Arthrose : enrayer l’épidémie en améliorant la santé musculo-squelettique

Par Julien Hernandez Publié le 27/07/2018 Mis à jour le 08/08/2018
Actualité

Selon des chercheurs anglais, d’ici à 2040, 25 % de la population américaine pourrait être atteinte d’arthrose, si l’on ne fait rien pour la prévenir. La meilleure solution selon eux : agir en amont sur la santé musculo-squelettique.

Pourquoi c’est important

On sait désormais que l’arthrose n’est pas une simple usure mécanique des articulations. Elle résulte d’une inflammation chronique à bas bruit causée par plusieurs facteurs de risques (alimentation, surpoids, sédentarité, etc.) mais également par une (ou des) blessure. Elle est très fortement associée à une mauvaise santé musculo-squelettique. 

Lire aussi : L’arthrose qu’est-ce que c’est ? 

Malgré ces avancées considérables dans la compréhension de cette maladie fort invalidante, les traitements se concentrent encore et toujours sur un seul paramètre : la douleur. Et ils sont plus ou moins efficaces sur celle-ci (plus efficace au début de la thérapie), parfois pas plus qu’un placebo et avec des effets secondaires notables. Ce qui est certain, c’est qu’ils n’ont aucun impact sur l’avancée de la maladie. La solution serait donc de la prévenir, pour éviter l’épidémie qui s’annonce, en agissant sur la santé musculo-squelettique, d’après des spécialistes anglais de cette maladie.

En pratique 

Pour prévenir l’arthrose ou ralentir sa progression, il faut donc agir en amont sur les mauvaises postures qui engendrent des déséquilibres musculaires et des douleurs articulaires. Et renforcer les muscles harmonieusement pour éviter ces déséquilibres. 

Pour vous aider voici quelques conseils : 

  • Garder ou atteindre son poids de forme. Eviter le surpoids permet de limiter les contraintes sur les articulations du genou et de la hanche, les plus touchées par l’arthrose. 
  • Adopter une alimentation anti-inflammatoire permet à la fois de prévenir l’obésité et l’inflammation chronique qui mène à l’arthrose.
  • Respecter les recommandations officielles en termes d’activité physique (minimum 150 min/semaine) est la mesure qui préserve le mieux l’intégrité musculo-squelettique. Avec des effets bénéfiques aussi sur l’humeur et la forme en général.
  • Certains exercices sont plus utiles en préventionpour éviter le risque de blessures et pour renforcer vos capacités physiques, notamment les exercices de force (musculation), d’équilibre (travail postural statique, yoga, etc.) et d’agilité (les exercices aérobies comme le jogging ou le vélo, ceux de coordination, des enchaînements rapides de postures, etc.)
  • D’autres sont plus efficaces et réalisables lorsque la maladie a déjà commencé à s’installer notamment parce qu’ils améliorent la mobilité articulaire (stretching, mobilisations articulaires, Qi gong, etc.) les capacités fonctionnelles (kinésithérapie visant à améliorer les connexions neuromusculaires principalement via des appareils de musculations spécifique et de l’électrostimulation), diminuent la douleur et améliorent donc la qualité de vie.
  • Éviter les sports à contact en revanche (ou alors il faut améliorer considérablement sa santé musculo-squelettique au préalable).

En somme, pour prévenir l’arthrose il faut conserver (ou retrouver) un poids de forme, rester en mouvement, et pratiquer des exercices spécifiques pour conserver une bonne mobilité articulaire. Dans la mesure de vos moyens, l’aide d’un(e) coach ou d’un kinésithérapeute peut s’avérer utile pour apprendre les bons mouvements. 

Un guide utile, quel que soit son niveau de forme : Un corps sans douleur détaille des programmes d’exercices à réaliser selon sa posture afin d’éviter de corriger les déséquilibres posturaux (notamment ceux induits par la position assise). 

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top