Infections : la canneberge rend les bactéries plus sensibles aux antibiotiques

Par Marie-Céline Ray Publié le 05/06/2019 Mis à jour le 05/06/2019
Article

Une étude canadienne suggère que la canneberge pourrait aider à contrer des résistances des bactéries aux antibiotiques.

Pourquoi c’est important

L’antibiorésistance constitue un problème majeur de santé publique en France et dans le monde. En Europe, une étude parue en 2018 suggère que 33 000 personnes décèdent chaque année à cause d’infections résistantes. Ces antibiorésistances concernent souvent des maladies nosocomiales, des infections de bactéries « opportunistes » qui se développent chez des patients déjà affaiblis.

Lire aussi : 33 000 morts par an en Europe à cause de la résistance aux antibiotiques

La consommation importante d’antibiotiques en médecine humaine et vétérinaire favorise l’apparition de ces résistances qui menacent notre santé. Pourtant, nous disposons d’un grand nombre de molécules antibiotiques pour lutter contre les bactéries responsables d’infections. Y a-t-il un moyen de redonner de l’efficacité à ces traitements ?

La canneberge (Vaccinium macrocarpon) est un petit fruit dont le jus est souvent utilisé pour traiter des infections urinaires. Elle provient d’un arbuste qui pousse en Amérique du Nord. Aussi appelée Atoca, elle était utilisée par les Amérindiens pour soigner des plaies. Des chercheurs de l’université Mc Gill et de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) de Montréal ont donc voulu en savoir plus sur ses propriétés antibactériennes.

Ce que montre l’étude

Cette étude parue dans la revue Advanced Science a porté sur différentes souches bactériennes responsables d’infections urinaires, pulmonaires ou gastro-intestinales : Escherichia coli, Pseudomonas aeruginosa et Proteus mirabilis. Les chercheurs ont travaillé avec l’antibiotique tétracycline. Les résultats montrent que les bactéries traitées avec des molécules extraites de la canneberge sont sensibles à des doses plus faibles d’antibiotiques et ne développent pas de résistances.

Dans un communiqué de l’université Mc Gill, Nathalie Tufenkji, professeure en génie chimique et auteure de cette recherche, a expliqué : « Habituellement, quand on traite une bactérie avec un antibiotique pendant un certain temps en laboratoire, elle développe à coup sûr une résistance. » Mais ici : « Les bactéries ont été traitées à la fois avec un antibiotique et l’extrait de canneberge, et la résistance n’apparaissait pas. »

Les molécules de canneberge agiraient de deux manières : d’une part elles modifient la perméabilité membranaire et rendent la paroi bactérienne plus perméable aux antibiotiques, d’autre part elles ralentissent l’évacuation des antibactériens. Résultat : l’antibiotique entre plus facilement dans la cellule et y reste plus longtemps.

Les molécules de la canneberge qui facilitaient l’action des antibiotiques étaient des proanthocyanidines. D’après les auteurs, ces molécules limitent la fixation des bactéries sur des surfaces et pourraient aussi inhiber la formation de biofilms. Le biofilm est une communauté bactérienne, enveloppée dans une matrice et organisée sur une surface. Cette structure permet aux bactéries de survivre dans des environnements hostiles. Dans un biofilm, les bactéries résistent mieux aux attaques des antibactériens.

Ces résultats suggèrent que les proanthocyanidines de la canneberge pourraient améliorer l’efficacité de traitements antibiotiques, mais il faudra d’autres travaux pour savoir si ces résultats sont applicables à l’homme.

En pratique

Dans le Guide pratique des compléments alimentaires, Brigitte Karleskind explique que la canneberge était conseillée par des médecins allemands dès le 19e siècle pour lutter contre la cystite. Le jus de canneberge rendrait l’urine plus acide, un environnement dans lequel la bactérie Escherichia coli se développe moins bien. Cette bactérie est souvent responsable des infections urinaires.

Vous pouvez consommer la canneberge sous forme de jus (attention au sucre ajouté !) ou retrouver ses composés dans des compléments alimentaires contenant les proanthocyanidines (PAC). La canneberge est aussi un fruit riche en antioxydants.

Des livres pour aller plus loin : Guide pratique des compléments alimentaires, Guide des compléments antioxydants et Infections - le traitement de la dernière chance

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top