La vitamine A semble protéger du 2e cancer de la peau le plus fréquent

Par Sarah Amiri Publié le 02/08/2019 Mis à jour le 02/08/2019
Actualité

Une consommation élevée de vitamine A via l’alimentation aiderait à réduire les risques d’un certain type de cancer de la peau, selon une étude américaine récente.

Pourquoi c’est important

Le carcinome épidermoïde est un cancer de la peau dit à cellules squameuses, qui atteint jusqu'à 11 % des Américains au cours de leur vie. Ce cancer a tendance à se produire dans les zones les plus exposées au soleil, comme le visage et la tête.

On sait que certaines molécules présentes naturellement dans les aliments peuvent aider à lutter contre les méfaits du soleil sur la peau. C’est le cas de la vitamine A par exemple, une vitamine liposoluble qui joue un rôle important dans le système immunitaire et l’acuité visuelle. La vitamine A est le précurseur de la mélanine, responsable de la pigmentation de la peau. Une étude prometteuse indique qu’elle pourrait être intéressante contre ce cancer.

L’étude

Dans cette étude publiée dans JAMA Dermatology, les apports alimentaires et la supplémentation en vitamine A de plus de 75 000 femmes et 50 000 hommes d’une moyenne d’âge de 50 ans ont été analysés. 

Résultats : les personnes dont l’apport en vitamine A alimentaire était plus élevé avaient un risque réduit de 15 % de développer un carcinome épidermoïde. En revanche, la prise d’une supplémentation en vitamine A ne semblait rien changer.

Par ailleurs, l’effet protecteur de la vitamine semble, selon les chercheurs, d’autant plus efficace sur les individus ayant de nombreux grains de beauté ou ayant attrapé beaucoup de coups de soleil dans l’enfance et l’adolescence.
L’apport en vitamine A le plus faible était d’en moyenne 7000 UI/jour, l’apport le plus élevé, enregistré chez les personnes plus âgées, faisant plus d’exercice et consommant moins d’alcool et de caféine, était d’en moyenne 21 000 UI/jour.

En pratique

L’étude ne permet pas d’établir un lien de cause à effet, mais elle indique qu’une alimentation saine est protectrice.
Mais la consommation de vitamine A ne suffirait pas à se protéger la peau du soleil. Il est important d’adopter une stratégie complète pour se prémunir face au vieillissement et au cancer de la peau notamment l’application de crème solaire, la protection du corps, et une exposition au soleil raisonnée et aux bonnes heures de la journée.

À lire aussi : La diététique du bronzage et crèmes solaires : les filtres UV à éviter 

Parmi les meilleures sources alimentaires de vitamine A : patate douce, melon, haricots à œil noir, poivron rouge, brocoli, épinards, produits laitiers, poisson et viande (foie)...

L’apport conseillé en vitamine A est de 650 µg (soit 2166 UI) pour les femmes et de 750 µg (2500 UI) pour les hommes. Mais attention toutefois au risque de surdose (notamment en cas de supplémentation, de pathologie du foie, et de grossesse) qui peut entraîner des troubles hépatiques, et des malformations fœtales. Des apports élevés (supérieurs à 5000 UI/jour) augmentent le risque de fracture chez les femmes ménopausées.

Source :
Jongwoo Kim et al, Association of Vitamin A Intake With Cutaneous Squamous Cell Carcinoma Risk in the United States, JAMA Dermatology (2019).

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top