Coronavirus et grippe : quelles différences ?

Par Collectif LaNutrition.fr Publié le 03/03/2020 Mis à jour le 11/03/2020
Actualité

Symptômes, contagiosité, personnes à risque, mortalité : voici ce qui distingue les deux maladies.

Contagiosité

Sur la base de ce qui s’est passé à Wuhan, on pense que chaque personne porteuse du nouveau coronavirus SRAS-CoV-2 responsable de la maladie COVID-19, en infecte 2 à 3 autres en moyenne alors que le chiffre pour la grippe saisonnière est d'environ 1,3.

Le nouveau coronavirus semble donc plus contagieux que la plupart des souches de grippe. Il pourrait être aussi contagieux que les souches qui apparaissent lors des saisons de grippe pandémique. Selon une étude

Personnes à risque

Le coronavirus et la grippe sont l’un et l’autre plus dangereux pour les personnes de sexe masculin, les plus de 65 ans, ou celles souffrant de maladies chroniques ou ayant un système immunitaire affaibli. Une étude chinoise publiée le 17 février 2020 et qui portait sur 72314 patients révèle que 80% d’entre eux avaient des symptômes légers. Le taux de mortalité est le plus élevé après 80 ans. Chez les personnes en bonne santé, la mortalité était de 0,9%, mais elle est plus élevée en présence de maladie cardiovasculaire, de diabète, de maladie respiratoire chronique, d'hypertension et de cancer.

La grippe semble beaucoup plus dangereuse pour les enfants, en particulier les très jeunes, qui peuvent être sérieusement atteints, alors que les enfants infectés par le nouveau coronavirus ont tendance à ne présenter aucun symptôme ou des symptômes légers. On ne sait pas s'ils sont malgré tout infectés et asymptômatiques, auquel cas ils pourraient contribuer à la diffusion du virus ; dans le cas contraire, fermer des classes ne serait pas utile.

Comme c’est le cas pour les infections respiratoires en général, les hommes sont plus sévèrement touchés que les femmes (taux de mortalité chez les hommes de 2,8 % et chez les femmes de 1,7 % selon une étude chinoise), un phénomène qui pourrait s’expliquer par la protection due aux hormones (estrogènes).

Symptômes

Les symptômes des deux maladies sont proches : fièvre, toux sèche, courbatures, fatigue. Le coronavirus pourrait provoquer plus souvent des difficultés respiratoires. Dans le cas du coronavirus, une atteinte pulmonaire peut apparaître 5 à 6 jours après les premiers symptômes.

On ne constate, dans le cas du SRAS-CoV-2, que rarement des maux de gorge et des écoulements nasals.

L'Organisation mondiale de la santé estime qu'un pour cent des personnes infectées par le coronavirus ne présente aucun stymptôme.

Séquelles 

S'il est vrai que dans 80% des cas, les symptômes de l'infection sont légers pour le SRAS-CoV-2, elles peuvent, dans les cas restants provoquer des maladies graves avec des atteintes du foie, des reins et des pneumonies. On sait que plusieurs dizaines de milliers de personnes se sont rétablies. Mais on ignore si celles qui ont eu des dommages pulmonaires en garderont des séquelles. Une équipe de radiologues du Wuhan Union Hospital a réalisé des scanners des poumons des personnes qui ont contracté le virus, et publié ses résultats le 24 février 2020 dans le Lancet.

Lors de la première semaine de l'infection, avant même l'apparition des symptômes, des signes d'inflammation sont présents dans un poumon. Cette inflammation se propage dans ce poumon, puis dans l'autre au cours des premières semaines de l'infection, avant de régresser. Cependant, les traces de l'infection restent visibles, même chez des patients guéris : "Nous avons trouvé, disent les chercheurs, des fibroses dans les poumons, mais nous ne savons pas si elles sont réversibles". On ignore donc si ces fibroses laisseront des séquelles. La grippe saisonnière ne laisse généralement pas de séquelles.

L'inflammation pulmonaire et la gravité des symptômes chez ces patients âgés ou à risque pourrait être due au fait que d'une part le système immunitaire réagit de manière excessive, avec une production élevée de médiateurs pro-inflammatoires comme les interleukines, et d'autre part que les défenses immunitaires (lymphocytes) sont trop faibles. 

Mortalité

Pour le Dr Bruce Aylward, conseiller de l’Organisation mondiale de la santé, qui a supervisé la mission de l’OMS en Chine, le Covid-19 est plus dangereux que la grippe, ne serait-ce que parce qu’on ne dispose d’aucun vaccin.

Le taux de mortalité de la grippe saisonnière avoisine en moyenne 0,1% des personnes infectées. Le taux de mortalité de la grippe « espagnole » de 1918 était très élevé, autour de 2 %.

Le taux de mortalité dû au coronavirus, et enregistré en Chine au début de l’épidémie, était d'environ 2 % (2,3% selon une étude chinoise du 17 février) mais selon une étude conduite sur 1099 cas et publiée le 29 février 2020 dans le New England Journal of Medicine, le taux réel serait de 1,4 %. 

Il est probable que le taux réel soit encore plus bas car d’une part, les spécialistes considèrent que de nombreuses personnes infectées ont peu de symptômes et d’autre part, parce que les traitements vont probablement s’améliorer au fil des mois. Le virus pourrait aussi perdre de sa dangerosité. 

Le véritable taux de mortalité pourrait s'avérer similaire à celui d'une grippe saisonnière sévère, soit moins de 1%, selon un éditorial signé dans le New England le 29 février par le Dr Anthony Fauci, célèbre infectiologue américain.

Immunité

L'immunité après une grippe n'est que partielle, parce que le code génétique (ARN) des virus de la grippe évolue en permanence. Un virus peut se transformer de manière significative en 3 à 4 mois, suffisamment en tous cas pour que les anticorps fabriqués par le corps humain en réponse à la première version du virus ne soient plus capables de reconnaître le nouveau l’hiver suivant. Dans la grippe saisonnière, le virus vient sonner à votre porte avec des habits différents : il a troqué son chapeau rouge contre un vert, son manteau gris contre un blanc etc. S’il n’a pas eu beaucoup d’imagination dans le choix de ses vêtements, vous lui trouverez un air de famille avec les années passées et vous le détruirez. Si ses habits sont suffisamment différents, vous risquez la maladie.

Dans le cas du coronavirus, les spécialistes misent sur une plus grande stabilité génétique. La presse a rapporté le cas d’une patiente chinoise qui aurait été à nouveau infectée après guérison, mais ce cas paraît douteux et les spécialistes pensent qu’il s’agit probablement d’une erreur dans le protocole médical ou le diagnostic, plutôt que d’une réinfection.  Après une infection, disent-ils, on est probablement immunisé contre ce virus, sauf s’il mute significativement par la suite, ce qu'on ne sait pas. 

Saisonnalité

La grippe commune est saisonnière : elle atteint un pic chque année entre janvier et mars dans l'hémisphère nord, avant de sévir dans l'hémisphère sud. Plusieurs coronavirus communs, responsables de rhumes, obéissent à la même oscillation. On ignore si le nouveau coronavirus suivra le même rythme infectieux. Les chercheurs pensent que ce sera probablement le cas s'il réussit à se maintenir dans les prochaines années, mais il pourrait ne pas avoir de caractère saisonnier aussi marqué que la grippe la première année (2020). Malgré tout, plusieurs chercheurs anticipent un certain répit dans l'hémisphère nord avec l'arrivée d'un temps chaud, plus ensoleillé.

À lire aussi : Peut-on prévenir l’infection par coronavirus avec de la vitamine D ? (Abonné) et Comment booster naturellement son immunité (Abonné)

Références
  1. Li Q, Guan X, Wu P, et al. Early transmission dynamics in Wuhan, China, of novel coronavirus–infected pneumonia. N Engl J Med.
  2. Guan W, Ni Z, Hu Y, et al. Clinical characteristics of coronavirus disease 2019 in China. N Engl J Med.
  3. Heshui Shi and al. Radiological findings from 81 patients with COVID-19 pneumonia in Wuhan, China: a descriptive study. Lancet Infect Dis 2020 Published Online February 24, 2020

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top