3000 bactéries différentes sur les billets de banque

Par Lanutrition.fr Publié le 22/04/2014 Mis à jour le 10/03/2017
Actualité

On trouve un nombre impressionnant de micro-organismes sur des billets de 1 $. Dont certains pathogènes.

Et si en échangeant de l’argent, on transmettait aussi des microbes ? D’après une étude non-publiée rapportée par le Wall Street Journal (1), seulement la moitié de l'ADN trouvé sur les billets de 1$ est humain ; pour le reste, on y découvre beaucoup de micro-organismes, dont certains pathogènes...

Les billets de banque font partie des objets qui passent le plus de main en main dans le monde. Des hygiénistes se sont déjà inquiétés du fait qu'ils représentent un moyen de transmission pour des maladies. Des bactéries présentes sur les billets pourraient se nourrir des résidus laissés par les doigts en les manipulant.

Des études ont déjà montré que les endroits partagés, comme les chambres d'hôtel peuvent être des nids à microbes.

Lire : Les objets les plus sales dans une chambre d'hôtel

Ici, des chercheurs de l’université de New York, participant au projet « Dirty Money », ont analysé l’ADN de 80 billets de 1 $ récupérés dans une banque de Manhattan. Les séquences d'ADN obtenues par une technique de séquençage à haute vitesse ont été analysées par informatique. Cette méthode permet d’identifier beaucoup plus d’espèces que lorsque les scientifiques isolent des cellules et les étudient au microscope.

Résultats : L’ADN identifié sur les billets était très varié, la moitié environ était d’origine humaine. Mais les chercheurs ont aussi trouvé de l’ADN de bactéries, virus, champignons, pathogènes de plantes, chevaux, chiens...

Sur 1,2 milliard de segments d’ADN, les bactéries représentaient 54 millions de segments. 3 000 types de bactéries ont été identifiées, soit beaucoup plus que les études précédentes qui n’utilisaient pas les mêmes techniques. Parmi ces espèces bactériennes, il y avait celle qui cause l’acné, mais aussi des bactéries plus inquiétantes : des souches liées aux ulcères gastriques (Helicobacter pilori), aux intoxications alimentaires (Escherichia coli) ou aux infections de la peau (Staphylococcus aureus). Certaines portaient des gènes responsables de résistances aux antibiotiques (Acinetobacter).

Ceci rappelle les résultats d'une étude de l’université Queen Mary de Londres (2) où les chercheurs ont trouvé qu’environ 6 % des billets anglais contenaient des niveaux de bactéries E. coli comparables à ce qui peut se trouver sur un siège de toilettes…

Pour Jane Carlton, chercheuse au centre de génomique et de biologie des systèmes à l’université de New York, « C’était vraiment étonnant pour nous. Nous avons vraiment trouvé que les microbes poussent sur l’argent. »

La matière dans laquelle sont fabriqués les billets jouerait un rôle dans leur capacité à transporter des microbes. Dans une étude australienne sur des billets de 10 pays, les chercheurs ont trouvé moins de bactéries sur les billets en polymères que sur ceux à base de coton (3). Mais une étude parue en 2013 a montré que certains micro-organismes survivaient plus longtemps sur les billets de banque plastique (4). 

Sources

(1) Robert Lee Hotz. Why You Shouldn't Put Your Money Where Your Mouth Is. Wall Street Journal. 18 avril 2014. 

(2) Queen Mary University of London. Research shows money and credit cards contain faecal matter. Communiqué de presse. 15 octobre 2012.

(3) Frank Vriesekoop, Cryn Russell, Beatriz Alvarez-Mayorga, Kofi Aidoo, Qipeng Yuan, Amalia Scannell, Rijkelt R. Beumer, Xiuping Jiang, Nicolas Barro, Kome Otokunefor, Cheralee Smith-Arnold, Amy Heap, Jing Chen, Montserat H. Iturriage, Wilma Hazeleger, Jenny DesLandes, Brandon Kinley, Kieran Wilson, and Garry Menz. Foodborne Pathogens and Disease. December 2010, 7(12): 1497-1502. doi:10.1089/fpd.2010.0606.

(4) Gedik et al. Money and transmission of bacteria. Antimicrobial Resistance and Infection Control. 2013, 2:22

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top