Tout savoir sur la maltodextrine

Par Priscille Tremblais Publié le 24/04/2019 Mis à jour le 24/04/2019
Article

La maltodextrine est une poudre blanche riche en amidon que les industriels ajoutent à de nombreux aliments pour améliorer leur saveur, leur texture (épaississant) ou leur durée de conservation. Quels sont les effets de cet agent cosmétique et économique (ACE) sur la santé ?

Qu’est-ce que la maltodextrine ?

La maltodextrine est essentiellement issue du maïs, du riz, de l’amidon de pomme de terre ou du blé (à ce titre elle peut donc contenir du gluten, attention en cas d’intolérance ou de sensibilité). L’ingrédient de base est tellement transformé (par hydrolyse) que la poudre obtenue – de couleur blanche – est sans odeur et presque sans goût. Elle est utilisée par les industriels pour épaissir les produits laitiers notamment et plus généralement comme agent de texture ou de conservation.
Sur le plan chimique, c’est un composé soluble de maltose et de dextrine. Le maltose est un sucre constitué de deux molécules de glucose, extrait de l’amidon de malt et la dextrine est une substance gommeuse qui résulte de la transformation de l’amidon ou de la fécule, par hydrolyse ou par chauffage à sec, avec éventuellement addition de petites quantités de réactifs chimiques. 

La maltodextrine n'est pas considérée comme un additif au sens strict du terme, elle fait partie des agents cosmétiques et économiques.

Où la trouve-t-on ?

On trouve de la maltodextrine dans énormément de produits industriels/ultra-transformés : sauces, soupes, sucreries, laitages (y compris boissons végétales et certains laits infantiles) … mais aussi dans certains médicaments et dans des boissons énergétiques destinées aux sportifs car ses glucides passent très vite dans le sang.

Dans quels cas la maltodextrine peut-elle être utile ?

Les boissons contenant de la maltodextrine peuvent permettre aux pratiquants de sports de force et aux autres athlètes de regagner rapidement des calories après un entraînement, en limitant le risque de déshydratation car la maltodextrine demande moins d’eau pour sa digestion que les autres glucides. Certaines études indiquent par ailleurs que des suppléments de maltodextrine pourraient aider à maintenir une bonne puissance anaérobique au cours de l’exercice.
Pour les personnes sujettes aux hypoglycémies, elle peut également être utile car elle provoque une remontée rapide du taux de sucre sanguin.
Toutefois si elle peut être utile, elle n’est en aucun cas indispensable pour ces indications.

Peut-on avaler de la maltodextrine sans risque ?

Les autorités sanitaires reconnaissent cet ACE comme sans danger, puisqu’il dérive de l’amidon de céréales. Il n’y a donc aucune dose journalière admissible (DJA) de fixée. Malgré tout, la présence de cet ACE dans de nombreux produits soulève des questions chez les scientifiques même si aucun lien n’a pu être établi entre consommation de maltodextrine et un quelconque trouble de santé. Voici les points d’inquiétude des chercheurs.

D’une part, les produits qui contiennent beaucoup de maltodextrine (comme les boissons pour sportifs par exemple) provoquent des pics de glycémie qui lorsqu’ils sont fréquents et importants peuvent favoriser un diabète de type 2. Par ailleurs les produits contenant de la maltodextrine sont le plus souvent ultra-transformés et riches en glucides, et donc déconseillés aux personnes souffrant de diabète ou de prédiabète (tout comme à celles cherchant à perdre du poids).

Autre point d’inquiétude : le potentiel cariogénique de la maltodextrine. Est-ce que l’ajout de maltodextrine pourrait augmenter la capacité du sucre (saccharose) à provoquer des caries ? Selon les quelques études existantes, rien n’est prouvé.
La maltodextrine pourrait aussi entraîner des réactions allergiques : asthme, irritations de la peau…

Mais c’est sur le plan intestinal que la maltodextrine pourrait avoir le plus de conséquences néfastes, notamment via ses effets sur le microbiote
Plusieurs études récentes suggèrent que cet ACE jouerait un rôle dans l’augmentation rapide de la fréquence des maladies inflammatoires, notamment celles touchant l’intestin. 
Chez les souris, une revue des études sur le sujet, parue dans le journal PlosOne en 2014, a conclu que la maltodextrine favorisait la croissance de mauvaises bactéries dans l’intestin (du genre Salmonella), endommageant l’intestin des rongeurs et augmentant leur risque de maladie inflammatoire. 
Des résultats similaires ont été trouvés dans une autre étude publiée un an plus tard dans la revue Gut Microbes : selon elle la maltodextrine a des conséquences néfastes sur la santé intestinale, et il existerait un lien entre elle et la maladie de Crohn.

Une autre étude sur des rongeurs sauvages a montré qu’après 45 jours la maltodextrine n’entraîne pas d’inflammation intestinale visible mais qu’une exposition plus longue induit une inflammation de bas grade et des altérations de la couche de mucus protégeant l’intérieur de la paroi intestinale. 

Bien évidemment ces résultats doivent être confirmés chez l’humain avant de pouvoir tirer une véritable conclusion quant aux possibles effets de la maltodextrine sur le microbiote intestinal et le risque de maladies inflammatoires de l’intestin. Maintenant si vous avez des soucis digestifs ou intestinaux, vous n’avez rien à perdre, au contraire, à l’éviter.

Comment l’éviter et par quoi la remplacer ?

Dans la mesure où la maltodextrine est un ACE pas cher qui permet d’améliorer la texture et la conservation des aliments, et que ses potentiels effets négatifs sur la santé sont encore loin d’être démontrés, il y a fort à parier que les industriels vont continuer à l’utiliser pendant un moment. 
Il existe pourtant des substituts plus sûrs comme la gomme de guar, la pectine, le tapioca ou l’arrow-root qui permettent eux aussi d’épaissir diverses préparations. Et côté goût, elle peut être remplacée par des produits non caloriques et sans impact sur le sucre sanguin comme l’érythritol ou la stévia.
Si vous souhaitez, par principe de précaution, éviter la maltodextrine, il n’y a qu’une seule solution : limiter la consommation de produits ultra-transformés au maximum et faut bien lire les étiquettes des aliments que vous achetez quand même au supermarché. 

A lire aussi : Ce que l’on sait des effets des émulsifiants de synthèse sur le cerveau et Tout ce que vous devez savoir sur le dioxyde de titane E171

Références

Hofman DL, van Buul VJ, Brouns FJ. Nutrition, Health, and Regulatory Aspects of Digestible Maltodextrins. Crit Rev Food Sci Nutr. 2016 Sep 9;56(12):2091-100. 
Nickerson KP, Homer CR, Kessler SP, Dixon LJ, Kabi A, Gordon IO, Johnson EE, de la Motte CA, McDonald C. The dietary polysaccharide maltodextrin promotes Salmonella survival and mucosal colonization in mice. PLoS One. 2014 Jul 7;9(7):e101789.
Nickerson KP, Chanin R, McDonald C. Deregulation of intestinal anti-microbial defense by the dietary additive, maltodextrin. Gut Microbes. 2015;6(1):78–83.
Babak Nakhostin-Roohi : Effect of Glutamine and Maltodextrin Acute Supplementation on Anaerobic Power. Asian Journal of Sports Medicine: 4 (2); 131-136.
Laudisi, F., Di Fusco, D., Dinallo, V., Stolfi, C., Di Grazia, A., Marafini, I., Colantoni, A., Ortenzi, A., Alteri, C., Guerrieri, F., Mavilio, M., Ceccherini-Silberstein, F., Federici, M., MacDonald, T.T., Monteleone, I., and Monteleone, G. The food additive maltodextrin promotes endoplasmic reticulum stress–driven mucus depletion and exacerbates intestinal inflammation. Cell Mol Gastroenterol Hepatol. 2019; 7: 457–473.
Nickerson, K.P. and McDonald, C. Crohn's disease-associated adherent-invasive Escherichia coli adhesion is enhanced by exposure to the ubiquitous dietary polysaccharide maltodextrin. PLoS One. 2012; 7: e52132.
Arnold, Amanda R.Chassaing, Benoit et al. : Maltodextrin, Modern Stressor of the Intestinal Environment. Cellular and Molecular Gastroenterology and Hepatology , Volume 7 , Issue 2 , 475 – 476.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top