Les antibiotiques rendent-ils obèses ?

Par Lanutrition.fr Publié le 22/02/2010 Mis à jour le 06/02/2017
La prise d’antibiotiques pourrait avoir un effet secondaire bien singulier : la prise de poids. C’est du moins ce que suggère une étude française publiée dans PLoS One.

L’unité de recherche du Pr Didier Raoult de l’université de la Méditerranée à Marseille montre en effet que les antibiotiques donnés pour traiter une endocardite infectieuse (inflammation de l’endocarde, tissu qui tapisse la face interne du cœur et qui atteint les valves cardiaques) seraient responsables d’une prise de poids importante, voire du développement d’une obésité.

Des antibiotiques comme l’avoparcine ont été longtemps donnés aux animaux d’élevage (volailles notamment) pour les faire grossir plus vite et avec moins de nourriture. Or, l’avoparcine a un analogue en médecine humaine : la vancomycine. Cet antibiotique sert à traiter les patients souffrant d’endocardite infectieuse.

Les chercheurs marseillais ont voulu savoir si les antibiotiques pouvaient aussi faire grossir les hommes. Ils ont constaté que les patients sous vancomycine prenaient tous du poids, contrairement à ceux qui étaient soignés avec d’autres antibiotiques. Combinée à de la gentamycine, la vancomycine augmente l’indice de masse corporelle de 2,3 (en kg/m²). Les hommes de plus de 65 ans non opérés et traités avec ces deux antibiotiques sont même devenus obèses.

Ces antibiotiques perturberaient la flore intestinale, selon les chercheurs. Or des études antérieures ont montré que l’équilibre de la flore intestinale avait un impact sur le poids d’un individu. Les bactéries de l'intestin jouent un rôle dans la conversion énergétique des nutriments, parce qu'elles peuvent les digérer (lire notre article Obésité : les bactéries responsables ?).

Les chercheurs supposent que la prise de poids a été induite par la prolifération des Lactobacillus, des bactéries probiotiques présentes dans les intestins et naturellement résistantes à la vancomycine. D’ailleurs, ces bactéries ont été retrouvées en grandes quantités dans les selles des patients obèses.

Pour prévenir l’obésité chez les personnes recevant ce type de traitement, les chercheurs suggèrent de mettre en place des programmes nutritionnels et un suivi du poids des patients.

Lire également notre dossier sur le surpoids et l’obésité.

Thuny F, Richet H, Casalta J-P, Angelakis E, Habib G, Raoult D. Vancomycine treatment of infective endocarditis is linked with recently acquired obesity. PLoS ONE, February 2010, Volume 5, Issue 2, e9074 Published on line February 10, 2009, doi:10.1371/journal.pone.0009074

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top