Médicaments de l'hyperactivité : des effets secondaires parfois graves

Par Juliette Pouyat Publié le 22/05/2018 Mis à jour le 28/05/2018
Actualité

Selon les résultats d’une large étude, la Ritaline®, le chef de file des médicaments contre le trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H), pourrait provoquer des effets indésirables sérieux.

Les personnes atteintes du trouble de déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH) ont des difficultés à contrôler leur comportement et/ou à rester concentrées. Si votre enfant a tendance à se lever souvent, à remuer les pieds et les mains, à se tortiller sur sa chaise, à trop parler et à être impulsif, il souffre peut-être de TDAH. Une fois le diagnostic fait, il est fort probable que votre médecin lui prescrive de La Ritaline®ou méthylphénidate. Efficace sur les symptômes du TDAH, ce médicament provoque également des effets secondaires. Le plus connu jusque là est un ralentissement de la croissance, réversible à l'arrêt du traitement. Mais en existe-t-il de plus graves ? C’est l’objet d’une étude parue dans The Cochrane database of systematic reviews.

L’étude

Pour évaluer les effets secondaires chez les enfants et adolescents traités à la Ritaline, des chercheurs ont analysé les résultats de 260 études non randomisées, avec ou sans groupe de contrôle. Les résultats suggèrent que la prise de méthylphénidate pourrait conduire à des effets indésirables graves, tels que des problèmes cardiaques, des troubles psychotiques et même la mort. 7,3% des patients ont arrêté le traitement en raison de divers effets secondaires et 1,2% ont cessé de prendre du méthylphénidate à cause d’effets indésirables importants.  Les auteurs rapportent également que plus de la moitié des patients présentent au moins un effet secondaire non grave (insomnie, maux de tête, douleurs abdominales, perte d’appétit), ce qui conduit à l’arrêt du traitement dans 6,2% des cas.

Les auteurs soulignent toutefois que le niveau de preuves est faible et qu’il est donc difficile d’estimer avec précision le risque réel d’effets secondaires. Mais compte tenu de l’association possible entre le méthylphénidate et certains effets indésirables graves, il est nécessaire d’identifier les patients pour lesquels les avantages l’emportent sur les inconvénients. Et de la même façon, il faut identifier les personnes qui sont le plus à risque de subir un effet indésirable sérieux. Pour cela, la mise en place d’essais contrôlés randomisés à grande échelle est indispensable.

En pratique

Il existe d’autres pistes que la Ritaline® pour traiter l’hyperactivité. Celle des suppléments de magnésium donne des résultats encourageants, sans effet secondaire néfaste. Les enfants hyperactifs présenteraient en effet des taux de magnésium plus bas que les autres. Selon le Dr Marianne Mousain-Bosc, il est possible de remplacer les médicaments par une supplémentation en magnésium pour soigner l’hyperactivité. Le magnésium est efficace contre tous les symptômes de l’hyperactivité : agitation, problèmes d’attention et difficultés scolaires. Pour aller plus loin, lire son ouvrage Hyperactivité, la solution magnésium ou celui d'Anne-laure Denans Soignez-vous avec le magnésium.

D’autres traitements naturels peuvent être essayés comme le Ginkgo Biloba, le fer ou encore le zinc.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top