L’ortie, une plante amie dans le diabète (et pas seulement)

Par Juliette Pouyat Publié le 24/05/2017 Mis à jour le 01/06/2017
Article
Les personnes ayant un sucre sanguin élevé pourraient tirer bénéfice de la consommation d'ortie. Et ce ne sont pas les seules.

L’ortie (urtica dioica) est traditionnellement utilisée pour ses propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes et parce qu'elle diminue le sucre sanguin. Le stress oxydant, c'est-à-dire l'excès de radicaux libres joue un rôle important dans les complications du diabète de type 2, notamment vasculaires. 

Pour savoir si l'ortie peut être réellement bénéfique lorsque la glycémie est élevée, des chercheurs ont conduit une nouvelle étude contrôlée en double aveugle chez 50 femmes souffrant de diabète de type 2. L’intervention a duré 8 semaines. Dans cet essai, ce sont les parties aériennes de l’ortie qui ont été utilisées après avoir été séchées et pulvérisées.

L'ortie et le diabète

Les résultats montrent qu’après 8 semaines de prise d'ortie, la glycémie à jeûn, les triglycérides et les marqueurs hépatiques ont diminué alors que la capacité antioxydante a augmenté. Ceci confirme que l’ortie peut aider à contrôler la glycémie chez les personnes diabétiques.

Comment l'expliquer ? L'ortie renferme des inhibiteurs de l’alpha-glucosidase, l'enzyme qui transforme les sucres alimentaires en sucres simples pour être absorbés. Lorsque cette enzyme est inhibée (ce que font certains médicaments comme l'acarbose et le miglitol), les glucides sont moins bien absorbés, donc leur effet sur la glycémie est réduit. Par ailleurs, les propriétés antioxydantes de cette plante pourraient aider à protéger, voire reconstruire les cellules bêta du pancréas qui font l'insuline.  

La diminution des marqueurs hépatiques chez les personnes ayant pris l’extrait d’ortie pendant 8 semaines suggère également que l’ortie peut prévenir les dommages au foie chez les diabétiques.

Enfin, l’extrait d’ortie a permis d’augmenter le niveau de monoxyde d'azote (NO) alors que celui-ci a diminué dans le groupe placebo. Le NO est un vasodilatateur qui permet au sang de circuler plus facilement, réduisant ainsi la pression sanguine et donc le risque cardiovasculaire. 

L'ortie paraît donc intéressante en cas de glycémie élevée pour diminuer le sucre sanguin et prévenir les complications sur le foie et le système cardiovasculaire.

L'ortie et votre santé

L’ortie a montré son intérêt dans les douleurs articulaires, l’arthrose et la rhinite allergique. Une étude récente montre qu’elle diminue également l’inflammation dans les poumons, justifiant son utilisation traditionnelle dans le traitement de l’asthme. Elle a également des propriétés diurétiques et contient jusqu’à 40% de son poids sec en protéines. Elle peut être utilisée dans les cystites. Des études ont aussi montré qu'elle peut aider à soulager l’hypertrophie bénigne de la prostate et les problèmes urinaires qui en découlent.

Comment la consommer ?

Hormis sous la forme d'extrait, l’ortie se consomme volontiers en soupe ou en tisane de feuilles séchées. Le séchage ou la cuisson lui ôtent son caractère urticant. On peut également en faire des pestos (on remplace le basilic par de l’ortie) ou des beurres. Cuisinées avec du lait de coco, du gingembre ou du curry, les feuilles d'orties donnent un ragoût succulent.

Lire aussi : 7 plantes sauvages que nous devrions manger

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top