Cancer du sein : soja et choux contre les effets secondaires des traitements

Par Juliette Pouyat Publié le 19/12/2017 Mis à jour le 20/12/2017
Actualité

Une petite étude montre que les femmes qui consomment le plus de soja et de crucifères ont moins de bouffées de chaleur ou de sueurs nocturnes liées au traitement contre le cancer du sein.

On savait déjà que consommer des aliments à base de soja (lait de soja, tofu…) ainsi que des crucifères (choux, chou kale, choux de Bruxelles, chou-fleur, brocoli…) aidait à réduire le risque de cancer du sein. Mais cela permettrait aussi de diminuer les effets secondaires du traitement du cancer du sein, comme les bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes, selon une étude publiée dans la revue Breast Cancer Research and Treatment.

Ce que dit l'étude

« Les personnes qui ont été soignées pour un cancer du sein ressentent souvent des effets secondaires qui peuvent durer des mois voire des années après la fin du traitement » expliquent les chercheurs. Par exemple, étant donné que de nombreux traitements conçus pour prévenir la récidive du cancer du sein inhibent la production ou l’utilisation des œstrogènes par le corps, les personnes soignées pour un cancer du sein souffrent souvent de bouffées de chaleur et de sueurs nocturnes.

Comprendre l’impact des habitudes alimentaires sur ces effets secondaires permettrait de mettre en évidence des facteurs modifiables pour éventuellement réduire les symptômes qui apparaissent avec le traitement.

L’étude a été menée sur 365 femmes ayant survécu à un cancer du sein. Celles qui consommaient le plus de produits à base de soja et de crucifères - jusqu’à 431 et 865 g/jour respectivement - avaient moins d’effets secondaires, tels que bouffées de chaleur et sueurs nocturnes, causés par les traitements bloquant la production d’œstrogènes. Des apports élevés en soja étaient également associés à moins de fatigue.

Les isoflavones du soja et les glucosinolates des crucifères sont vraisemblablement responsables de l’effet bénéfique de ces aliments sur les effets secondaires liés au traitement contre le cancer, notamment parce qu’ils agissent sur les niveaux d’œstrogènes et d’inflammation. Plusieurs études menées précédemment ont déjà montré que les isoflavones du soja diminuent le risque de cancer du sein ainsi que le risque de récidive et de mortalité. Les chercheurs ont noté que les bénéfices étaient plus significatifs chez les femmes blanches que chez les femmes chinoises, qui consomment deux fois plus d’aliments à base de soja et de crucifères.

Ces résultats préliminaires obtenus sur un faible nombre de participantes doivent être confirmés grâce à des études sur des populations plus larges et avec des données alimentaires plus détaillées. Cependant, cette étude suggère que des facteurs du mode de vie – et notamment l’alimentation- peuvent avoir un impact sur les effets secondaires du traitement contre le cancer.

Lire aussi : Ce qu'on peut faire après un cancer du sein pour éviter les récidives

En pratique

Atteindre les consommations les plus efficaces contre les effets secondaires décrites dans l'étude n'est pas facile mais si votre alimentation est déjà basée sur les végétaux ce ne sera pas trop difficile d'augmenter la proportion de soja et de crucifères dans votre alimentation. Pour augmenter sa consommation de soja, il faut apprendre à le cuisiner sous toutes ses formes. Suivez le guide !  Le chou peut se consommer cru (il faut alors le couper le plus finement possible) ou cuit (de préférence à la vapeur). C'est un légume qui peut aussi se manger lacto-fermenté (choucroute).

Quelques idées de recettes :

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top