Au coeur de l’arthrose : l’inflammation

Par Lanutrition.fr Publié le 25/04/2006 Mis à jour le 21/11/2017
Derrière les grands problèmes de santé publique actuels, allergies, arthrose, diabète, obésité… se cacherait un seul problème physiologique : l’inflammation. Et c’est en luttant contre cette dernière que l’on a une chance de moins souffrir. Mais comment y arriver sans effets secondaires indésirables ? LaNutrition.fr a enquêté pour vous.

Des épidémies galopantes

Ces vingt dernières années ont vu la fréquence de plusieurs maladies augmenter considérablement. Ainsi les allergies placées au sixième rang mondial des maladies les plus fréquentes viennent d’être reclassées à la quatrième place par l’Organisation Mondiale de la Santé. L’obésité connaît aussi une croissance exponentielle : en 2003, elle concerne en France 11,3 % des adultes et 3,9 % des enfants contre respectivement 8,2 % et 2,4 % en 1997. L’arthrose, en progression constante, toucherait 9 à 10 millions des adultes français. Quels points communs ? Aucun en apparence. Pourtant, le même mécanisme se cacherait derrière cette « épidémie d’épidémies » : c’est l’inflammation. Elle résulterait d’un fonctionnement exacerbé du système immunitaire.

Le corps sait se défendre…

Le système immunitaire nous sert à nous protéger des microbes et autres virus qui tentent de venir nous infecter. Lorsqu’un microbe ou un virus parvient à franchir la barrière de la peau ou des muqueuses, les troupes, c’est-à-dire les globules blancs, sont envoyées à la rencontre de l’ennemi. Et la bataille s’engage. Les globules blancs ont dans leurs bagages une arme choc : l’inflammation, en la personne de deux familles de substances que l’organisme se procure à partir des graisses alimentaires. Ces substances font se dilater les vaisseaux sanguins à l’endroit où se déroule la bataille pour faciliter le travail des globules blancs. Ce sont elles aussi qui stimulent les nerfs afin qu’ils envoient des messages de douleur au cerveau.

… même parfois un peu trop

Il arrive que cette belle mécanique anti-microbes s’enraille et dégénère en maladies inflammatoires. Ces dernières résultent en effet d’une exagération de la réponse normale du système immunitaire. Constamment en alerte rouge, qu’il y ait infection ou pas, ce dernier se combat lui-même. Il produit donc trop de substances inflammatoires, entraînant une dilatation excessive des vaisseaux, des douleurs permanentes, et des lésions sur les tissus. Comme la bataille est permanente, l’organisme n’a plus le temps de réparer les tissus abîmés comme après une infection classique. Cela se traduit par une grande fatigue et des douleurs chroniques. Malheureusement, on ne sait pas encore pourquoi le système immunitaire réagit excessivement. Les solutions disponibles contre l’inflammation ne peuvent donc que viser à réduire le nombre de substances inflammatoires.

Les solutions viennent d’abord de l’assiette

L’industrie pharmaceutique a trouvé des parades contre ces messagers inflammatoires, ce sont les médicaments anti-inflammatoires : aspirine, ibuprofène, coxibs, etc. Cependant, ils agissent seulement en bout de chaîne de la réaction inflammatoire et ne sont pas dénués d’effets secondaires comme l’illustre l’histoire du Vioxx. Heureusement, il existe des moyens naturels, dénués d’effets indésirables pour s’attaquer directement à la source. On sait aujourd’hui que plus on mange de graisses pro-inflammatoires, plus on a de chances de fabriquer des substances qui favorisent les inflammations. Le premier réflexe anti-inflammatoire à adopter est donc de limiter les aliments qui en apportent beaucoup. Ce sont par exemple les huiles de tournesol, de maïs, de pépins de raisin, les œufs (le jaune en particulier), des viandes comme la dinde, le foie de certains animaux, etc.

Et voici les oméga-3 !

Cela ne suffit malheureusement pas, il faut aussi empêcher les graisses pro-inflammatoires qui restent dans l’alimentation de donner naissance aux substances inflammatoires. C’est là que d’autres graisses, les oméga-3, entrent en jeu. Les oméga-3 sont en effet de véritables pompiers qui viennent enrayer le cercle vicieux de l’inflammation. Les aliments à privilégier sont donc ceux qui contiennent le plus d’oméga-3 et le moins de graisses pro-inflammatoires. C’est le cas de certains poissons gras : harengs, maquereaux, anchois, saumon, etc.

Aux États-Unis, le Dr Floyd Chilton a assigné à chaque aliment une valeur en fonction de son profil en acides gras : l’indice inflammatoire. Dans cette classification, les abats, la dinde, les œufs (le jaune en particulier) présentent des indices particulièrement élevés, il faut donc les éviter. En revanche, les parties de bœufs peu grasses, le jambon (de porc), les poissons et les crustacés, le lait et le fromage et le pain ont des indices peu élevés et peuvent être consommés sans problème.

Sachez pour finir que les capsules d’oméga-3 s’avèrent des alliées précieuses pour rééquilibrer les apports en acides gras et lutter contre l’inflammation. Dans l’assiette ou en gélules, comptez aussi sur les épices, aux effets anti-inflammatoires non négligeables : curcuma, gingembre, curry, etc.

Inflammation Nation

Le Dr Floyd H. Chilton, professeur de physiologie et de pharmacologie à l’université de médecine de Wake Forest (Caroline du Nord), a publié aux États-Unis en janvier 2005 un très bon livre intitulé Inflammation Nation, dans lequel il développe les mécanismes de l’inflammation ainsi qu’un plan alimentaire destiné à la combattre. À lire absolument… dès sa sortie en français !


Indice inflammatoire de quelques aliments courants


Aliments

Valeur de l’indice (pour 100 g d’aliment)

Viandes et volailles

Foie de poulet

330

Foie gras

250

Cailles

190

Salami

160

Bacon

150

Jambon de dinde

140

Ailes de poulet

110

Veau

90

Dinde maigre

80

Agneau maigre

70

Bœuf maigre

40

Jambon (porc)

40

Bœuf haché

30

Poissons

Saumon sauvage

50

Sardines

40

Thon

30

Truite arc-en-ciel

30

Moules

10

Produits de boulangerie et pâtes

Eclair

30

Brownies

20

Gâteau au fromage blanc

10

Pâtes aux œufs

10

Pour aller plus loin : Comment j'ai vaincu l'arthrose (lire un extrait ICI  >>).

(Source : Floyd H. Chilton, Inflammation Nation, Éditions Fireside, New York, 2005)

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top