Epilepsie : les traitements naturels

3 articles
Dossier
aliments_cetogenes.jpg
Changements alimentaires et compléments peuvent aider à réduire drastiquement les crises d'épilepsie. Un dossier complet sur les interventions naturelles à essayer quand on souffre d'épilepsie.

Sommaire

1
L’épilepsie : causes et symptômes
2
Les régimes pauvres en glucides efficaces contre les crises d’épilepsie
3
Epilepsie : les compléments alimentaires qui peuvent aider
1 L’épilepsie : causes et symptômes

Que se passe-t-il dans le cerveau lorsqu’on est épileptique ? Quels sont les facteurs de risque ? Les causes ?

Par Marie-Charlotte Rivet Bonjean Publié le 18/01/2018 Mis à jour le 08/02/2018

L'épilepsie est un trouble du système nerveux central (neurologique) dans lequel l'activité cérébrale devient anormale, provoquant des convulsions ou des périodes de comportement et des sensations inhabituel et, parfois, une perte de conscience.

Les symptômes de l'épilepsie peuvent varier considérablement. Certaines personnes atteintes d'épilepsie regardent simplement dans le vide pendant quelques secondes pendant une crise, tandis que d'autres contractent à plusieurs reprises leurs bras ou leurs jambes, en convulsions. Ceci est dû au fait qu’il n’y a pas une seule forme d’épilepsie mais plusieurs, en fonction de l’activité anormale du cerveau :

  • Crise généralisée 
  • Crise partielle ou focale

Avoir une seule crise ne signifie pas que vous souffrez d'épilepsie. Au moins deux crises non provoquées sont généralement nécessaires pour établir le diagnostic.

Les symptômes

Parce que l'épilepsie est causée par une activité anormale du cerveau, les crises peuvent affecter tout processus coordonné par ce dernier.

Les signes et symptômes de convulsions peuvent inclure :

  • Une confusion temporaire
  • Une absence
  • Des mouvements saccadés incontrôlables des bras et des jambes
  • Une perte de conscience
  • Des symptômes psychiques tels que la peur, l'anxiété ou le déjà-vu

Les symptômes varient en fonction du type de crise. Dans la plupart des cas, une personne atteinte d'épilepsie aura tendance à reproduire le même type de crise à chaque fois, de sorte que les symptômes seront semblables d'un épisode à l'autre et se reconnaissent facilement.

Lire aussi : Les régimes pauvres en glucides efficaces contre les crises d’épilepsie

Les crises focales ou partielles

Lorsque les crises semblent résulter d'une activité anormale dans une seule partie de votre cerveau, elles sont appelées des crises focales (partielles). Elles appartiennent à deux catégories :

  • Crises focales sans perte de conscience ou également appelées crises partielles simples, ces crises ne provoquent pas de perte de conscience. Elles peuvent altérer les émotions ou changer l’apparence des choses, l'odorat, la sensation, le goût ou le son. Elles peuvent également entraîner des secousses involontaires d'une partie du corps, comme un bras ou une jambe, et des symptômes sensoriels spontanés tels que des picotements, des vertiges et des lumières clignotantes.
  • Crises focales avec conscience altérée ou également appelées crises partielles complexes. Ces crises impliquent un changement ou une perte de conscience. Pendant une crise partielle complexe, vous pouvez regarder dans l'espace et ne pas répondre normalement à votre environnement ou effectuer des mouvements répétitifs, tels que le frottement des mains, la mastication, la déglutition ou encore tourner en rond.

Les symptômes de crises focales peuvent être confondus avec d'autres troubles neurologiques, tels que la migraine ou la narcolepsie. Un examen approfondi et des tests sont nécessaires pour distinguer l'épilepsie d'autres troubles.

Les crises généralisées

Les crises qui semblent impliquer toutes les régions du cerveau sont appelées crises généralisées. Six types de crises généralisées existent.

  • Crises d'absence. Les crises d'épilepsie, connues auparavant sous le nom de crises de petit mal, surviennent souvent chez les enfants et se caractérisent par un regard fixe dans l'espace ou par des mouvements corporels subtils tels que le clignement des yeux ou le claquement des lèvres. Ces crises peuvent survenir en groupes et provoquer une brève perte de conscience.
  • Crises toniques. Elles provoquent un raidissement de vos muscles. Ces crises affectent habituellement les muscles du dos, des bras et des jambes et peuvent faire tomber par terre.
  • Crises atoniques, également appelées crises de goutte. Elles provoquent une perte de contrôle musculaire, ce qui peut entraîner un effondrement soudain ou une chute.
  • Crises cloniques. Elles sont associées à des mouvements musculaires répétés ou rythmés, saccadés. Ces crises affectent habituellement le cou, le visage et les bras.
  • Crises myocloniques. Ces crises apparaissent généralement comme de brusques secousses soudaines ou des secousses de vos bras et de vos jambes.
  • Crises tonico-cloniques, auparavant connues sous le nom de crises d'épilepsie. Ce sont le type le plus dramatique de crise épileptique : elles peuvent provoquer une perte soudaine de conscience, des raidissements et des tremblements et parfois une perte de contrôle de la vessie ou une morsure de la langue.

Lire aussi : La diète cétogène : un régime thérapeutique

Quand voir un médecin ?

Consulter immédiatement un médecin si l'un des cas suivants se produit :

  • La crise dure plus de cinq minutes.
  • La respiration ou la conscience ne revient pas après l'arrêt de la crise.
  • Une seconde crise suit immédiatement.
  • Une forte fièvre.
  • Vous éprouvez un épuisement dû à la chaleur.
  • Vous êtes enceinte.
  • Vous avez un diabète.
  • Vous vous êtes blessé pendant la crise.
  • Si vous ressentez une crise pour la première fois.

Les causes

L'épilepsie n'a pas de cause identifiable chez la moitié des personnes épileptiques. Dans l'autre moitié, la condition peut être attribuée à divers facteurs :

  • Causes génétiques : environ 40 % des épileptiques ont une forme génétique.
  • Causes acquises : tumeur cérébrale, malformation congénitale, lésion cérébrale, traumatisme.
  • Causes vasculaires : accident ischémique ou hémorragique, malformation cérébrale, traumatisme crânien, AVC, maladie neurodégénérative évolutive.
  • Causes infectieuses : encéphalite, méningite, abcès cérébral.
  • Causes toxiques : une forte dose d’alcool, l’alcoolisme chronique ainsi que le sevrage, drogues type cocaïne ou amphétamine, antidépresseurs (surconsommation, surdosage ou sevrage).

Lire aussi : Le grand livre de l’alimentation cétogène

Les facteurs de risque

Certains facteurs peuvent augmenter les risques d'épilepsie :

  • L’âge : elle est plus fréquente chez les enfants et les personnes âgées, mais la maladie peut survenir à tout âge.
  • La génétique : si vous avez des antécédents familiaux d’épilepsie, vous avez plus de risque de développer ce trouble.
  • Blessures à la tête : elles sont responsables de certains cas d'épilepsie. Vous pouvez réduire les risques en suivant les règles de sécurité lors d’activité à risque comme le port du casque pour une balade à vélo ou en moto, la ceinture de sécurité lorsque vous êtes en voiture…
  • Accident vasculaire cérébral et d'autres maladies vasculaires. Les AVC et autres maladies vasculaires peuvent entraîner des lésions cérébrales susceptibles de déclencher l'épilepsie.
  • Démence. Elle peut augmenter le risque d'épilepsie chez les personnes âgées.
  • Infections du cerveau. Les infections telles que la méningite, qui provoque une inflammation dans le cerveau ou la moelle épinière, peuvent augmenter votre risque.

 

2 Les régimes pauvres en glucides efficaces contre les crises d’épilepsie

Les régimes pauvres en glucides et riches en matières grasses, comme la diète cétogène ou le nouveau régime Atkins, réduisent la fréquence des crises chez les personnes souffrant d’une épilepsie réfractaire aux médicaments.

Par Juliette Pouyat Publié le 06/11/2014 Mis à jour le 08/02/2018

La diète cétogène est un régime thérapeutique utilisé depuis plusieurs décennies pour soigner l’épilepsie, notamment chez les enfants (avant qu’il n’existe des médicaments et puis pour ceux chez qui ils n’agissent pas). Il existe aussi désormais des preuves que ce régime fonctionne chez l’adulte, réfractaire aux antiépileptiques (35% des patients environ).

Lire, pour nos abonnés : la diète cétogène : un régime thérapeutique

Pourquoi suivre une diète cétogène ou low carb

Dans le régime cétogène, la faible quantité de glucides alimentaires conduit le foie à métaboliser les graisses sous la forme, entre autres, de corps cétoniques (bêta-hydroxybutyrate, acétoacétate, acétone) et donc à utiliser les graisses comme source d'énergie, plutôt que les glucides. Ce changement de carburant semble avoir des effets bénéfiques pour le cerveau. Sans qu’on connaisse vraiment les mécanismes par lesquels ils agissent, ces corps cétoniques soulagent les épileptiques, en diminuant les crises au moins de moitié. Ils moduleraient l’excitabilité cérébrale.
Le nouveau régime Atkins est une alimentation low carb moins restrictive que le régime cétogène (sauf dans sa phase d’attaque). Il semblerait qu’il a des effets similaires au régime cétogène chez les épileptiques, dans une version modifiée (1).

Les aliments permis dans ces deux modes alimentaires sont : toutes les graisses, viandes, volailles, poissons, œufs, fromages, crème, noix et graines, légumes verts à feuilles et la plupart des légumes sans amidon. Globalement, la diète cétogène correspond à un ratio 3 :1 ou 4 :1 entre les graisses et le couple protéines + glucides, c’est-à-dire que 87 à 90% des calories proviennent des matières grasses. Dans le régime Atkins modifié (pour les épileptiques), 50 à 65% des calories proviennent des matières grasses et le ratio entre les graisses et le duo protéines et glucides est proche de 1:1.

Lire : le nouveau régime Atkins et le régime Atkins fait peau neuve

Ce que disent les études

Chez les enfants épileptiques qui ne répondent pas aux médicaments, le régime cétogène permet de diminuer les crises de plus de 50% pour environ 40% des enfants et de les supprimer à 90% ou complètement dans 7 à 15 % des cas (2). Des résultats similaires à ceux obtenus avec les médicaments. Chez l’enfant, globalement, la diète cétogène est reconnue comme très efficace en réduisant d’au moins 50% le nombre de crises chez 30 à 60% des patients. En dépit de ce succès chez les enfants, la diète cétogène a été relativement peu étudiée chez les adultes.

En 2014, des chercheurs de l’American Academy of Neurology ont fait une synthèse de 5 études portant sur la diète cétogène – concernant 47 personnes au total – et de 5 études sur le nouveau régime Atkins incluant 85 personnes au total (3). Les résultats montrent que 32% des personnes ayant suivi le régime cétogène et 29% de ceux qui ont suivi le régime Atkins ont constaté au moins 50% de diminution de leurs crises épileptiques. 9% de ceux qui ont suivi le régime cétogène et 5% de ceux qui ont suivi le régime Atkins ont même obtenu une diminution de plus de 90% de la fréquence des crises épileptiques. En 2015, des scientifiques chinois ont réalisé une méta-analyse portant sur 12 études et 270 patients réfractaires aux médicaments (4). Ils ont abouti à des conclusions similaires : une efficacité de la diète cétogène (tous types de régime confondus) pour réduire les crises de 42% en moyenne (13 à 70% selon les études), une efficacité de 52% pour la diète cétogène stricte et de 34% pour le régime Atkins modifié. Si la réussite de ce dernier était moindre, les personnes avaient moins de mal à le suivre que le régime cétogène.

En 2019, une étude américaine s'est intéressée aux effets d'une diète cétogène modifiée (avec des apports en glucides, lipides et protéines personnalisés) sur divers profils d'épileptiques réfractaires aux médicaments : ceux qui avaient subi une chirurgie avant d'adopter ce régime, ceux qui présentaient une épilepsie dite focale, ceux avec une imagerie médicale anormale, ceux ayant bénéficié d'une stimulation du nerf vagal, et enfin ceux ayant une épilepsie dite généralisée (6). Résultats : le régime cétogène modifié a permis d'améliorer très significativement la fréquence et la sévérité des crises d'épilepsie dans tous les groupes de malades, ainsi que leur qualité de vie. Des améliorations supérieures à celles que l'on pouvait attendre des médicaments classiques. C'est pour les personnes ayant eu une stimulation du nerf vagal que les améliorations étaient les moindres et pour celles à l'épilepsie généralisées qu'elles étaient les plus importantes.

Pour les auteurs, le régime cétogène pourrait représenter "la meilleure chance d'amélioration pour les patients dont les crises ont persisté après une chirurgie ou une stimulation du nerf vagal". Il est aussi possible, selon eux, que ce soit les personnes à l'épilepsie généralisée qui répondent le mieux à cette thérapie nutrionnelle.

Les limites et les perspectives futures

  • Diète cétogène ou régime Atkins modifié semblent moins efficaces chez l'adulte que chez l'enfant, d'après les connaissances actuelles, même si leurs effets peuvent être remarquables chez certaines personnes.
  • Le bénéfice des changements alimentaires intervient rapidement – quelques jours voire quelques semaines après le début du régime. Mais contrairement aux enfants, les effets de ces deux régimes sur les crises épileptiques ne continuent pas lorsque les malades arrêtent le régime. 
  • Parmi les effets secondaires, le plus sérieux est l’hyperlipidémie (qui s’inverse à l’arrêt du régime) et le plus fréquent est la perte de poids qui peut être bénéfique à certains patients.
  • Beaucoup de personnes ont abandonné le régime alimentaire avant la fin des études, en raison des restrictions parfois difficiles à suivre.
  • Les scientifiques ont également un autre sujet de préoccupation : la diète cétogène stricte peut, dans certains cas (rares), avoir pour conséquence une acidose métabolique. Or l'acidose chronique pourrait augmenter le risque de crises épileptiques. Des chercheurs anglais proposent donc de modifier légèrement la diète cétogène pour limiter le risque d'acidose (5). Leurs préconisations (à confirmer par des études) : éviter la restriction calorique (pour limiter le taux de corps cétoniques circulants et ainsi l'acidose), mieux contrôler l'apport protéique (en rester aux recommandations 0,8 g/kg/jour), augmenter la part de végétaux verts à feuilles (salade, blettes, épinards...) pour leur effet alcalinisant, inclure un citron par jour dans l'alimentation pour son citrate, prendre un complément de citrate de magnésium (citrate pour tamponner l'acidité et magnésium car il a des effets anti-épileptiques).

Le régime cétogène est aussi utilisé contre Alzheimer et chez les patients traités pour un cancer.

Lire : Le régime cétogène pour votre cerveau

Sources

(1) Ghazavi A, Tonekaboni SH, Karimzadeh P, Nikibakhsh AA, Khajeh A, Fayyazi A. The ketogenic and atkins diets effect on intractable epilepsy: a comparison. Iran J Child Neurol. 2014 Summer;8(3):12-7.
(2) Neal, E.G., Chaffe, H.M., Edwards, N., Lawson, M., Schwartz, R., Fitzsimmons, G., Whitney, A., Cross, J.H., 2008. The ketogenic diet for the treatment of childhood epilepsy: a randomised controlled trial. Lancet Neurol. 7, 500–506
(3) Klein P1, Tyrlikova I2, Mathews GC2. Dietary treatment in adults with refractory epilepsy: A review. Neurology. 2014 Oct 29. pii: 10.1212/WNL.0000000000001004. 
(4) Fang Ye, Xiao-Jia Li, Wan-Lin Jiang, Hong-Bin Sun, and Jie Liu : Efficacy of and Patient Compliance with a Ketogenic Diet in Adults with Intractable Epilepsy: A Meta-Analysis. J Clin Neurol. 2015 Jan;11(1):26-31. 
(5) Alan W.C. Yuen, Isabel A. Walcutt, Josemir W. Sander : An acidosis-sparing ketogenic (ASK) diet to improve efficacy and reduce adverse effects in the treatment of refractory epilepsy. Epilepsy & Behavior 74 (2017) 15–21.

(6) Falco-Walter, J. J., Roehl, K., Ouyang, B., & Balabanov, A. (2019). Do certain subpopulations of adults with drug-resistant epilepsy respond better to modified ketogenic diet treatments? Evaluation based on prior resective surgery, type of epilepsy, imaging abnormalities, and vagal nerve stimulation. Epilepsy & Behavior. doi:10.1016/j.yebeh.2019.01.010 

3 Epilepsie : les compléments alimentaires qui peuvent aider

Les scientifiques recherchent des traitements alternatifs l'épilepsie. LaNutrition fait un état des lieux des connaissances actuelles sur les substances naturelles prometteuses.

Par Marie-Charlotte Rivet Bonjean Publié le 06/02/2018 Mis à jour le 08/02/2018

Attention : toujours demander conseil à son médecin avant de prendre des compléments alimentaires, surtout si vous prenez des médicaments.

Les oméga-3

Des chercheurs de l’université de Californie ont observé des effets bénéfiques d’une supplémentation en oméga-3 chez les patients épileptiques. Cette étude montre qu’une faible dose d’oméga-3 pourrait diminuer la fréquence des crises, et parfois chez certains patients leur disparition.

D’après un des chercheurs : « Si notre étude requière une confirmation par d'autres travaux, l'ampleur de l'effet de faibles doses d'oméga-3 sur la fréquence des crises épileptiques est la même que les traitements médicaux. »

On trouve naturellement des oméga-3 dans l’huile de lin, de noix, de colza, les graines de lin et les noix, ainsi que dans les poissons gras comme le hareng, les anchois, le saumon et les sardines.

En ce qui concerne les compléments, les chercheurs préconisent environ 1 000 mg par jour.

Lire aussi : Le grand livre de l’alimentation cétogène

La vitamine D

Souvent les patients épileptiques sous traitement manquent de certains minéraux et vitamines. Des études ont montré que la normalisation du déficit en vitamine D aurait des effets bénéfiques sur la fréquence des crises. La vitamine D aurait un effet anticonvulsivant.

Il est conseillé de viser un taux sanguin de vitamine D compris entre 30 à 45 ng/mL. Pour cela, il est conseillé d’avoir un apport journalier de 25 µg. D’octobre à mars, sous nos latitudes, les compléments (vitamine D3) sont souvent nécessaires.

Les meilleurs sources alimentaires sont : l’huile de foie de morue, l’espadon, le saumon, le thon, la truite et le hareng. On peut également en trouver dans les sardines, les champignons séchés, les œufs, les abats, le beurre et le lait.

Le magnésium

Avant l’apparition des antiépileptiques, le magnésium était utilisé comme traitement d’urgence en cas de crise. Désormais des médicaments sont disponibles, mais le magnésium est encore utilisé pour prévenir et traiter les crises. Il pourrait également augmenter l’efficacité de certains médicaments comme le valproate.

Pour une meilleure fixation, il est préférable d’utiliser un magnésium couplé aux vitamines du groupe B, plus précisément la B6, ou encore la taurine. 

Lire aussi : Quel magnésium choisir

La vitamine E

Les médicaments antiépileptiques font souvent baisser le taux de vitamine E dans le corps. D’après des études la vitamine E aiderait l’organisme à contrôler l'épilepsie.

Il est donc préférable de ne pas manquer de vitamine E, et si on prend des médicaments, de veiller à augmenter ses apports, sous la supervision du médecine.

La vitamine E est « liposoluble », on la retrouve dans des aliments gras tels que les olives, l’avocat, les amandes et les noisettes (et leurs huiles) et les poissons gras.

Sous la forme de compléments, mieux vaut s'orienter vers des formes naturelles (tocophérols et tocotriénols).

Le resvératrol

Des études ont montré que le resvératrol, un stilbène aurait une activité anticonvulsivante ainsi qu’un pouvoir anti-inflammatoire puissant permettant d’éviter la dégénérescence du tissu nerveux.

Le resvératrol inhiberait partiellement les décharges dans une région précise de l’hippocampe ce qui engendre un effet antiépileptique.

On trouve du resvératrol dans les raisins et leurs dérivés, la fève de cacao, les baies rouges et les arachides.

Le 5-HTP

Le 5-HTP ou 5-hydroxytryptophane est un précurseur de la sérotonine, un messager chimique du cerveau impliqué notamment dans la régulation de l'humeur. On sait que dans l’épilepsie, un niveau faible de sérotonine est un facteur déclencheur de crise.
Un complément de 5-HTP pourrait augmenter le taux de sérotonine dans l’organisme et donc aider à diminuer les crises.

La dose utilisée lors des études est comprise entre 50 et 200 mg/jour. Le 5-HTP est présent également dans les viandes, volailles, poissons, produits laitiers, légumineuses et noix. 

Lire aussi : Les régimes pauvres en glucides efficaces contre les crises d’épilepsie

La glucosamine

La glucosamine est une substance produite par l'organisme à partir du glucose et de la glutamine, un acide aminé. La glucosamine est connue pour jouer un rôle important dans le maintien de l'intégrité du cartilage des articulations ; elle est utilisée en complément contre l'arthrose.

Une étude parue dans le Journal of Neuroscience en octobre 2017 a évalué un complément qui pourrait réduire l’excitabilité neuronale et donc aider à atténuer les crises d'épilepsie.

Une équipe de chercheurs de l’université d’Alabama ont testé la bêta-N-glucosamine in vitro puis chez l'animal. Elle a observé que la glucosamine entraîne une augmentation rapide des niveaux de O-GlcNAcylation. Les modifications biochimiques ainsi induites dans le cerveau atténuent l’hyperexcitabilité neuronale. Selon les chercheurs, ces résultats ouvrent la voie d'une nouvelle cible thérapeutique pour le traitement de l’épilepsie, mais doivent encore être approfondis.

 

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top