Le miel, un antibactérien efficace contre plaies et brûlures

Par Lanutrition.fr Publié le 26/04/2016 Mis à jour le 10/03/2017
Actualité
Le miel a des propriétés antibiotiques, antioxydantes et cicatrisantes. Il devrait trouver sa place dans nos armoires à pharmacie.

Il y a des milliers d'années, les égyptiens utilisaient déjà le miel en médecine. Les premières mentions du miel dans le traitement des plaies remonteraient à un papyrus égyptien écrit entre 2.600 et 2.200 avant JC : le papyrus Edwin Smith. Des coutumes médicales ayurvédiques, chinoises et romaines l’utilisent aussi dans le soin des plaies. Hippocrate le cite comme ingrédient de nombreux onguents. Mais il aura fallu attendre l'avancée des techniques modernes pour en comprendre toute l'efficacité réelle.

Consulter notre dossier sur l'apithérapie

Le miel est un mélange visqueux, saturé en sucres, il est dérivé du nectar cueilli et modifié par les abeilles Apis mellifera. Il contient environ 30 % de glucose, 40 % de fructose, 5 % de saccharose et 20 % d’eau, ainsi que d’autres molécules : acides aminés, vitamines, minéraux, enzymes. En raison de son pouvoir sucrant, le miel peut représenter une alternative au sucre blanc ; du fait de la présence de fructose, il élève moins la glycémie que le glucose ou le saccharose. Et ce fructose ne se comporte pas non plus comme le fructose ajouté aux aliments industriels car il est accompagné d'antioxydants.

Le miel est antibiotique et antioxydant

D’après une communication présentée au 247e meeting national de l’American Chemical Society, le miel serait efficace pour combattre les infections bactériennes, en évitant les résistances. Dans cette communication, Susan Meschwitz, de l'université Salve Regina (Newport, Rhode Island) décrit les propriétés du miel qui en font un aliment utile pour combattre les infections. Avec son équipe de recherche, elle a effectué des tests pour évaluer les propriétés antioxydantes du miel : « Nous avons séparé et identifié les différents composés polyphénols antioxydants.» Les chercheurs ont aussi testé les propriétés antibactériennes du miel contre les bactéries E. coli, Staphylococcus aureus et Pseudomonas aeruginosa, parmi d’autres.

L’avantage du miel, contrairement aux antibiotiques, est qu’il agit sur plusieurs fronts en même temps, ce qui rend plus difficile l’apparition de résistances. C'est toute la différence avec les antibiotiques modernes qui ciblent uniquement la croissance bactérienne, ce qui conduit à l'apparition de résistances. A l'inverse, le miel dispose de toute une batterie d'armes pour éliminer les bactéries : les peroxydes d’hydrogène, l’acidité, l’effet osmotique, la forte concentration en sucre et les polyphénols. Par exemple, l’effet osmotique dû à la forte concentration de sucre conduit la bactérie à se vider de son eau : cette déshydratation excessive lui est fatale.

Le miel pourrait aussi agir en perturbant le « quorum sensing » bactérien, un système de communication entre bactéries qui leur permet d’évaluer leur densité de population. Les chercheurs ont trouvé que le miel évite aussi la formation des biofilms, qui sont des assemblages de communautés microbiennes. L’efficacité du miel tient aussi au fait qu’il est riche en polyphénols, antioxydants, acides phénoliques, acide caféique, acide p-coumarique, acide ellagique, flavonoïdes. Les composés phénoliques présents dans le miel sont liés à ses activités anti-microbiennes et antioxydantes.

Lire : La propolis, arme anti-âge ? 

De nombreuses études ont confirmé les propriétés antibactériennes, antifongiques et anti-virales du miel. Le miel peut être appliqué sur la peau en cas d'infections.

Le miel aide à cicatriser les plaies

Lorsqu'on se blesse et qu'une plaie doit cicatriser, il ne faut pas qu'une bactérie néfaste vienne interrompre le processus. Dans la peau se trouve une bactérie sans danger, Streptococcus pyogenes, mais qui peut être initiatrice d'infections sur les plaies, détruire les débuts de cicatrisation et persister sur la peau à la manière d'un film étirable. Un point problématique puisque ce film empêche les antibiotiques de pénétrer correctement au niveau de la blessure pour agir. Les chercheurs ont alors voulu observer l'effet d'un miel particulier sur ce type de plaies, le miel de Manuka, un arbre de Nouvelle Zélande. Ce miel a déjà montré, comme d'autres, des propriétés antibactériennes sur de nombreuses bactéries mais ses effets exacts sont encore mal compris.

Le docteur Sarah Maddocks qui dirige l'étude constate que l'ajout de miel sur la plaie empêche le développement bactérien. L'ajout à posteriori élimine 85 % des bactéries en une heure. Elle déclare : "Il y a un besoin urgent de trouver des méthodes efficaces et novatrices pour contrôler les infections cutanées sans provoquer de résistance aux antibiotiques. Aucune bactérie devenue résistante au miel n'a été rapportée pour l'instant." et ajoute : "L'application de substances anti-bactériennes directement sur la peau revient moins cher que l'utilisation d'antibiotiques par voie orale et peut être une thérapie complémentaire à l'avenir. C'est quelque chose d'important car les problèmes de cicatrisation chroniques représentent jusqu'à 4 % des montants financiers des dépenses de santé dans les pays développés."

Ces effets du miel de Manuka se retrouvent vraisemblablement dans d'autres miels moins réputés.

Il est efficace contre des brûlures

En raison de son activité bactérienne, le miel peut servir au traitement des plaies. Une revue de littérature de l’université d’Auckland en Nouvelle Zélande a voulu tester les effets du miel pour le traitement de plaies aiguës (brûlures…) ou chroniques (ulcères veineux). Pour cela, les auteurs ont cherché des articles dans les bases de données internationales qui décrivaient des essais cliniques à ce sujet.

Ils ont trouvé 26 essais cliniques incluant 3.011 personnes. D’après deux essais sur 992 personnes, il y avait des preuves fortes que le miel soignait des brûlures plus rapidement (en 4 à 5 jours de moins) que les traitements conventionnels (film de polyuréthane, gaze de paraffine ou imprégnée de soframycine, liniment stérile ou exposition de la brûlure). Il y avait peu de preuves que les brûlures traitées avec du miel guérissaient plus vite que celles traitées avec de sulfadiazine d’argent. Le miel semble aussi efficace pour des plaies infectées post-opératoires.

Cependant il était difficile de tirer des conclusions générale sur le miel en tant que traitement des plaies à cause de l’hétérogénéité des études, dont beaucoup étaient de faible qualité.

Du point de vue histologique, le miel stimulerait la croissance des tissus animaux.

Sources

American Chemical Society. Honey is a new approach to fighting antibiotic resistance: How sweet it is! Communiqué de presse. 16 mars 2014.

S. E. Maddocks, M. S. Lopez, R. S. Rowlands et al. Manuka honey inhibits the development of Streptococcus pyogenes biofilms and causes reduced expression of two fibronectin binding proteins. Microbiology, 2012. 0.053959-0.

Jull Andrew, Cullum Nicky, Dumville Jo, Westby Maggie, Deshpande Sohan, Walker Natalie. Honey as a topical treatment for wounds. Cochrane Database of Systematic Reviews. 2015. DOI: 10.1002/14651858.CD005083.pub4

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top