L’exposition au cadmium in utero a été associée au risque d’asthme dans une étude française

Par Juliette Pouyat Publié le 04/09/2020 Mis à jour le 07/09/2020
Actualité

Des taux de cadmium plus élevés à la naissance ont été liés à un risque accru de développer une allergie alimentaire ou de l’asthme pendant l’enfance.

Pourquoi c’est important

Le cadmium est un métal utilisé dans divers procédés industriels ; nous y sommes exposés à travers l’alimentation, l’eau et l’air. L’alimentation représente une source d’exposition au cadmium, d’environ 30 µg/jour. Le cadmium entre en effet dans la chaîne alimentaire en pénétrant dans les végétaux par leurs racines. Ce métal est présent dans le tabac et peut pénétrer dans l'organisme par le tabagisme ou le tabagisme passif. Même en très petites quantités, le cadmium a des effets négatifs sur notre santé : il est associé à un risque plus élevé d’athérosclérose de maladies cardiovasculaires, et de cancer.

Dans une nouvelle étude réalisée par une équipe française, des chercheurs ont évalué les niveaux de certains métaux, dont le cadmium, auxquels les bébés sont exposés in utero afin de mieux comprendre leur rôle sur le développement et la santé future du bébé, notamment en termes d'allergies et d'asthme. Ils ont présenté leurs résultats au Congrès international de l’European Respiratory Society (ERS).

L’étude

Les chercheurs ont d’abord mesuré les concentrations sanguines de trois métaux lourds, cadmium, manganèse et plomb, chez 706 femmes enceintes puis ils ont fait les mêmes mesures dans le sang prélevé sur les cordons ombilicaux après l’accouchement. Les chercheurs ont suivi les enfants jusqu'à l'âge de huit ans pour surveiller l'apparation d'asthme, de rhinite allergique, d'eczéma ou d'allergies alimentaires.

La concentration moyenne de cadmium dans le sang des mères était de 0,8 µg/L et celle dans le sang des cordons ombilicaux de 0,5 µg/L.

Résultats : les bébés ayant les concentrations en cadmium (mesurées dans le sang du cordon ombilical) les plus élevées, c'est-à-dire supérieures à 0,7 µg/L, avaient 24% de chances d'avoir de l'asthme que les bébés ayant des concentrations en cadmium inférieures à 0,3 µg/L. Cette concentration en cadmium était aussi associée à un risque d'allergie alimentaire augmenté de 44%.

Les chercheurs pensent que le cadmium pourrait interférer dans le développement du système immunitaire des bébés ce qui impacterait le risque d’allergies et d’asthme dans l’enfance.

En pratique

Si cette étude ne permet pas de conclure à un lien de cause à effet entre cadmium et allergies, il peut toutefois être bon, par principe de précaution, de limiter votre exposition au cadmium. Pour ce faire, vous pouvez faire quelques ajustements alimentaires en évitant les abats et les fruits de mer et en limitant la consommation des poissons prédateurs du haut de la chaîne alimentaire tels que l’espadon ou le thon, très chargés en métaux lourds. Les femmes enceintes doivent évidemment éviter de fumer mais elles ont également tout intérêt à ne pas inhaler la fumer des autres (tabagisme passif).

Choisir des aliments issus de l’agriculture biologique est également une bonne option : une étude montre qu’ils contiennent 48% de cadmium en moins que les aliments non bio.

Même si l’exposition quotidienne est généralement peu élevée, le corps humain n’a pas les moyens d’éliminer les excès de cadmium. Pour limiter la toxicité du cadmium, vous pouvez miser sur le zinc pour réduire votre exposition mais également sur les antioxydants en général.

Lire aussi : Sang pour sang toxique

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top