Allergies et pollens : 5 conseils de LaNutrition.fr

Par Lanutrition.fr Publié le 20/03/2012 Mis à jour le 24/04/2018
Article

Quelques conseils simples peuvent vous soulager en cas de rhinite allergique.

La rhinite allergique désigne les symptômes présents lors des allergies saisonnières occasionnés par une réaction aux pollens présents dans l'air ou à des substances qui les accompagnent. Il s'agit donc d'allergies mineures mais qui n'en restent pas moins très handicapantes pour la vie quotidienne. Voici quelques conseils qui peuvent vous aider à diminuer les symptômes ou même à les prévenir.

Réduire son exposition

L'éviction des allergènes est la première mesure à prendre en cas d'allergie. Le problème avec les pollens est qu'ils sont difficiles à éviter. Pour minimiser leur présence :

- Dans la mesure du possible, limitez les sorties pendant les semaines les plus critiques, en particulier si l'air est sec. En revanche, s'il pleut, les réactions allergiques diminuent fortement car les pollens se retrouvent collés au sol et non plus dans vos bronches. Sortir tôt le matin est préférable. Pensez à regarder le calendrier des pollens en ligne pour connaître la nature et l'importance de la pollinisation dans votre région.

- Dans la même optique, en rentrant chez vous pensez à enlever vos vêtements qui peuvent contenir de nombreux pollens et entretenir des réactions allergiques. Si vos cheveux n'ont pas été protégés, envisagez de prendre votre douche le soir en rentrant plutôt que le matin.

- Rincez votre nez avec un spray d'eau de mer.

- Laissez vos fenêtres fermées (ou aérez tôt le matin), le grand ménage de printemps attendra. De même en voiture, préférez la ventilation en mode circuit fermé plutôt que les fenêtres ouvertes.

Surveiller son alimentation

Les allergies sont généralement des phénomènes croisés : le système immunitaire reconnaît une protéine comme néfaste et provoque les symptômes. Mais s'il croise une protéine structurellement assez proche, il finira par déclencher des symptômes également. Inversement, en limitant l'exposition aux allergènes dans votre environnement, vous limiterez vos réactions allergiques aux pollens. De nombreux aliments peuvent provoquer des réactions croisées avec les pollens. En particulier si vous êtes sensible aux pollens de bouleaux, noisetiers ou aulnes, un risque d'allergie croisé est possible avec l'abricot, l'amande, le brugnon, la carotte, le céleri, le kiwi, la pêche, la noisette, la noix, la pomme ou la pomme de terre. Pour les allergiques aux pollens de graminées c'est principalement les cacahuètes et la tomate qu'il faudra surveiller. Néanmoins les allergies croisées possibles sont nombreuses et varient d'un individu à l'autre, essayez donc d'observer vos réactions allergiques à la suite de certains repas pour identifier les allergènes responsables d'une aggravation des symptômes.

Prendre un traitement

Si vous êtes un habitué des allergies saisonnières, n'attendez pas le dernier moment pour prendre vos médicaments! Il est plus facile de retarder l'apparition des symptômes que de les enrayer. Prenez donc vos médicaments un peu avant la période fatidique.
LaNutrition.fr a passé en revue les différents médicaments et de possibles alternatives naturelles.

Vivre dans un air propre

En voiture ou à la maison vous pouvez utiliser l'air conditionné ou tout type de ventilation équipé d'un filtre à particules. Il est possible d'installer dans votre chambre à coucher un purificateur d'air à filtre HEPA (haute efficacité) pour filtrer les allergènes.

Rééduquer son système immunitaire

Pourquoi certaines personnes sont-elles allergiques et d'autres non? La réponse exacte à cette question n'est pas connue mais des recherches préliminaires semblent pointer vers un rôle de la maturation du système immunitaire pendant l'enfance. D'autres facteurs sont importants à l'âge adulte, par exemple, l'obsession de l'hygiène : celle-ci pourrait modifier la flore bactérienne cutanée et affaiblir consécutivement le système immunitaire. Le manque de vitamine D semble également à mettre en cause puisqu'une étude a montré que le manque de soleil pourrait augmenter le risque d'eczéma et d'allergies et une récente étude a montré que des doses conséquentes de cette vitamine diminuaient très fortement les symptômes de la dermatite atopique. Le déficit en oméga-3 joue peut-être aussi un rôle dans le déclenchement ou l'exacerbation des symptômes, comme le montre cette étude à propos de l'eczéma. Par ailleurs des probiotiques ont montré une certaine efficacité.
Sachez que les techniques de désensibilisation pratiquées par les allergologues peuvent s'avérer très efficaces, en particulier en conjonction avec les mesures ci-dessus.

Un livre pour aller plus loin : Allergies, les solutions naturelles, par Brigitte Karleskind

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top