Maladie de Lyme : le témoignage d'une patiente

Par Lanutrition.fr Publié le 09/03/2012 Mis à jour le 17/02/2017
Dans son livre Maladie de Lyme, mon parcours pour retrouver la santé, Judith Albertat narre son chemin de croix médical pour arriver, au final, au diagnostic de la maladie de Lyme. Comme le souligne le Pr Luc Montagnier, la forme chronique de cette maladie est encore peu (re)connue en France alors qu'il existe de nombreux articles scientifiques sur le sujet (en langue anglaise). Dans cet extrait, Judith Albertat découvre qu'elle n'est pas la seule à souffrir de cette maladie, ce qui lui donne un grand bol d'air frais.

 

Dans la grande pièce où il travaille, le médecin m’écoute. Pendant quatre heures, cet anesthésiste et moi allons échanger. J’avais déjà beaucoup apprécié cet homme par le passé. Il va devenir un réel ami. Il me raconte, aussi, sa maladie : la borréliose de Lyme. Il m’explique ses recherches,ses engagements, l’incompréhension de ses confrères lorsqu’il finit par faire le choix d’une autre orientation de soins thérapeutiques.


Opposant discret aux thérapies agressives, il me présente les écrits,les publications, les états de recherches qui ont été faites depuis plus
de vingt ans sur la maladie de Lyme, notamment aux Etats-Unis et en Allemagne mais pas seulement. Il me fait découvrir la médecine
« informationnelle et quantique » : un monde nouveau dont je n’avais pour ainsi dire jamais entendu parler (lire page 138).

 

Un continent d’informations

Vincent confirme que mes symptômes – plus d’une cinquantaine – relèvent bien de la maladie de Lyme. Tous sont décrits par des milliers de patients et une cohorte de médecins en Allemagne, aux Etats-unis, au Canada, aux Pays-Bas entre autres… En toile de fond, quelque part dans l’univers, j’entrevois les premières pièces de ce gigantesque puzzle s’assembler enfin : tout se tient ! Une vague de soulagement arrive à grands flots : je ne suis plus seule, et je ne suis pas folle ! Les mots salvateurs dansent une ronde joyeuse et étourdissante : il existe des milliers de personnes comme moi, avec les mêmes symptômes ; et des dizaines de médecins qui ont écrit ou
publié sur leurs recherches thérapeutiques. Quelle nouvelle ! Enfin, enfin un espoir !


Vincent me transmet des documents et courriels émanant de médecins américains, canadiens, allemands… Immédiatement, l’évidence me saute aux yeux : il y est question de connaissances approfondies de la maladie de Lyme, rien à voir avec ce dont j’ai pu avoir l’habitude jusqu’à présent. Estomaquée, j’apprends de mon hôte qu’en effet, les médecins américains, notamment, travaillent depuis une trentaine d’années sur ce terrible mal et ont donc massivement publié sur le sujet. Les publications sont bien sûr faites en langue anglaise. Or, peu de médecins français ont envie de lire toute cette littérature dans la langue de Shakespeare, me précise mon ami
anesthésiste.


« C’est ce qui, en France, a mis un frein considérable à la transmission,l’analyse et la compréhension des informations relatives à la borréliose de Lyme », ajoute-t-il, navré et las, accusant au passage les médecins et professeurs de ne pas faire leur travail en terme de recherche personnelle, bien que confrontés au désarroi et aux souffrances de leurs patients. Lesquels, au final, ne sont pas soignés.
Vincent continue. Il me présente des travaux des Drs Dietrich Klinghart, Robert Bransfield, Paticia Kane, Eric Rentz, Ingo Woitzel, de Hulda Clark, les livres et études de Brian Rosner, du Dr Nan Fuchs et tant d’autres ! Puis il me parle des propositions de traitements alternatifs dans lesquels bien sûr l’alimentation prend une place majeure. Si son exposé s’oppose de fait aux thérapies protocolaires mises en place par le système médical actuel – lesquelles ne donnent pas les résultats attendus – c’est avec
simplicité et humilité qu’il me fait découvrir ses propres connaissances.
Celles-ci s’étendent de la biologie moléculaire à la micronutrition, en passant par les approches alternatives et holistiques proposées par les nouvelles médecines. Vincent est un chercheur, et un puits de science.


Un instant, j’ai du mal à suivre, tant il y a d’informations : je suis littéralement abasourdie! Avant que l’on se quitte, Vincent me montre, dans le coffre de sa voiture transformé en bibliothèque, les livres qu’il a achetés et qui traitent de la maladie de Lyme. Il y en a une dizaine, il les a tous lus et les passages majeurs sont surlignés en jaune et annotés : un méticuleux travail de fourmi a été accompli.
L’ensemble de ce que je découvre est bien entendu écrit en langue anglaise, mais tout est là : il n’y a plus qu’à se servir, lire, apprendre, réfléchir, poser des questions, analyser, et faire.


Des milliers d’informations se bousculent dans mon cerveau alors que je sors de chez mon ami anesthésiste. Je n’ai certainement pas intégré toutes les données reçues, mais j’ai avec moi les notes prises pendant ces quatre heures, les documents qu’il m’a transmis, et l’idée d’un nouveau protocole de soin : il ne me reste plus qu’à travailler ! Mon coeur meurtri s’emplit d’un espoir nouveau. Merci Vincent : quel bonheur de t’avoir rencontré à nouveau, certes en tant que médecin, mais avant tout en tant qu’être humain ! Au-delà de cette belle amitié naissante, tu m’as montré la lumière au bout du tunnel, indiqué les portes de la guérison, et donné des outils pour
les ouvrir !

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top