, biscuits, sauces, boissons de l’effort.

Probable

résistance à l’insuline, prise de poids.

Sirop de glucose

27 à 55

4

Pâtisseries, confiseries, glaces, ketchup.

Probable

résistance à l’insuline, prise de poids.

Fructose

110 - 120

4

Boissons, glaces, biscuits, confitures.

Avéré

Laxatif

 

Probable

résistance à l’insuline, prise de poids, syndrôme métabolique, diabète de type 2, maladies cardiovasculaires.

Sirop de fructose

90 ou 100

4

Peu utilisés en Europe.

Avéré

Laxatif

 

Probable

résistance à l’insuline, prise de poids, syndrome métabolique, diabète de type 2, maladies cardiovasculaires.

Sucre inverti (mélange de sirop de glucose et de sirop de fructose à concentration égale)

100 – 110

4

Confiseries, gâteaux, pains d’épice, biscuits.

Avéré

Laxatif

 

Probable

résistance à l’insuline, prise de poids, syndrome métabolique, diabète de type 2, maladies cardiovasculaires.

Miel

100

3,8

Miel

Aucun.

Fructo-oligosaccharides

30 - 50

1,5 – 2

Compléments alimentaires, édulcorants de table (Actilight).

Aucun.

Sorbitol

 

E 420

63

2,6

Chewing-gum, produits diététiques, pâtisseries, desserts surgelés, sauces

Avéré

laxatif

Mannitol

 

E 421

50 – 60

1,6

Chewing-gum

Avéré

laxatif

Isomalt

 

E 953

45 – 50

2

Confiseries très sucrées

Avéré

laxatif

Maltitol

 

E 965

75 – 80

3

Chocolat, chewing-gum, pâtisseries, desserts surgelés, produits diététiques, sauces

Avéré

laxatif

Lactitol

 

E 966

40

2

Chocolat, chewing-gum, crèmes glacées

Avéré

laxatif

Xylitol

 

E 967

90 – 100

2,4

Chewing-gums, dentifrices, produits de rinçage oral

Avéré

laxatif

Erythritol

 

E 968

70

0,2

Boissons sans calories édulcorants de table, chewing-gums

Avéré

laxatif

Tagatose

 

E 963

92

1,5

Boissons sans calories, chewing-gums

Aucun.

 

Oku T. “Threshold for transitory diarrhea induced by ingestion of xylitol and lactitol in young male and female adults”. Journal of nutritional sciences and vitaminology. 2007 Feb;53(1):13-20.

 

Lire aussi :

Petite histoire des édulcorants

Les édulcorants de synthèse

Les édulcorants d'origine naturelle

Quels sont les édulcorants à éviter ?

Les édulcorants font-ils maigrir ?

Les dommages collatéraux des édulcorants

L'aspartame donne-t-il le cancer ?

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top