Émerveillez-vous, c'est bon contre l'inflammation !

Par Juliette Pouyat Publié le 10/02/2015 Mis à jour le 10/03/2017
Les personnes qui ressentent le plus d’émotions positives - admiration, joie, compassion, amour - ont des niveaux plus faibles de marqueurs de l’inflammation

Si vous aimez voyager et découvrir des merveilles de la nature ou de l’art – le grand Canyon ou la chapelle Sixtine par exemple-, vous alliez l’utile à l’agréable ! Une nouvelle étude parue dans le journal Emotion (1) rapporte en effet que les émotions positives –particulièrement l’admiration et l’émerveillement que nous ressentons face à la beauté de la nature, l’art ou bien la spiritualité- sont associées à des niveaux plus faibles de cytokines pro-inflammatoires

Lire : Les 3 émotions qui guérissent d'Emmanuel Pascal ( lire un extrait ICI >>)

Les cytokines jouent un rôle indispensable pour aider l’organisme à combattre les infections et les maladies. Mais des niveaux élevés de cytokines à long terme sont associés à une moins bonne santé. Car derrière de nombreuses maladies se cache un problème physiologique : l’inflammation qui joue un rôle dans l’apparition de troubles tels que le diabète de type 2, les maladies cardiaques, l’arthrite, la maladie d’Alzheimer et même la dépression. Une étude récente a montré que les patients déprimés présentaient des niveaux plus élevés de la cytokine pro-inflammatoire TNF-α que les personnes non déprimées. Les cytokines pourraient bloquer les hormones et neurotransmetteurs ayant un rôle clé –comme la sérotonine et la dopamine- qui contrôlent l’humeur, l’appétit, le sommeil et la mémoire.

Lire : mangez des fraises pour réduire l'inflammation

On sait depuis longtemps qu'une alimentation saine, l’activité physique et suffisamment de sommeil renforcent les défenses de l’organisme contre les maladies physiques et mentales. Mais cette nouvelle étude est une des premières à étudier le rôle des émotions positives ainsi que leur place dans la liste des choses à faire pour être en bonne santé.

Plus de 200 jeunes adultes ont déclaré sur une journée donnée, les émotions positives qu’ils avaient ressenties : admiration, émerveillement, amusement, contentement, compassion, amour, joie, fierté. Des échantillons de tissus au niveau des gencives et de la joue ont été prélevés le même jour et analysés.

Les résultats montrent que ceux qui ont fait l’expérience de plusieurs de ces émotions positives, en particulier l’admiration, l’émerveillement et l’étonnement ont les plus faibles niveaux d’interleukine 6, une cytokine marqueur de l’inflammation.

Cependant, les auteurs soulignent qu’il est difficile de savoir si les émotions positives entrainent de faibles niveaux de cytokines ou si ce sont les faibles niveaux de cytokines qui permettent aux personnes de ressentir plus d’émotions positives. « Il est possible que le fait d’avoir moins de cytokines rende les gens plus aptes à ressentir des émotions positives, ou la relation est bidirectionnelle » conclut Jennifer Stellar.

Lire : une alimentation riche en antioxydants diminue l'inflammation

Une étude menée en 2013 (2) avait montré que les émotions négatives étaient associées à des niveaux plus élevés d’interleukine-6 chez des adultes américains. Par contre, l’étude n’avait pas trouvé la même association chez les Japonais. Les auteurs avaient alors expliqué que les cultures occidentales perçoivent les émotions négatives comme étant problématiques alors que les cultures orientales les considèrent comme normales et acceptables. Ces résultats avaient mis en évidence le rôle du contexte culturel dans la façon dont les émotions négatives affectent la physiologie inflammatoire.

Lire : vivre à la campagne, un bon choix pour l'immunité et contre l'inflammation

Sources

(1) Jennifer E. Stellar, Neha John-Henderson, Craig L. Anderson, Amie M. Gordon, Galen D. McNeil, Dacher Keltner. Positive Affect and Markers of Inflammation: Discrete Positive Emotions Predict Lower Levels of Inflammatory Cytokines.. Emotion, 2015; DOI: 10.1037/emo0000033

(2) Miyamoto Y, Boylan JM, Coe CL, Curhan KB, Levine CS, Markus HR, Park J, Kitayama S, Kawakami N, Karasawa M, Love GD, Ryff CD. Negative emotions predict elevated interleukin-6 in the United States but not in Japan. Brain Behav Immun. 2013 Nov;34:79-85. doi: 10.1016/j.bbi.2013.07.173. Epub 2013 Jul 31.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top