Remèdes anti-coronavirus : épidémie de fake news sur le web

Par Collectif LaNutrition.fr Publié le 20/02/2020 Mis à jour le 20/02/2020
Actualité

« Les sèche-mains tuent le coronavirus », « on peut se soigner en prenant du magnésium », « les gargarismes protègent de l’infection »…: les rumeurs abondent sur Internet, au point que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a fait plusieurs mises au point. Voici les principales rumeurs et fake news autour du coronavirus SRAS-CoV-2, et nos mises au point.

On ne compte plus les rumeurs (fausses) autour de l'épidémie de SRAS-CoV-2, le coronavirus responsable de la maladie COVID-19. En voici quelques exemples.

« Le sèche-main tue le coronavirus. »  

Des rumeurs nées en Chine courent selon lesquelles en se séchant les mains pendant 30 secondes à l'air chaud du sèche-mains, on peut éliminer toute trace du virus. En revanche, l‘OMS conseille par précaution de se laver fréquemment les mains avec de l'eau et du savon ou un produit à base d’alcool. Une fois que vos mains sont propres, il faudrait les sécher soigneusement en utilisant des serviettes en papier ou un sèche-mains.

« Manger de l'ail protège de l’infection. »

Sur les réseaux sociaux, on lit qu’il faut consommer de l’ail (Allium sativum L.) pour prévenir ou soigner une infection au coronavirus. Un post est devenu viral après avoir affirmé qu’en buvant de l’eau dans laquelle on a fait bouillir de l’ail on peut guérir du nouveau coronavirus.

L'ail est un aliment sain qui peut avoir certaines propriétés antimicrobiennes, dit l'OMS, mais rien ne prouve que la consommation d'ail protège contre le nouveau coronavirus.

Dans le détail, quelques études ont trouvé que in vitro l’extrait d’ail a une certaine activité contre les virus de la grippe A et B, les cytomégalovirus, les rhinovirus, le HIV, le virus de l’herpès, les rotavirus. Mais il n’existe pratiquement pas d’essai clinique chez l’homme pour le vérifier en conditions réelles. Une étude a suggéré un effet protecteur contre le rhume mais sa qualité laisse à désirer et elle n’a pas été confirmée.

« L'huile de sésame empêche le coronavirus de pénétrer dans l'organisme. »

L’affirmation selon laquelle en frottant de l’huile de sésame sur la peau on fait barrière au virus, est née en Asie ; normal : l'huile de sésame est un aliment de base de la cuisine asiatique. Mais c'est à peu près tout ce à quoi elle sert, et encore.... L’huile de sésame renferme majoritairement un acide gras de la famille oméga-6 (acide linoléique) et pas d’acide gras oméga-3. Elle est donc déséquilibrée, et LaNutrition déconseille de l’utiliser régulièrement en cuisine.

Un contact étroit avec une personne infectée augmente également le risque. Selon le Centre de contrôle et de prévention des maladies, la transmission de personne à personne peut se produire à partir d'un mètre de distance.

« Les gargarismes préviennent l’infection »

Certains produits utilisés sous la forme de gargarismes peuvent éliminer des microbes pendant quelques minutes. Toutefois, cela ne signifie pas qu'ils protègent contre l'infection au nouveau coronavirus, dit l'OMS.

« Le chlorure de magnésium peut soigner ou prévenir l’infection à coronavirus »

Cette rumeur fait suite à une précédente, publiée par la lettre Santé Nature Innovation, selon laquelle du chlorure de magnésium permettrait de guérir d’Ebola. Elle avait à l’époque été démontée par Thierry Souccar. Cette fois, c’est non seulement le chlorure de magnésium, mais d’autres sels de magnésium qui sont censés agir contre le virus.

En réalité, si les suppléments de magnésium peuvent aider à corriger des déficits, s’ils peuvent soulager les états de stress (et donc indirectement soutenir l’immunité), il n’existe aucune preuve qu’ils ont des propriétés antivirales.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top